Patrice Faubert

Paraphysique des îlots de résistance

Longo Maï ( Que cela dure )
Depuis 1973, du communautaire
Autogéré, d'inspiration libertaire
Une coopérative associative rurale, antiautoritaire
Bouffée d'oxygène dans l'effondrement planétaire
L'envie d'y partir tout de suite
Du fantasme, du mythe
Des derniers lieux de vie, avant la noyade généralisée
Et puis, étant retraité
Du boycott du travail salarié et du chômé rémunéré
Je ne pourrais encore qu'y être l'invité !
De toutes façons
Le monde entier devra le devenir
Ou inévitablement périr
Et puis, pas évident de se faire accepter
Des gens, de leurs histoires, de leurs luttes accumulées
Surtout, avec un apprentissage d'individualisme forcené
Comme quoi
Il y a encore des îlots
Où l'on essaye de vivre moins idiots
Mais la presse voix de son maître
En parle peu ou pas, peur de démettre
Ainsi de Radio Libertaire, si oubliée
Radio anarchiste, sans dieu, sans maître, sans publicité
De la Fédération Anarchiste ( FA ), par le postmodernisme, agressée
Et du coup, seul importe, le grand média
Ne parlant que des compétitions, catastrophes, guerres, et voilà !
Comme si rien d'autre n'existait
Que les grands médias et leurs effets
Une boucle se refermant sur elle-même
Et dans laquelle, tout s'affronte, rien vraiment, ne s'aime
Afin de bien tout scotomiser
Des îlots où règne encore la solidarité
Il faudrait
Démissionner de toutes les autorités
Qui sont elles-mêmes de la fausseté
Ainsi
Vingt pour cent des livres
Et qui quelque part sont une autorité
Ne sont pas écrits par leurs autrices ou leurs auteurs
Et il y en a certainement beaucoup plus au compteur
Sans compter
Tout son connu, tout son inconnu
Et que l'on ne fait que répéter
Les autres, pas pour rien, ont travaillé
Consciemment ou inconsciemment
Le monde du passé et le monde du présent
Ce qui y a été fait, ce qui s'y fait
Et le fera s'y inspirant et nous écrivant
Finalement, c'est donc du cent pour cent !
Réfléchir est comme un enterrement
Comme pour la mode vitale du décarbonnement
Et qui n'y a pas son abonnement ?!
Un passager en avion
285 grammes de CO2 par kilomètre
Un passager en voiture
158 grammes de CO2 par kilomètre
Un passager en train
14 grammes de CO2 par kilomètre
Et bientôt
88000 carcasses de porcs
Pour un vol aérien Paris-New York
De la propulsion à la graisse animale
Biodiesel animal
Déjà le cas dans la fatalité du capital
Des voitures roulant aux déchets de poulets
De cochons, de lapins, avec peu du mais
C'est de l'ester méthylique d'huile animale
En vente dans les stations-services
De l'Intermarché des pompes à essence, coup de vice
C'était bien la peine
1845, SPA, en France, coupe déjà pleine
Le capital est un démantèlement permanent
Dans le pire
Du soi-disant moins pire
Tout y est présent et fréquent
Et chaque année
Huit-cents bateaux sont démantelés
Inde, Pakistan, en exemple, mortels accidentés
Toute une pollution dans la mer, rejetée
Et même si l'effet de serre
Quarante pour cent , l'architecture, le bâtiment
De toute une morphométrie géométrique statistique qui enserre !
Quand la partie devient le tout
Quand le tout devient la partie
En lieu, du très loin, parti
La partie n'est pas le tout
Le tout n'est pas la partie
Déjà, il y a environ 300.000 ANS
L'outil changea, du silex en gisement
Débitage, silex emmanché, du camp en déplacement
Thermoluminescence  du temps réinitialisé
Fossiles hominidés au silex brûlé
Du gestatif et de l'opportunité
Des chasseurs-cueilleurs à la modernité
Premiers bijoux, environ 130.000 ans
Et maintenant, Paris et ses beaux quartiers
Tout se dévoyant dans la grande cherté
Quand le visage changeait mais peu le crâne
Sauf à partir de 350.000 ans, environ
Toute une coalescence des modifications
Nous en sommes une possible continuation
Avec de plus en plus de maladies physiques
Avec de plus en plus de maladies psychiques
Le monde devenant de plus en plus invivable
Le monde devenant- de plus en plus insupportable
Tout rejaillissant sur tout
Tout contaminant tout !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 10/01/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Anamorphose en dissonance cognitive - Patrice Faubert (Politics & Society)
Le isole della pace (Übersetzung von Inseln der Ruhe) - Ursula Mori (Life)