Qayid Aljaysh Juyub

Collectionneurs

Satisfait, Jacob Vacaasno se prélassait dans le grand lit français quand son téléphone portable s'est mis à sonner sur la table de nuit.

Mon bien-aimé, es-tu toujours au travail ? Je pense toujours à toi et je me languis de toi !

Avec un sourire amusé, il a répondu en tapant à la hâte au SMS de la femme qu'il avait demandée en mariage hier à genoux.

Oh, mon seul véritable amour, comme je t'aime. Je viens de rentrer à la maison et j'ai juste besoin de me reposer, je te contacterai demain.

Dans le grand miroir au-dessus du lit, notre Roméo, une fois son message accompli, se regardait avec satisfaction, ainsi que l'épouse somnolente de son meilleur ami, qu'il avait bien baisée dans le lit conjugal. Quant au grand amour qu'il venait de déclarer, Vacaasno songea avec amusement à l'efficacité de la demande en mariage auprès de la bimbo coincée pour l'attirer définitivement dans son lit. Elle n'était pas vraiment une bombe, mais elle avait de l'argent. Eh bien, il est temps de passer à l'étape deux et d'étriper cette idiote comme une dinde de Noël.

"Mon Dieu, que tu es belle !"

"Oh merci !"

L'épouse peu fidèle avait surpris dans son demi-sommeil les propos admiratifs de son amant et y avait réagi avec plaisir.

Jacob se contrôla péniblement pour ne pas éclater de rire. Cette stupide garce s'est en effet attribuée l'exclamation narcissique, alors qu'il s'admirait dans le miroir. Quelle putain de salope ! En fait, il s'était juste ennuyé et avait voulu faire la nique à son pote qui faisait le malin. Eh bien, les seins étaient tout à fait corrects. Peut-être qu'il l'annoncerait au mari trompé avec des remords feints, du genre 'elle m'a séduit'. Ce type était en effet un homme très féminin et le plus faux des amis se réjouissait déjà de le voir pleurer et de se délecter des jérémiades de la sensible Blanche-Neige.

A cette idée, la libido de l'impie Jacobus s'est fortement accrue et il a décidé de s'en prendre une nouvelle fois à son objet sexuel actuel.

*

Vacaasno s'est assis devant son ordinateur en riant, alors qu'il vérifiait l'un de ses nombreux faux profils sur Shinder.

Pour les dames en quête de contact sur le marché des portails de rencontre virtuels, notre loverboy jacobin s'appelait Scammy Fraudinski - un bel homme d'affaires fortuné qui cherchait le grand amour sur le net. Ce faisant, notre grand amoureux se concentrait sciemment sur des femmes qui ne correspondaient pas trop à l'idéal de beauté temporaire, mais dont les moyens financiers leur conféraient une certaine attractivité à ses yeux de cupide misogyne. Pour ce faire, il pratiquait une sorte de phishing et vendait les données ainsi obtenues à des partenaires commerciaux nigérians, qui arnaquaient ensuite les malheureuses dames par toutes sortes d'escroqueries via Internet. Notre gigolo virtuel se sentait parfois tenté de piller directement les comptes des dames, mais c'était trop dangereux pour lui.

La raison de cette explosion d'hilarité était les effusions d'amour limite débiles d'une dame médiévale du nom d'Anne Nala, qui appartenait plutôt à la lie intellectuelle de l'Absurdistan, mais qui occupait une position de pointe en tant que chef du service extérieur dans la direction du Teutonistan GmbH. C'était d'autant plus étonnant que cette femme inculte représentait pour ainsi dire le fanal des bimbos naïves en pain blanc, dont les capacités cognitives laissaient supposer qu'elles étaient trop stupides pour aller au puits. Au vu des déficiences mentales évidentes de certaines parties de la gent féminine en quête d'amour, certains collègues nigérians de Jacobs pensaient que cela était lié aux sortilèges vaudou des chamans mandatés, car aux yeux des Africains, plutôt réalistes, il était impossible que quelqu'un soit aussi profondément stupide.

