Jürgen Skupniewski-Fernandez

Le Pentacle Indien/ 2ème partie

Il se lève avec un long soupir et se rend à la cuisine est rentré avec un plateau rempli. Pendant qu'il versait de l'eau et du café dans des verres et des tasses pour les deux messieurs, il a demandé ce qu'était cette société secrète. "Nous ne connaissons pas encore les détails. Ce ne sont que des hypothèses". "Comment savez-vous tout cela en si peu de temps?" Les deux hommes se sont regardés et se sont tus. Ils n'ont montré aucun intérêt à répondre à sa question. "S'il vous plaît, Monsieur Bertram, continuez à être à notre disposition. Ne prévoyez pas de quitter le pays à court terme. Nous avons informé votre ambassade à Port Louis du décès de Madame Verviers. "Nous croyons savoir que l'ambassade de la France à Pretoria a également été impliquée". Il n'avait pas prévu de voyages temporaires de toute façon. Le sujet n'était donc pas sur la table. "Je vois!" Les agents se sont levés, ont remercié pour le café et sont allés tous les trois à la porte d'entrée. Maurice l'a ouvert. Le gendarme Ephraim Elmire a sorti de la poche de son uniforme une carte de visite avec les contacts de l'autorité chargée de l'enquête. "Vous pouvez nous contacter à tout moment. Vous devriez nous rejoindre demain au poste de police d'Abercrombie. L'inspecteur en chef Laurent s'occupera personnellement de vos affaires. Nous l'appellerons et viendrons vous chercher à votre domicile". "Au fait, où étiez-vous entre 8h hier soir et 6h ce matin?" "Moi ! - Je me demande où ! Ici bien sûr et seul" ! Les deux policiers se sont regardés et se sont dit au revoir. Six heures ont maintenant passé. Il avait déjà bu plusieurs scotchs. Que diable faisait Véronique dans la forêt de mangroves et quelle était la société secrète dont les officiers ont fait état ? Agité entre deuil et émotions refoulées, il se demande s'il est vraiment en état de choc ou s'il n'aime plus vraiment Véronique ? Il soupira sombrement, incapable de saisir une pensée calme ; il s'assit et se pencha en arrière dans son fauteuil en rotin. Il a regardé en l'air. Son cerveau jouait au carrousel : meurtre, forêt de mangroves, police, tatouage, société secrète.      
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Jürgen Skupniewski-Fernandez.
Published on e-Stories.org on 05/02/2020.

 

The author

 

Book by Jürgen Skupniewski-Fernandez:

cover

Emotionale Welten von Jürgen Skupniewski-Fernandez



In den Gedichten hat der Autor das lyrische "Ich" durch ein vorwiegendes lyrisches "Du" bzw. "Wir" ersetzt, was eine kollektive Nähe zum Geschehenen hervorruft.
Die sehr eindrücklichen Beschreibungen leben von den vielen Metaphern und Vergleichen.
Eine klare und leicht verständliche Sprache sowie wohlgeformte Reime ermöglichen dem Leser einen guten Zugang zu den Gedichten.
Etwas für Lyrik-Liebhaber und jene, die gerne über das Leben philosophieren. Eine kleine poetische Reise, die den Leser zum Verweilen und zum Nachdenken über den Sinn des Lebens einlädt.

Möchtest Du Dein eigenes Buch hier vorstellen?
Weitere Infos!

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Crime" (Short Stories)

Other works from Jürgen Skupniewski-Fernandez

Did you like it?
Please have a look at:

Little Moments (Dawn) - Jürgen Skupniewski-Fernandez (Travel Stories / My Home Country)
Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humour)