Anna-Helena Kummerli

L’HISTOIRE D’UNE PASSION

San Francisco -

Pendant un mois de février des années 80, je suis partie retrouver ma fille à San Francisco. Elle y vivait depuis 2 mois et essayait de se faire à la vie américaine, bien différente de notre vie en Europe et spécialement en Suisse.

Tout d’abord le plaisir de retrouver ma “gamine” dans cette ville merveilleuse qu’est San Francisco. Que c’est bon de se balader, se faire conduire up & down des collines de San Francisco. Je voulais vivre dans chaque maison: la rose - non la verte - non la, il y a une bleue....je ne savais pas ou regarder, tant il y avait à voir. Bref, je suis tombée amoureuse pour toujours d’une ville: SAN FRANCISCO LA BELLE!

Depuis maintenant plus de 30 ans, j’y retourne régulièrement, toujours avec le même plaisir, les mêmes yeux émerveilles, le même amour. Depuis 30 ans je découvre et je suis encore loin de tout connaitre, d’avoir tout vu. Jusqu’a la fin de ma vie, je reviendrai et j’aimerai “mon” San Francisco.

Il n’y a pas que la ville. Il y a les ponts: Le Golden Gate que tout le monde connait, mais......est-ce que le Bay-Bridge n’est pas aussi beau? Est-ce que vous connaissez le Richmond-Bridge et les autres, San Mateo etc.… Rien que pour passer sur chaque pont, avec une vue toujours différente sur la ville aimée, ca vaudrait la peine de venir a San Francisco.

Il y a le Marin Head land avec sa descente époustouflante en direction du phare - il y a Sausalito et les mouettes qui vous volent le sandwich dans votre main - il y a Tiburon, la terrasse du Guyamas, un bon verre de Chardonnay a la main, en regardant la silhouette de San Francisco au loin - il y a le Mount Tamalpais (le Tampai, comme disent les gens du coin) et les collines descendant aussi bien a la mer qu’a la baie, avec toujours, au loin, la ville magique - il y a la petite ville charmante de Sonoma, sa plazza, sa mission, son passe avec le général Vallejo, sans oublier la “fromagerie” et son hôtel suisse - il y a Glen Ellen, symbole d’un bon vin, mais aussi de l’histoire d’un autre passionne qu’était Jack London, disparu beaucoup trop tôt, son musée qui était aussi sa maison, qui nous dévoile une partie de sa vie et les ruines de son autre maison jamais habitée - il y a Petaluma, Sebastopol - villes aux charmes un peu désuet de la fin du siècle dernier - il y a il y a il y a........On ne peut pas oublier la Russian River, Monte Rio ou j’ai passe de si bon moments et ou je retourne avec un plaisir toujours renouvelé. Mon petit motel, au bord de la rivière, la brume du matin qui laisse passer les premiers rayons de soleil du mois de mars et qui rend l’endroit féerique - ses propriétaires charmants et leur patio avec les torches et la musique de Billie Holliday. Un endroit de paix et de bien-être, un endroit pour redonner des forces et de la joie de vivre, mais aussi un endroit de réflexion.

Ensuite, en descendant sur Jenner, la découverte de ce Pacifique sauvage. Bodega-Bay, ses huitres et son histoire avec “les oiseaux de Hitchcock” - Dillon Beach - la lagune, de Marshall a Point Reyes. En parlant de Point Reyes, n’oubliez jamais d’aller visiter les élans blancs et la “Heart’s Desire-Beach (la plage des désirs du cœur). Ca ne peut être qu’une merveilleuse plage avec un si joli nom. Quand pour la première fois, je voulais visiter la ferme historique tout à la fin de Tomales Point, quand je vois une inscription: ne pas ramasser “antlers”. Tout au fond de ma mémoire, il me semblait que le mot “antlers” voulait dire “bois des cerfs”. La non, je me dis que je me trompe, mais tout d’un coup, à la fin d’un grand virage: des cerfs. Pas un ou deux, non: une bonne cinquantaine. Ils me regardent surpris, mais sans peur et continuent de brouter. Une bonne surprise! Il y a aussi la North- et la South-Beach de Point Reyes - le phare - les phoques - la Drake’s Beach. Que de coins pour rêver, pour flâner, les yeux et le cœur ouvert et prêt à voir les beautés de cette nature. Au retour, il faut passer absolument par Woodacres, Fairfax, San Anselmo, avant de retraverser le Golden Gate et.....de finir la soirée, avec un plat d’huitres et un beau coucher de soleil au Cliff House. Un autre soir, il faudrait aller, également au coucher du soleil, au 58ème étage de la Bank of American. Il y a un bar, avec une baie vitrée. La ville est devant vous et petit à petit, les lumières de la ville s’illuminent. Splendide! Pendant ce mois de février des années 80, avec Carmen, une histoire d’amour avec l’ouest des USA a commence. Depuis......elle n’a jamais diminue et je reviens toujours et même j’y vis maintenant.

 

Voila, le début d’une passion! 

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Anna-Helena Kummerli.
Published on e-Stories.org on 08/18/2018.

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Travel Stories / My Home Country" (Short Stories)

Other works from Anna-Helena Kummerli

Did you like it?
Please have a look at:

L’HISTOIRE D’UNE PASSION /Bryce Canyon etc.... - Anna-Helena Kummerli (Travel Stories / My Home Country)
El Tercer Secreto - Mercedes Torija Maíllo (Science-Fiction)