Au moins, Vacaasno s'est bien amusé à voir cette noix sourde de responsable des relations extérieures présenter les lieux communs les plus triviaux comme une sagesse profonde. Eh bien, le Teutonistan Ltd., autrefois florissant, était de toute façon bien mal en point à cause de sa direction déjantée, qui remplaçait le manque de compétence par une indicible hubris. Outre l'aspect involontairement comique, notre grand coureur de jupons appréciait tout à fait les informations hautement explosives et précieuses que son amour d'Internet en mal d'écriture lui envoyait au passage pour s'en vanter. Mais au moins, cette fanfaronne aussi vaniteuse que stupide était une source d'argent abondante, puisque le chef du marketing Genrich Jagoda de la société Eastern Murder Inc. payait les prix les plus élevés pour les données obtenues.

Intéressé, le gigolo virtuel a découvert une nouvelle demande :

 

Bonjour !

tes photos sont superbes ! Je m'appelle Lisa Bathory et je suis toujours à la recherche d'un partenaire qui puisse me donner ce dont j'ai besoin. Rien qu'en pensant à lui, je tremble d'excitation.

Peu m'importe que tu sois beau ou laid, riche ou pauvre, instruit ou inculte. Je cherche le véritable amour, celui qui se donne corps et âme avec sincérité.

Pour que tu saches à qui tu as affaire, je t'envoie une photo de moi.

Si tu es intéressé(e), appelle-moi au 0190 666.

 

Quelle pute, il la baiserait comme elle en a besoin. L'image de cette femme visiblement en manque d'amour était un rêve macho et humide - rien que ses seins !

Le galant enflammé a rapidement pris une culotte à portée de main dans sa vaste collection de trophées, composée de sous-vêtements usagés de ces dames qui, pour leur malheur financier ou autre, se sont laissées faire par notre Don Juan pour pauvres. Jacobus le renifleur aspira avec délectation le mélange d'eau de pisse et d'autres parfums, afin de se mettre dans l'ambiance pour son prochain exploit érotique.

Vacaasno s'est emparé de son smartphone doré de marque Poser XL, autrefois financé par une maîtresse abandonnée depuis longtemps - la malheureuse payait encore les factures de téléphone exorbitantes de son grand amour en raison d'un contrat signé à la légère. Le numéro fut rapidement composé.

"Château Bran, Vlad Alucard à l'appareil".

Une légère confusion s'insinua dans l'appareil mental du gigolo téléphoniste, pour être remplacée par une cupidité naissante. Un château ! Il y avait certainement quelque chose à récupérer.

"Euh, je voudrais parler à Mme Lisa Bathory !"

"Désolé, Domnule, la maîtresse dort encore !"

"Désolé, vous me confondez avec quelqu'un d'autre. Je m'appelle Scammy Fraudinski et non Domnule. Votre maîtresse m'a écrit pour me demander de l'appeler" !

Légèrement déconcerté, l'appelant jacobin a pris connaissance du rire guttural de son interlocuteur, qui lui a ensuite répondu sur un ton enjoué.

"Vous ne pouvez pas le savoir, mais Domnule signifie 'mon seigneur' dans ma langue maternelle, mon seigneur. D'ailleurs, vous avez là un pseudonyme original. Cela peut vous surprendre, mais puis-je vous demander quel est votre groupe sanguin ? Je devrais peut-être aussi vous faire remarquer que la maîtresse vous récompensera richement si vous êtes à la hauteur de ses exigences".

Quel drôle d'énergumène, mais pour une riche récompense, il fallait accepter de faire quelques sacrifices.

"Groupe sanguin AB négatif, espèce d'oiseau. Qui êtes-vous maintenant ?"

Notre menteur notoire avait bien sûr triché, puisqu'en tant que zéro de caractère, il disposait également du groupe sanguin adéquat.

"Je suis en quelque sorte un serviteur".

"Ah, le mari !"

