Patrice Faubert

Kukluxklanisation des mondes mentaux

Chaque année en France
Pour les lapins, du marathon de l'offense
Trente millions de lapins consommés
Et à neuf dans des cages grillagées
Pendant 42 jours, ils sont engraissés
De tous les animaux non humains, les plus maltraités
Mais dans un monde marchand
Vendre, louer, acheter, comme principal liant
Du passé ou du présent
Futur de toute une continuité
De la maltraitance tous azimuts en pérennité
De l'indifférence comme seule unité
De temps, de lieu, de la connectivité
Ce qui permet cela
A pu permettre, peut permettre, d'autres tracas
Déterminismes culturels, automatismes conceptuels, toujours là
De relais en relais, au cas par cas
1865
Naissance du Ku Klux Klan aux USA
Fanatiques racistes et suprémacistes
Inutile de préciser qu'ils sont sudistes
Fin de la guerre civile américaine
Sept cent mille morts, implacable haine
Mais des raisons économiques cachées, ô déveine
Donc, des milices du Klan, ce cercle
Terroristes assermentés, terrorisant
Et dans son encercle
Tuant, brûlant, dans son impunément
La communauté des peaux noires
Et avec une impunité blanche, les conduisant au désespoir !
Encore un génocide
Encore, tout un politicide
Encore, tout un populicide
Et maintenant, de l'écocide
Et dans mes propos, rien d'acide
Simplement
D'une époque l'autre
D'un temps l'autre
D'une guerre l'autre
D'un attentat l'autre
D'une tragédie l'autre
D'une rivalité l'autre
D'une compétition l'autre
D'une hiérarchie l'autre
Absolument tout se tient
Et ce la main dans la main
Car il n'y a en rien, aucun tabou
C'est du socioculturel, c'est tout
Mais
Comme le tabou d'une culture acquise
La culture acquise d'un tabou
Ainsi, de l'inceste
Qui fut souvent hors l'inepte
Puisque pratiqué par l'antiquité et la noblesse
Encore et toujours une histoire de fesses
Et donc tout ce qui est ou pas d'aujourd'hui
Est aussi d'hier, c'est certain
Comme pour la xénophobie
Comme pour l'antisémitisme
Des mamelles de tout nationalisme
Comme le film de 1915, " Naissance d'une nation "
Qui, hélas, influença tant de générations
Et sans cesse du reproduisant
Ainsi le Klan
Dans les années vingt, quatre millions de membres, fanatisant
Pour réduire en cendres, les peaux noires
Qui avec le peuple juif sont le faire-valoir !
Voilà bien
Du nazisme, du fascisme, du contemporain
Gens s'entendant d'ailleurs fort bien
Comme le capital faisant feu de tout et de rien
Tout un empire colonial
Des massacres, des tortures
Asservissement, esclavagisme de culture
Les gens culturellement lobotomisés réclamant cette forfaiture
Tout un marquage de fausse conscience
La fausse conscience du marquage
Avec de la soumission comme fondation
Avec de l'exploitation esclavagiste comme un maçon
France, Angleterre, Amérique
Espagne, Hollande, Belgique
Et tout un monde de profit et de fric
Comme son spectacle qui l'entonne
Rare est son feu ( 1916 - 2002 ) Raf Vallone
Qui à son antifascisme, détonna et encore détonne
Mais le pire du travail
Et à quelque chose ou rien, tout travaille
Les préjugés en travail
Les lieux communs en travail
Les jugements de valeur en travail
Comme la femme qui accouche, en travail
Et le travail est toujours forcé
Et le travail est toujours esclavagisé
Sauf celui, rare, qui est une passion gratifiée
Mais toute activité est un travail, activité rétribuée ou pas rétribuée
Et puis
Il faut manger, boire, dormir
Et surtout, se loger, se vêtir
D'une façon l'autre, ou alors crever
Nonobstant, tout a été si souvent dénoncé
Films, documentaires, livres, à la radio, à la télé
Mais ne prêchant qu'à des gens déjà convaincus
Les autres, c'est du pas vu, c'est du pas su
Tout conditionnement réclamant son dû
Se confortant, se renouvelant, dans son pus
Rien, ainsi, sauf cela, ne pouvant être cru
D'une nation l'autre, de ce fait, se consolidant
D'une période l'autre, tout se reproduisant
Du fond ou de la forme, au faux changeant
Toutes les insanités de plusieurs temps
Qui vont ensemble en se mélangeant !
 
Patrice Faubert ( 2020 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 11/05/2020.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

La prison est née de la notion de propriété - Patrice Faubert (Experimental)
Good bye - Jutta Knubel (Emotions)