Antonio Justel Rodriguez

THÈME D'AMOUR POUR UNE BALLADE TRISTE


... de ton corps à mon corps, Phénicie, éclair;
de mon corps au tien une rivière, un baiser dans un coup de vent, une marée ;
…oh, comme je t'ai aimé, et combien !
Te souviens-tu de ce tremblement de roses ouvertes,
et quelle ambroisie décelait dans tes seins la fureur de mon haleine ?
...oui, c'est dur de se souvenir de toi et de ne pas passer un beau moment
de lumière pour la mémoire ;

…nous étions un homme et une femme, un souffle, une rumeur, une chanson,
un seul et pur écho, tu te souviens ?
nous y sommes allés une fois;

… jusqu'à l'aube d'un jour donné où les chiens aboyaient,
et, sans se fatiguer, toute la nuit ils ont aboyé, aboyé et aboyé;
La lune brillait encore lorsque, vers l'aube,
les chiens s'éloignèrent avec la mort.
***
Antonio Justel Rodríguez
https://www.oriondepanthoseas.com
***

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Antonio Justel Rodriguez.
Published on e-Stories.org on 12/01/2022.

 
 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "General" (Poems in french)

Other works from Antonio Justel Rodriguez

Did you like it?
Please have a look at:


LA NOSTRA CASA - Antonio Justel Rodriguez (General)
Flying home - Inge Offermann (General)
Boules d´argent - Rainer Tiemann (Remembrance)