"Mancarea aime plaisanter. Non, plutôt une sorte de majordome. La maîtresse vous contactera ce soir. Réjouissez-vous ! Si vous êtes puissant, votre récompense dépassera vos rêves les plus fous. Puis-je connaître votre numéro de téléphone ?"

"0049 110 espèce de petit mac !"

"Adieu !"

Il avait vraiment raccroché ! Cette conversation vraiment bizarre a fait que notre Loverboy a pensé un moment à renoncer à cette connaissance. Mais comme pour beaucoup de gens, la cupidité l'a emporté sur la raison.

*

Les miaulements du téléphone portable n'en finissaient pas. Furieux, Vacaasno retira le masturbateur de ses parties les plus méridionales et remonta son boxer. Comme il détestait ces interruptions de son bodybuilding unilatéral du soir.

"Vacaasno, oui s'il vous plaît ?"

"Ah, mais pas Fraudinski ! C'est Lisa Bathory" !

Oups, dans la précipitation, il avait effectivement oublié qu'il s'agissait de son téléphone portable pour les victimes potentielles d'arnaques. De plus, le ton ironique de son interlocutrice le déconcertait.

"Euh, c'est vraiment Scammy Fraudinski. Vacaasno est mon surnom. En effet, j'attendais maintenant l'appel d'un ami et je me suis donc présenté ainsi".

Le rire pétillant d'érotisme de l'appelante rendit à son tour l'impie Jacobus légèrement confus et eut un effet stimulant sur la partie du corps précédemment entraînée, qui se redressa de manière exigeante.

"Tu n'es pas sans humour, Scammy Vacaasno ! Mais assez de plaisanteries douteuses ! Pour faire court : J'aimerais faire ta connaissance et t'inviter à un dîner. Si le courant passe, nous pourrons peut-être devenir plus intimes et envisager une relation à long terme. Au moins, je te récompenserai pour tes performances comme tu ne peux pas l'imaginer dans tes rêves les plus fous" !

Il y a de quoi rester bouche bée. Il n'avait encore jamais vécu cela dans ses relations d'exploitation avec le monde des femmes. Cette petite pute devait vraiment en avoir besoin, mais après tout, il y avait visiblement beaucoup à gagner avec cette nana ; il allait vraiment l'étriper.

"Eh bien, je ne suis pas vraiment un homme d'un soir et je ne suis pas du genre matérialiste, mais avec toi, je sens une certaine affinité. D'habitude, je suis très timide, mais d'une certaine manière, un sentiment profondément ancré dans mon âme m'attire vers toi. C'est presque comme si je te connaissais d'une vie antérieure".

La pute donnait certes une impression matérielle, mais Jacob pensait connaître le calibre. Après tout, il ne voulait pas seulement se taper cette salope en chaleur contre rémunération, mais aussi la plumer comme une oie de Noël. Son discours pseudo-romantique avait jusqu'à présent fonctionné avec chacune de ses victimes. Il fut d'autant plus surpris par le fou rire qu'il reçut en réponse et qui fit s'effondrer sa verge gonflée.

"S'il te plaît, ne ris pas, je vais peut-être pleurer".

Ces hommes-femmes adoraient les mauviettes pleurnichardes, peut-être qu'il s'en sortirait avec ce stratagème. A la rigueur, il restait le numéro macho, dans lequel il ferait passer certains passages de la conversation pour une blague masculine idiote.

"Tu es vraiment très amusante. Je me serais certainement souvenu de toi, mais arrêtons de jouer. Mmmh, à quelle heure le soleil se couche-t-il demain ? Tu n'as pas besoin de répondre, c'est juste une question rhétorique, si tu sais ce que cela signifie. Donc, vers 21 heures, heure de Transylvanie, tu seras à l'entrée sud du cimetière central. Un de mes serviteurs viendra te chercher et te conduira à l'hôtel particulier de ma ville, rue Morgue. Bon, je m'arrête là, il faut que je boive d'urgence un jus d'orange sanguine".

