Patrice Faubert

Aphorisme paraphysique de démystification

Le premier mai 2018
Manifestation parisienne, j'y étais
Juste devant la contestation qui voulait en découdre
Avec mon drapeau d'anarchie, pour honorer cette foudre
Beaucoup de bruit, pour rien, non mais
Quelques vitrines brisées, et après
Quelques personnes cagoulées
Un minimum, pour ne pas se faire repérer
Quelques symboles capitalistes détruits
C'est normal qu'il en soit ainsi
Tout cela est pourtant bien gentil
En rapport des manifestations de jadis
Du début des années soixante dix
Rien que feu la Ligue Communiste
Des centaines de militants casqués, vrais trotskistes
Prêts à s'insurger, d'autrefois, les vrais gauchistes
Pour la castagne, s'y joignaient des autonomes et des anarchistes
De nos jours, tout est de la rigolade
Sauf pour le pouvoir en place, quelle blague
Les méchants sont dans les gouvernements de tous les pays
Les méchantes sont dans les gouvernements de tous les pays
Mafieux et mafieuses, gangsters, criminels, banquiers, truands
Psychopathes, assassins, économistes, démentes et déments
Les gentils sont les manifestants
Les gentilles sont les manifestantes
Les vrais casseurs sont dans les gouvernements de tous les pays
Les faux casseurs sont les manifestants et manifestantes de tous les pays
Et puis, le trop peu qui est cassé
Est par les assurances, la plupart du temps, remboursé
C'est le monde renversé
On vilipende qui veut tout changer
La réaction, sait, les siens, récompenser
Toute une pourriture qui nous gouverne
Partout dans le monde, d'horribles badernes
C'est notre misère, c'est notre peur
C'est notre conditionnement, c'est notre terreur
Et rien qu'un peu de verre brisé
Maintenant, peut les incommoder
Tout étant tellement peu contesté
Et à la soumission généralisée, la réaction est habituée
McDonald's de bouffe de merde, vitrine explosée, une voiture brûlée
Et toute la propagande capitaliste, offusquée
Tant de journalistes choqués
Il leur en faut peu à ces stipendiés !
Les forces du capital aiment tout spectaculariser
D'un simple débris de verre, dans une manif, se gargariser
Leur projet réel, étant l'interdiction de manifester
Et pendant ce temps, casse sociale généralisée
Tout se faisant subrepticement, année après année
Les pauvres ne pouvant plus se faire soigner
Surtout les personnes salariées mais mal payées
Il faut avoir de l'argent ou un bon réseau
Et encore, dans le chacun pour soi, étatisé
De tout un personnel soignant, souvent sans âme, débordé ou boboïsé
Surtout les médecins spécialistes, le fric, ne pensant qu'à encaisser
En allant même, habilement, à congédier la précarité
Vraiment, de dire Amen à toutes les saloperies, nous en avons les rots
S'opposer au capital et à son monde, voilà de l'authentique héros
Tout le reste sonnant finalement faux !
Le système partout triomphe
Quand tout en face se dégonfle
Il ne faut même plus désespérer Billancourt
Usine Renault, plus aucune trace, l'effacement a fait son tour
C'était, nonobstant, douze mille travailleurs étrangers
Sur trente six mille salariés
Avec les quatre vingt quinze pour cent d'ouvriers spécialisés
Qui furent étrangers, et de pouvoir changer de statut, aucune possibilité
Sous le capital
Qui à tout plaisir est fatal
Toute vie étant comme empaillée
Toute vie étant comme momifiée
Certes
Les anciens chiliens, il y a sept mille ans, momifiaient tout
Mais cela était après la mort
Et non, comme  le fait le capital, avant la mort
Donc, avant les égyptiens
70 millions d'animaux, pas seulement les chats, c'est pas rien
Le cerveau étant jeté
Car sans valeur, il était considéré
Quand on voit l'état du monde, en nos années
L'on peut effectivement se le demander
Tout ceci étant de la vie courante
Vraiment, la vie marchande n'est pas marrante
Toujours se faire-valoir, toujours se vendre
Tous contre tous, toutes contre toute, apprendre
Et à tout chef, et à toute chéfesse
Il faudrait botter les fesses
Tout dominant, toute dominante
Dans toute famille, dans tout groupe, dans toute entreprise
Oui, il  faudrait conchier toute cette emprise
La dominance n'est hélas pas seulement gouvernante !
Par son cul, par son argent, par son bagout, par sa force
La recherche de dominance est une seule et même écorce
Voilà aussi pourquoi, tout pouvoir
Engendre un autre pouvoir
Or, tout pouvoir est à détruire
Il faudra donc, et correctement, le définir !
 
Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 05/04/2018.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Deux mille trente, 2030 - Patrice Faubert (Philosophical)
Birds of Paradise - Inge Hornisch (General)