Patrice Faubert

Albert Jacquard est mort

200 mille milliards de dollars
La monnaie totale de ce monde
20 mille milliards de dollars
L'évasion fiscale pour qu'elle fonde
Avec les escrocs de l'oligarchie financière
D'ailleurs dénoncés par le banquier ( né en 1955 ) Rudolf Elmer
Qui ne peut-être que fou, pour ses confrères
Au fond, tous les politiciens
Sont les laquais des banquiers
Pas besoin d'être un esprit fin
Ou un expert en fiscalité
Pour pouvoir le constater !
Les grandes banques mondiales
Comme USB, BNP Paribas, reines de l'évasion fiscale
Et toujours des avocats fiscalistes
Pour protéger le secret bancaire et ses listes
C'est le trust de la criminalité
Qui sait bien se présenter
Et encore et toujours des avocats
L'humanité en a plein ses bras
Les avocats d'affaires
Les avocats fiscalistes
Les avocats de l'oligarchie financière
Les avocats de tous les gangsters
Laquais, de la gente banquière
Et le monde politique
Laquais de la banque, c'est logique
Déjà, sous la révolution bourgeoise, en France
Les avocats étalaient leur puissance
Toujours les premiers rôles, pleins de suffisance
Les affaires de la politique
Sont la politique des affaires
Les avocats en sont la dynamique
Ils en sont les bonnes à tout faire
Les affaires jamais délitées
Savent à leur temps, s'adapter !
Fini le temps de feu ( 1919 - 1987 ) Jean-Baptiste Doumeng
Mécène du parti stalinien français
Qui du capitalisme, fut aussi un laquais
Ce fut une moustache de Staline
A la France très câline
Il fut l'ami
De feu ( né en 1938 ) Just Fontaine
En politique, un niais, mais que le football aime
13 buts en 6 matches de coupe du monde, en 1958
En 2013, c'est toujours lui qui mène !
Je voudrais que la servilité se fonde
Dans une éternité de mai 1968
Laquais, serviteurs, esclaves
Que plus aucune humiliation n'entrave
Laquais, serviteurs, esclaves
Dans la richesse ou la pauvreté
Moi, toi, eux, elles, lui
Toutes et tous, une identique tragédie
Comme feu ( 1904 - 1973 ) Pablo Neruda, grand poète chilien
Qui avait comme église, le parti stalinien chilien
Les moustaches de Staline
Comme feu ( 1897 - 1982 ) Louis Aragon, à la même mine !
Il faut être un moins que rien
Comme moi, pour avec tout, faire le lien
Ni poète, ni sportif, ni écrivain
Ni ceci, ni cela, rien
Ni d'un parti, ni d'une idée
Ni d'une patrie, ni d'une religiosité
Sans aucun copinage, sans aucun réseau
En vérité, un pauvre toto !
Les bourgeoisies aiment les prix
Elles savent récompenser leurs amies et amis
Elles le font dans tous les pays
Prix Nobel, prix de cela, prix de ceci
De tout, le capital se nourrit
Ni de gauche, ni de droite
Tout fait partie de lui
Ou d'extrême gauche, ou d'extrême droite
Tout fait partie de lui
Toute idée
A ses laquais, ses serviteurs, ses esclaves
Toute religion
A ses laquais, ses serviteurs, ses esclaves
Toute croyance
A ses laquais, ses serviteurs, ses esclaves
C'est le même conclave
Cela produit la même bave
Cela n'est pas très glamour
Mais à la vérité, il faut faire l'amour !
La réalité de la vérité
N'est que la vérité de la réalité
Il n'y a ni supériorité
Il n'y a ni infériorité
Mais des laquais
Mais des serviteurs
Mais des esclaves
Dans l'inscription de la réification généralisée
Femmes, enfants, hommes
Dans la même impuissance aliénée
Aux uns et aux autres
Dans les uns et les autres
Tour à tour, victimes et bourreaux
Tour à tour, dominés et dominants
Et personne de bien dans sa peau !
Même pas les cinglés et les salauds
Et si, absolument tout
Ne valait absolument rien ?
De tout, se défaire
Dans un immense brasier
Pour une nouvelle ère
A rien, ne plus jamais être attaché
Savoir que rien n'est jamais libre
Pour justement apprécier la liberté dans toute sa fibre !
Laquais, serviteurs, esclaves
De l'UMP en France, et de ses 11 millions d'euros
Pour éponger la dette de ( né en 1955 ) Nicolas Sarkozy, ce fléau
En bref
Tous ceux et toutes celles, crétinisés
Qui à toute dictature, sont des cochers
Et pas seulement des riches
La bêtise, aussi ailleurs, se niche
Mais c'est pour tout pareil
La finance a le même soleil
Laquais, serviteurs, esclaves
Moi, toi, eux, elles, lui
Tout cela nous éblouit
Laquais, serviteurs, esclaves
Ne veulent aucune entrave
Pour financer les bourreaux
Pour armer les salauds
De toutes idées, de tous bords
Ce sont des idiotes, ce sont des idiots
Qui ne reconnaissent jamais leurs torts
De toutes les pauvretés
De toutes les richesses
Laquais, serviteurs, esclaves
Laquais des laquais
Serviteurs des serviteurs
Esclaves des esclaves
De toutes les pauvretés
De toutes les richesses
Des gueuseries et des noblesses
Qu'aucune dignité ne peut tenir en laisse !
Moi, toi, eux, elles, lui
La vie n'est pas, la vie nous fuit
Comme tous les assassinats
Que régissent des contrats
Par une omnipotente mafia
Laquais, serviteurs, esclaves
De la misère, la même bave
Ainsi, Albert Jacquard ( 1925 - 2013 ) est mort
C'est un terrible coup du sort
Le dernier savant libertaire
Pour les immigrés, les sans-logis, les sans-papiers
Je l'avais eu plusieurs fois au téléphone
C'était l'homme de la sincérité
C'était l'homme sur qui on pouvait compter
C'était l'homme de l'honnêteté
C'est un peu d'humanité
Qui s'en va
Et tous les faux hommages
Auxquels personne n'échappera
Et toute la charogne récupératrice
Qui sait se faire impératrice
Que sa dépouille, se disputera !
Les bourgeoisies ont des caprices
De la vérité elles font un artifice
Il n'était pas une moustache de Staline
Comme les gauchistes et les communistes
Qui sont la contre-révolution maligne
A côté, toutes les droites, sont bénignes
Albert Jacquard est mort
Il n'était pas une moustache de Staline
Il n'était pas une moustache d'Hitler
Comme les fascistes et les capitalistes
Il faut être contre le copinage
Qui tient tout en cage
Dans les journaux, à la télévision, au cinéma, à la radio
Lui, faisait du trafic d'influence
Contre toutes les nuisances
Mon voisin de palier à Tonnerre, et ami
Anartiste peintre, ex-lutteur armé, ( né en 1948 ) Michel Noury
Avait bu, un jour, un verre avec lui
Dans un bistrot de Paris
Oui, sans lui, c'est la pluie !

Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 12/15/2016.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Le polisson - Patrice Faubert (Love & Romance)
Fin dOctobre Avignon - Rainer Tiemann (Loneliness)