Perplexe, Vacaasno tenait le téléphone portable désormais muet dans sa main. Mon Dieu, cette nana était encore plus tordue que la stupide Galadriel dans une adaptation bâclée de Tolkien. Mais qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour de l'argent, et il semblait y en avoir beaucoup.

*

"Voilà, maître, nous sommes à l'entrée sud. J'aimerais bien savoir ce que vous faites là ? Vous êtes maintenant le troisième que je dépose ici cette semaine. Ça fait 16,66 euros !"

Eh bien, cette garce excitée semblait vraiment en avoir besoin ! Le visage impassible, Jacob paya le chauffeur de taxi au centime près, car ce type et son attitude impertinente l'avaient déjà fortement agacé dès qu'il était monté.

Mal à l'aise, le callboy jacobin regarda la grosse gargouille qui, à la lumière de néons froids, au-dessus de la porte fermée du cimetière, observait les visiteurs d'un regard de pierre.

Oups, c'était un grognement ?

"Monsieur Vacaasno, je m'appelle Fenrir Kerberos. Ma maîtresse m'envoie, si vous voulez bien me suivre" !

 

Surpris, l'interpellé fit un tour sur lui-même et recula inévitablement d'un pas en apercevant l'énorme homme de couleur en tenue de cuir. Par la queue de Jupiter, le type était poilu - le plus pur des visages de fourrure. Comment cet ogre pataud avait-il réussi à s'approcher de lui presque sans bruit ? Un peu effrayant !

"Euh, je dois encore passer un coup de fil confidentiel et urgent. Vous n'êtes pas obligé de m'attendre. Dites-moi simplement le numéro de la maison, j'ai une excellente application de navigation".

Est-ce que le type avait aboyé ? C'est bizarre !

"Je suis désolé, ma maîtresse a donné des instructions détaillées. Sinon, on me remettra la laisse. Téléphonez tranquillement, je n'écoute pas" !

Ma gueule, la tante devait vraiment être complètement perverse. Pas seulement le SM, mais aussi le pet-play ! Mais au vu de la prospérité évidente de son hôtesse, Loverboy, soucieux de ses finances, a balayé ses doutes.

"Bon, je peux aussi téléphoner plus tard. Alors, allez-y" !

"Très bien, monsieur. Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous manger".

Pourquoi ce type riait-il si bizarrement ?

*

Après 10 minutes de marche, ponctuées par les halètements occasionnels de Kerberos, les joyeux randonneurs ont finalement atteint leur destination.

Comme par magie, le magnifique portail de la villa s'est ouvert - je laisse à l'imagination du lecteur avisé le soin de décrire exactement à quoi elle ressemblait, car je n'ai pas envie de décrire la construction pour le moment.

"Comme c'est gentil, une télécommande et la cabane n'est pas mal non plus. Votre patronne a l'air d'être assez fortunée" ?

"Télécommande ? C'est vrai, ma cabane est déjà assez exquise et la chaîne en or pur. Si vous souhaitez entrer, ma maîtresse vous accueillera ensuite dans la salle de réception. Vous devrez malheureusement renoncer à ma compagnie, je vais maintenant me faire une petite chasse au goûter".

Chasser un Snack ? Jacob ne savait pas vraiment quoi répondre - quel malade ! Après que Fenrir eut quitté les lieux en un clin d'œil, notre loverboy entra dans le domaine bathorien avec un soupir de soulagement. La maîtresse de maison ne pouvait pas être plus bizarre que son serviteur poilu.

Le luxe de ce véritable palais a rendu Vacaasno littéralement fou de cupidité ; il pouvait vraiment faire de l'argent ici !

"Bienvenue, mon cher ! Je suis content que tu sois venu".

