Patrice Faubert

Pouzzolane d'impuissance généralisée

Du calame
Des tablettes d'argile
Des plumes d'oiseaux
Parchemins en peaux de bêtes
Du papier
En écorce de Mûrier
Chine
Puis les arabes
Puis l'Europe en fit son rab
Dans un temps
Et bien avant
Ou tout récent
Les catastrophes chimiques
Bhopal, trois décembre 1984
Pour beaucoup, une horrible fin
Un clin d'oeil orwellien
Donc, de la catastrophe chimique
Avec des déchets toxiques
358.000 personnes blessées
3828 personnes mortes
Chiffre officiel
Chiffre superficiel
Car, en réalité
Un bilan largement sous-estimé
Il y eut des dizaines de milliers de personnes décédées
Il y eut des centaines de milliers de personnes blessées
Sur le moment et bien après, c'est forcé !
Avec toute une région de l'Inde, contaminée
Et pour encore et encore, des années
Anomalie des naissances
Anomalie des convenances
Anomalie des décences
Le capital s'organisant
Le système monde se structurant
Dans d'inévitables catastrophes
Dans tous les pays, c'est comme en apostrophe
Les films catastrophes, les prévoyant
Les films zombies, filmant nos vies
Avec déjà
Toute une toxicologie des particules émises
Dont, la plupart, ne sont même pas permises
Et chaque pays
Espionnant, ou ayant espionné
Un autre pays
Présent, futur, passé
De l'industrie au militaire
Avec bien d'autres similaires
Tout est du trafiqué
Tout surtout, doit être bien emballé
Tout surtout, doit être bien présenté
Sels nitrités
Et la charcuterie devient bien rosée
Avec de futurs cancers provoqués
Et dans une organisation du malsain
Plus rien ne peut-être sain
Plus rien n'y est anodin
Feux des cheminées, bois de chauffage
Suies, particules fines, la pollution a la rage !
Et avec l'Arctique
Et avec l'Antarctique
De nouveaux bilans critiques
Tout un futur tragique
Toute vie s'étrique
Quand tout est un coup de trique
Rien ne sert à rien
Tout sert à tout
Le tout du rien
Le rien du tout
Toute une impuissance généralisée
Tout s'explosant dans chaque cas particulier
Chacun, chacune, enfermement dans ses idées
De tout ce qui peut nous gratifier
Nous sommes des pantins articulés
Et toujours, punir, sévir, contrôler, surveiller
De ce qui de la norme, voudrait s'éloigner
France : 326 policiers pour 100.000 personnes
Europe : 318 policiers pour 100.000 personnes
Certes, c'est une moyenne
Avec en chaque tête, l'oppression qui nous mène
D'une façon l'autre, il faut passer à la caisse
Louer, vendre, sa tête, ses muscles, ses fesses
Ce que l'on peut, ce qui fait sa messe
Chaque être humain est tenu en laisse
Par les lois du marché, par les lois du système capital
Par les lois des diverses multinationales transnationales
Nous en sommes les cellules, nous en sommes les cales
Mais aucune organisation sociale
Surtout dans la terreur permanente immorale
N'est une pouzzolane
Ce fameux ciment romain, tuf, béton
Pouvant durer 2000 ans, et selon
Mais de la raison, disparaît, et discrètement, tout fan
Les puissances politiques de la désunion
Les désunions politiques des puissances !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 08/21/2021.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Paraphysique de l´effet spectateur - Patrice Faubert (Politics & Society)
Late realization - Rainer Tiemann (Friendship)