Patrice Faubert

L'avenir du passé, le passé de l'avenir

En France
Le contraire d'une évidence
Six jeunes sur dix
Ne vivent pas dans une grande ville
Pour trouver un job, pas facile
Et dans cette société des castes et des classes
Hélas, le travail pour y trouver sa place
Ce jeune se déplace
Se vêtir, conduire, manger
Payer son loyer
Et ce qui est étonnant
De l'émergence tardive d'un mouvement
Gilets jaunes
Pour, cependant, quelques aumônes
Car ne réclamant, pourtant, que le minimum, seulement
Avec tous les acquis sociaux, attaqués, rognés, gommés, forcément
Comme en 25 ans
L'antarctique
Et cela devient, là aussi, critique
Ainsi, trois mille milliards de tonnes
De la glace perdue, personne, d'ailleurs, ne s'en étonne
Alors
Que deux tiers de la population mondiale
Avec le changement climatique, c'est fatal
Vit à moins
De cent kilomètres des côtes
Premiers témoins
Et la calotte glacière de l'Antarctique
De pollution en pollution, l'on saute
Donc, une calotte glacière
Qui jamais ne récupère
Et est donc égale
Et à elle seule, c'est sidéral
70 pour cent des réserves d'eau douce de la planète
Tout le fric du monde étant bien malhonnête !
Et il y a 200.000 glaciers dans le monde
Il n'en faudrait pas plus pour que cela nous inonde
Avec des plates-formes de glace
Devenant des icebergs, mutation des traces
Une humanité infoutue
De dire stop au tout foutu
L'avenir du passé
Le passé de l'avenir
Tous les échouages du mazout
Des cargos qui font leur prout
24 janvier 1976
Olympic Bravery
16 mars 1978
Amoco Cadiz
12 décembre 1999
Erika
Pétroliers pollueurs
Bretagne, marées noires, au tout malheur
Et bien d'autres, d'autres pays, d'autres heures
Catastrophe de la mémoire
Sans la mémoire des catastrophes !
Il faudrait faire sauter
Ce monde pourri, vite du trinitrotoluène, TNT
27000 dollars la tonne
Rendre toute bêtise, aphone
Mais toute lutte sociale parcellaire
Devient, à long terme, de la nourriture réactionnaire
Le piège sempiternel du " Front commun "
Et l'on rentre à la maison, à la fin
Des organisations se détestant
Des syndicats se détestant
Des partis se détestant
Toutes les militantes, tous les militants, détestant
Tout ce qui ne leur est pas ressemblant
La militante, le militant
Que sa petite boutique, ne défendant
Et le révolutionnaire, donc, comme l'ennemi
Car, la révolution est son seul alibi
Et sans " Front commun ", l'on en viendrait vite aux mains
D'où l'indispensable besoin
De l'ennemi commun
Mais avec inévitablement différents objectifs
Aussi variables que fictifs
Sauf pour le capital
Qui s'en sort toujours sans mal
Car
La société spectaculaire marchande techno-industrielle
Voilà bien le plus terrifiant des cataclysmes, perpétuelle bielle
Et pour se faire la belle
La révolution psychologique
La révolution sociale, abolition de l'économique
La révolution comme seule solution
La révolution de la solution
Quand aussi, toute une pollution numérique
Polluant autant que des centrales nucléaires, ô panique
Chacun, chacune
Y apportant son petit panier, avec de la rancune
Contre cette perverse lacune !

Patrice Faubert ( 2019 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 12/09/2019.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Les gens connus - Patrice Faubert (Thoughts)
that life is such a maze ... - Inge Hoppe-Grabinger (Emotions)