Oui, est-ce qu'elles se sont toutes faufilées ? Sur le côté, sans qu'il s'en aperçoive jusqu'à présent, se trouvait une dame d'un attrait époustouflant - les amis, l'idéal de beauté temporaire est dans l'œil de celui qui regarde, c'est pourquoi, et comme je suis parfois vraiment paresseux, je laisse à mon aimable lectorat le soin d'imaginer les détails. En ce qui concerne les circonstances visuelles, le gigolo entreprenant était sûr de pouvoir se réjouir de la dame même sans incitation financière. Bon, la robe de brocart ancienne et le verre de vin de forme étrange qu'elle tenait à la main avaient un air un peu bizarre, mais on pouvait passer outre ce genre de choses avec ces salopes d'élite dégénérées quand elles avaient visiblement de l'argent comme de la merde et qu'elles étaient manifestement la baise du siècle.

"Lisa Bathory, je présume ?"

"Non, je suis la femme de chambre. Idiot !"

Cette petite garce était déjà impertinente, mais il finirait quand même par l'avoir.

"Pardonnez-moi, je suis irréfléchi. Vos photos chez Shinder ne sont qu'un pâle reflet de votre extraordinaire beauté. Je ne peux pas m'en empêcher, mais je dois avouer qu'il émane de vous quelque chose de rayonnant, qui illumine même la pièce la plus sombre. Presque quelque chose de magique..."

Le rire bref et perlé de son hôtesse interrompit le flot de paroles de l'imitation de Roméo.

"Délicieux, je pourrais te manger tout de suite. Mais chaque chose en son temps. Alors arrête tes bêtises et bois ça. Ne t'inquiète pas, ce n'est que du vin avec un petit ingrédient".

Cette garce a été très directe ! Il n'avait donc pas besoin de s'adonner à la douceur et devait plutôt compter sur ses capacités athlétiques.

"Tu ne bois pas ?"

Encore ce rire étrange, mais que ne supporte-t-on pas pour le travail et le plaisir.

"Plus tard, c'est garanti ! Je bois..."

Jacob l'ignorant remarqua l'étincelle moqueuse dans les yeux de son hôtesse, tandis que celle-ci restait silencieuse quelques secondes.

" ...pas de vin ! Mais maintenant, descends-le et d'un seul coup".

Il montrerait à cette pute arrogante quand il l'aurait attrapée. Avec un faux sourire, Vacaasno saisit le verre qu'on lui tend et le boit avidement.

"Il est excellent ! Je peux deviner ? C'est un Beerbocus 360 de 2023 ! Euh, qu'est-ce que..."

Le monde de Loverboy a commencé à tourner d'un seul coup. Cette satanée garce l'avait-elle empoisonné ? Avant que Morpheus ne le prenne gracieusement dans ses bras, Jacob entendit le rire joyeux de sa bien-aimée.

*

"Tiens, Kérberos, le dîner s'est réveillé !"

Se réveillant confusément de son rêve avec 99 vierges juste avant la défloration au paradis des machos, le loverboy jacobin a eu droit à un spectacle plutôt réjouissant. Entièrement dévêtue, la maîtresse de maison se tenait devant lui. Distrait par son corps parfait, Vacaasno, lui aussi nu, n'enregistra d'abord que peu de choses de son environnement, pour autant qu'il parvienne à le distinguer en position horizontale.

La salope aimait jouer, il allait donc lui montrer. Cependant, la tentative de se lever qui suivit immédiatement échoua lamentablement.

"Crétin, tu es enchaîné et tu es sur le banc de torture de mes ancêtres !"

Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il y a eu une sorte d'élargissement de la conscience concernant le lieu de l'action en cours. Apparemment, il se trouvait dans un cachot intime qui avait le charme discret des salles de torture de l'Inquisition espagnole au début de l'ère moderne. Eh bien, peut-être un peu de SM hardcore ? Certes désagréable, mais il s'en sortirait d'une manière ou d'une autre. La chatte voulait donc jouer à la dominatrice avec son serviteur poilu, qui se trouvait manifestement hors de son champ de vision. D'accord, il savait ce que ces salopes malades aimaient.

"Domina, j'ai manqué à l'appel. S'il te plaît, punis-moi aussi durement que je le mérite".

Peut-être qu'un tel verbiage servile a contribué à ce que l'impérieuse hôtesse renonce à la partie brutale et aille droit au but, de sorte que l'esclave jacobin plein d'espoir n'a subi que des blessures mineures.

