Patrice Faubert

Précession de l'aberré

Du syndrome de Stockholm
Dépendance affective, tant des femmes que des hommes
Pire que la dépendance pécuniaire ou matérielle, en somme
De la famille, du couple, d'un groupe
Mais, comme une seule troupe
J'en suis le premier de cordée
Tu en es le premier de cordée
Il en est le premier de cordée
Elle en est la première de cordée
Car, la dépendance est si multiple et si variée
Que personne ne peut l'éviter
Du SDF au PDG
De la SDF au PDG
Sujet tabou que tout le monde veut ignorer !
Car, tout est dépendance, il faut bien l'avouer
Forcément, dans la loi du marche, le marché de la loi
Par cela, toute vie, embellie, supportée ou abimée
Par cela, toute vie, faussée, gâchée ou authentifiée
Et comme pour TOUT, du traduit et de l'interprété !
Et de plus
Et en plus
Précession
Immobilisation
Car, nous ne prêchons qu'à des convaincus
Facile, car, les convaincus, sont justement convaincus
D'ailleurs
Voilà qui fait peur
Les gens sont convaincus de l'être
Avec un discours logique, derrière
Tout discours logique étant réactionnaire
Si les gens étaient convaincus
Qu'ils ne le sont pas
Voilà qui serait révolutionnaire
La doctrine du doute qui persévère
Sauf des faits qui s'avèrent
Mais
Comme nous ne prêchons
Qu'à des femmes convaincues
Vaincues
Mais comme nous ne prêchons
Qu'à des hommes convaincus
Vaincus
En toutes opinions
En toutes relations
En toutes considérations
C'est à nous-mêmes que nous parlons
C'est nous-mêmes que nous écoutons
Et tout ce que nous disons
Et tout ce que nous échangeons
Déjà, nous le savons
Néanmoins
Nous nous en persuadons
Cela serait de la conversation
Mais alors, à quoi bon ?
Ainsi
Jamais, nous ne changeons
Et prêcher à des non-convaincus
C'est peine perdue
Car, cela n'a pour eux, aucune signification
Surtout, des hommes, des femmes
Voilà, l'origine du drame
Peut-être avec les enfants encore candides
Mais petit à petit, contaminés par l'insipide
Ainsi
Jamais, nous ne changeons
Parfois
Quelques points chauds
Comme du volcanisme au plus haut
Des révoltes
Mais plus du coup d'Etat
Que de la vraie révolution, dans la hotte
Avec des opportunistes de tout pouvoir, c'est bien cela
Il faudrait faire table rase
De toutes nos lois si nazes
En vérité, les lois de la domination
Avec toutes les mafias en inféodation
Et à tout cela
Contre tout cela
De l'astéroïde, du volcanisme
Des pluies d'acide chlorhydrique
Des pluies d'acide sulfurique
Rendre tout cela irrespirable
Rendre tout cela vérifiable
Toutes les activités humaines devenues incontrôlables
Comme des volcans destructeurs du monde
Comme des volcans créateurs du monde !
Mais
Depuis toujours, je suis confiné dans mes idées
Solitaire, comme un naufragé
D'autres
Qui sont confinés dans la pauvreté
D'autres
Qui sont confinés dans l'aberré
Dans leurs habitudes
Dans leurs certitudes
Il faudrait des tsunamis mentaux
Du mouvement brutal du plancher marin
De la plasticité neuronale qui survient
Terre qui se déchire
Raz-de-marée qui empire
Des zones de subduction
Tout étant étudié dans l'imprévision
2004, Indonésie
2011, Japon
Des centaines de milliers de victimes
Le climat en guerre, nous élimine
C'est du passé
C'est du présent
C'est de l'avenir
Toutes les époques mélangées
Et tant de catastrophes oubliées
Au tout accentué
De l'espèce humaine, de son industrie et de sa technicité
Certes
Si l'évolution est amorale
Toutes les banques sont strictement immorales
Comme la Banque nationale suisse
Qui fut la banque de l'or nazi, sous feu Hitler
Parfois, même, de l'or dentaire
Du moment que le lingot cela puisse plaire
Mais la Suisse n'est qu'une gigantesque banque
Pour blanchir l'argent propre ou sale, bonne planque
De la finance, un vrai tank
Et avec l'argent, tout est vraiment branque
Comme aussi
Des réseaux dits sociaux
Et en fait, asociaux
Comme aussi
De la prétendue humanité
Qui n'est que de l'inhumanité !
 
Patrice Faubert ( 2020 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 
 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 05/09/2020.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

La vulve et le vit - Patrice Faubert (Remembrance)
Switched on and of ....?💔 - Ursula Rischanek (Lovegrief)