Patrice Faubert

Paraphysique des effets et des causes

La prostitution
Pour empêcher l'homosexualité
De jadis, une bourgeoisie puritaine, du corps abdiqué
De la famille, de la stabilité
Il fallait donc, de l'égout séminal
Pour éviter du drame familial
Quand l'on ne pouvait encore divorcer
Quand l'on ne pouvait encore se séparer
Avec des maisons closes
Avec de la police associée, et donc des clauses
Avec là encore, un droit de violer
La femme payée
La femme violée
Contre son vraie consentement, puisque rémunérée
Péripatéticienne clandestine ou encartée
Sachant de plus, converser
Donc, milieu et police, des enchevillés
Maison de tolérance
Du permis d'intolérance
Filles de la misère
De la maison d'abattage, pas trop hier
Du lupanar populaire
De nos jours numérisés, pornographie moins chère
Mais le sexe en lui-même n'est pas pornographique
C'est une façon d'en parler qui est pornographique
Alors que toute guerre en elle-même est pornographique
Il faudrait des cours d'anatomie
Il faudrait des cours de sexologie
Depuis la maternelle, depuis les parents, sans aucune grivoiserie !
Si aucune sexualité n'est sale
Sauf si elle violentée ou si elle est imposée
Par contre, toute guerre, elle, est sale
Comme une exhortation au mal
Quand toute gentillesse s'y décale
16/17 juillet 1942
Rafle du Vélodrome d'Hiver
13152 personnes arrêtées
4115 enfants
5919 femmes
3118 hommes
Cinq cent gendarmes français y ont participé
Au sauvetage des juifs, dix-huit sont à féliciter
Cependant
Que d'une façon l'autre, tout recommence
Cependant
Que d'une méthode l'autre, tout recommence
Cependant
Que d'une stratégie l'autre, tout recommence
D'un temps l'autre
D'un pays l'autre
Le disque est rayé, rayé, rayé, rayé, rayé, rayé
Toujours mêmes causes, mêmes effets
Ou à peu de choses près
Tout le monde le sait
Tout le monde le tait
Comme aux environs de 1745
Le Wahhabisme sévissait déjà en Arabie
Le fanatisme religieux, jamais, ne finit
Islamisme, catholicisme, protestantisme, merdisme
Et toute religion a son fanatisme
Toute religion a son intégrisme !
Les religions
Soumettent les peuples
Les idéologies
Asservissent les peuples
Tout un travail d'abrutissement
Préparant le terrain à tout tyran
Et hélas le plus souvent
L'ancien esclave devient à son tour esclavagiste
Et pas seulement à l'époque mahdiste
Et pas seulement à l'époque du britannique Soudan
Car
Personne n'est jamais bien guidé
Dans cette sotte société
De la liberté d'expression des conditionnements
Et non de l'expression libérée des conditionnements
Où tout est imposé par une autorité
De la police, de l'armée
Qui savent partout s'infiltrer
Pour diviser, retourner, ou phagocyter
Comme aux USA, avec le Black Panther Party
Qui par certains des siens aussi, fut trahi
Finalement c'est l'armement qui fait suprême autorité
Ainsi, d'une bataille entre arabes et anglais
Exemple de jadis qui claque comme un coup de fouet
Quand une mitrailleuse anglaise
Fit douze mille morts arabes à l'aise
Pour seulement 48 morts anglais, sordide furie anglaise
Le pouvoir des armes
Les armes du pouvoir
Et tout président est un criminel de guerre et un tyran
C'est le chef des armées, on l'oublie souvent
Pouvant tout réduire à néant
Comme le peut ou le pourrait tout volcan !
Comme lahar en colère
Ou du volcan sous-glaciaire
Avec encore et toujours les trapps de Sibérie
Encore pas demain, encore pour aujourd'hui
Déjà il y a un million d'années
Déjà il y a 250 millions d'années
Avec la grande extinction du Permien
Quand disparut quatre vingt dix pour cent des espèces
Cela se paye en épices ou en espèces
Volcans destructeurs mais aussi bénéfiques
Hors la terrifiante inondation basaltique
Avec aussi la réserve d'eau de l'Antarctique
1,5 km d'épaisseur, calotte glaciaire magique
70 pour cent de l'eau douce de notre planète
Et nous la faisons fondre, jour après jour, c'est bête
Certes
Le volcanisme mortifère attend son heure
Avec des dizaines de volcans en activité
Et à Naples, bientôt, l'on pourrait pleurer
Donc, des glaciers qui fondent comme du beurre
Avec dans environ vingt ans, des villes du monde entier
Sous l'eau, pouvant se retrouver
Cela est pourtant souvent dénoncé
Cela est même au tout mélangé
Documentaires, films, livres, pour ne pourtant rien changer
Trop tard
Pas trop tard
Avec présentement un virus instrumentalisé
Pour des populations, les museler, les apeurer
Et surtout les contrôler !
Oui, nos cerveaux ne doivent pas être disponibles
De toute récupération, de toute instrumentalisation, devenir les pénibles
Curieusement, de l'été 68, à janvier 70, grippe de Hong Kong
Aucune inquiétude, aucun gong
Et ce dans le monde
Certes, environ 31000 décès en France
Certes, environ 1 à 4 millions de décès dans le monde
Et l'immunité collective fit sa ronde
De toutes façons, nous devons changer de fond en comble
Être ou avoir, mutation des comportements
Être ou avoir, mutation des idées et des pensées
Être ou avoir pour ne pas trop vite crever !
 
Patrice Faubert ( 2020 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 
 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 11/01/2020.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

L'embauche - Patrice Faubert (Satire)
Rainy Day - Inge Offermann (Emotions)