"Eh bien, Kerberos, je crois que notre invité n'a pas bien évalué la situation. Sois gentil, va donc chercher la collection".

"Oui maîtresse !"

Petit à petit, Vacaasno s'est rendu compte que quelque chose n'allait pas du tout. Il semblait vraiment être tombé entre les mains de vrais psychopathes. La seule chose à faire était de rester calme et d'attendre. Peut-être qu'il pourrait répondre aux tendances perverses de ces deux-là et s'échapper d'une manière ou d'une autre.

Au bout de quelques minutes, le serviteur poilu, également dévêtu, apparut enfin dans le champ de vision de l'homme allongé. Cependant, le cri d'horreur de Jacob ne s'adressait pas au corps extrêmement laid de Kerberos, mais au contenu de la vitrine d'exposition mobile qu'il poussait devant lui.

"Tais-toi ou je te coupe la langue !"

Face au changement de situation et à la vision inhabituelle, Jacob la crut sur parole et préféra ne plus exprimer verbalement sa panique.

"Ceci, mon cher, a d'ailleurs entendu Kérberos avant que je ne le transforme pour le prendre à mon service !"

La Bathory désigna le plus grand des nombreux organes sexuels masculins qui se trouvaient dans des bocaux de préparation remplis d'alcool à l'intérieur de la vitrine.

"Il a eu moins de chance ! C'était un beau grec que je voulais empailler, mais j'en ai tellement dans mon salon. Alors je n'ai pris que l'essentiel et j'ai jeté le reste à la poubelle. Il n'avait aussi que le groupe sanguin B positif et ne valait pas la peine d'être transformé. Qu'est-ce que je vais faire de toi ?“

Oh, mon Dieu, des assassins malades mentaux ! Loverboy ne pouvait plus réprimer sa panique.

"S'il vous plaît, ne faites pas ça, je ferai tout ce que vous voudrez, mais épargnez-moi".

"Dis-moi : je veux mourir et te donner tout mon sang !"

C'est avec une profonde horreur que Jacob réalisa que cette femme tueuse d'hommes littéralement était supérieure à lui sur le plan intellectuel. Le macho en détresse se mit à pleurer à chaudes larmes comme une petite fille, sans trop savoir s'il avait plus peur de sa mort potentielle ou de la castration.

"Pleurer ne te sert plus à rien maintenant. Mais tu commences à m'ennuyer. En fait, je n'aime pas trop les pleurnichards comme toi, mais en raison de ton groupe sanguin rare, je vais quand même t'accepter dans la communauté des damnés. Tu pourrais faire un bon bouffon et nettoyer les latrines en même temps. Je vais te goûter !"

Les pleurs se transformèrent en cris stridents lorsque d'énormes crocs poussèrent sur la tortionnaire, que Lisa la Vamp planta rapidement dans le bras droit de Jacob, lié par les liens de l'amour. Dégoûtée, la Bathory abandonna sa victime après les premières gorgées et recracha le peu délicieux breuvage.

"Beurk, groupe sanguin zéro ! Je les déteste ! Sale bâtard, tu vas payer pour ça ! Kerberos, il est à toi. Mais s'il te plaît, mets ses restes dans les ordures ménagères".

Pendant que la vampire quittait le donjon, Jacobus le mordu a pu assister à la transformation d'un humain en loup-garou, ce qui a bien sûr augmenté le niveau sonore technique des cris de quelques décibels.

Finalement, Jacob Vacaasno, son roi macho et loverboy de la pire espèce, s'est fait vraiment manger par une créature masculine un peu poilue.

© 2023 Q.A.Juyub

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Qayid Aljaysh Juyub.
Published on e-Stories.org on 02/24/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Horror" (Short Stories in french)

Other works from Qayid Aljaysh Juyub

Did you like it?
Please have a look at:


Les pingouins sont notre malheur ! - Qayid Aljaysh Juyub (Satire)
Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humour)