Patrice Faubert

La société paranoïaque

Reconnaissance faciale
Du crédit social
Au vrai mensonge cru
De toute une fausse vertu
La Chine
Premier pays en dictature numérique
De la surveillance, pays historique
Comme Thales Nice
Du tout fascisme sécuritaire, véritable pisse
Du tout paranoïaque
Du tout xénophobique
Sauf là, car c'est via Israël
Qu'il faut se procurer les logiciels
Du fascisme libéral, Nice, ville historique
Caméras de surveillance
De la fausse bienveillance
Car, les caméras n'empêchent rien
Et donc, ne servent à rien
Sinon à filmer
Sinon à spectaculariser
Ce qui advient
Mais après-coup, au tout vain
Et 98 fois sur cent
Si des attentats sont déjoués
C'est par des moyens d'ancienneté
Du simple renseignement humain
Par des procédés humains
Et donc du non numérique
Et donc du non technologique
Mais, tout va, vers un totalitarisme planétaire
De la notation des citoyennes et des citoyens
Au tout affiché, au tout dénoncé !
Sur des panneaux de publicité
Mauvaises citoyennes et mauvais citoyens
Avec leurs mauvaises notes
Sur des panneaux de publicité
Bonnes citoyennes et bons citoyens
Avec leurs bonnes notes
Au tout affiché, au tout divulgué
Tout cela
Ne pouvant plaire, et déjà
Au fascisme rouge
Au fascisme brun
Et donc, à toute une prétendue démocratie
Avec donc, de prétendus
Bons citoyens
Avec donc, de prétendues
Bonnes citoyennes
Et si cela était cela, la démocratie ?
Du fascisme rouge ou du fascisme brun, savamment bien déguisés !
Tout cela
Devenant au fil des années
Comme une sorte de normalité
Gare
Pour celles et ceux, ne voulant pas s'y conformer
Haro, sur celles et ceux ne pouvant s'y adapter
Tout cela, ne pouvant découler
De la peur de la liberté
De la peur du sentiment angoissé
Angoisse de la poisse
La poisse de l'angoisse !
Tout le monde
Enfin, les dominantes et les dominants
Y accourant, s'y précipitant
Au tout se soumettant
Au tout acceptant
Oui chef
Bien chef
C'est d'accord, chef
Mais le chef a lui-même son chef
Le dominant est lui-même dominé
La dominante est-elle même dominée
Par un système qui les dépasse
Par un système qui les trépasse
Vaut-il encore la peine
De vivre, de sous-vivre dans un tel monde ?
Post-humanité
Inhumanité
Au tout droné
Au tout surveillé
Au tout contrôlé
De la nouvelle normalité
Au tout entièrement nazifié
Du crétinisme institutionnalisé
Tout gouvernement est à vomir
Politiciens et politiciennes qui font frémir
Avec l'assentiment forcé des populations
Tout un consentement d'aberration
De l'organisation de la falsification
La falsification de l'organisation
Comme pour la grippe américaine
Improprement dénommée grippe espagnole
Du faux bureaucratique, comme l'idole
Premier cas aux Etats-Unis
Un fermier américain, via des canards
Et là, ce ne sont pas des charres
Du complotisme à la con, il y en a marre
Fin été, même avant, automne 1918, jusqu'en janvier 1919
50 à 100 millions de victimes
Militaires et civils, et contre cela, aucune vitamine
1957
Grippe asiatique en France
30.000 à 100.000 décès
Des millions dans le monde, et là, ce sont des faits
Rien de nouveau sous le soleil
Rien n'étant jamais fait, et tout reste pareil !
 
Patrice Faubert ( 2020 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 05/10/2020.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Il n'y a pas si longtemps - Patrice Faubert (Remembrance)
Rainy Day - Inge Offermann (Emotions)