Jürgen Skupniewski-Fernandez

Lettre à un ami/ Voyage Oriental 3

Mon cher ami,

Cela fait de nombreux mois que nous n'avons pas eus de nouvelles. J'espère que tu es en bonne santé et que ton travail archéologique a progressé. Entretemps, je me suis très bien installé à Mahdia et j'ai utilisé ce temps pour moi. Mon âme a été littéralement capturée par cet endroit. Chaque pas dans la vieille ville pittoresque est un pas vers mon être le plus profond. C'était donc une bonne idée de me donner un peu de temps libre. Chaque matin, je me lève ; la mer bleue profonde m'accueille avec une brise de désir et d'aventure. Il me laisse la liberté de penser et d'écrire dans un silence et une paix absolus.

La maison historique où j'habite a été construite au 18ème siècle. Ses murs de fondation remontent au 12e siècle, à l'époque fatimide. Il aurait appartenu à un riche marchand. La famille tunisienne a eu la gentillesse de me laisser les chambres hautes, qui ont encore le caractère de l'époque. La maison fait face à la mer, d'où la vue magnifique sur l'eau. Au rez-de-chaussée se trouvent les locaux de service et de stockage. Les murs sont en partie recouverts de carreaux de céramique colorés, voire colorés.

Le sol semble avoir été recouvert de restes de vieilles pierres ; des motifs géométriques apparaissent. Je pense que le matériel provient de stocks historiques. À cette époque, le matériau de construction nécessaire était également de vieux bâtiments et réutilisés à nouveau.

Les entrées des chambres à coucher sont toutes équipées d'éléments en bois sculpté. Les motifs orientaux, principalement des motifs floraux, sont tous peints de façon colorée. Les pièces que j'habite, au nombre de deux, avec un large couloir, sont meublées de manière traditionnelle. Le canapé confortable, cependant, n'a été ajouté que maintenant. A la fin se trouve un ancien coffre en bois fait et peint à la main. Un coffre de mariage. Il y a 200 ans, le trousseau du couple de mariés y était encore conservé. Maintenant, tu as aussi appris à connaître ma zone intime.

 

Dans la dernière lettre, je te parlais de la rencontre d'un vieux Tunisien. Il m'a demandé, comme tu t'en souviens, de venir sur la tombe de Maribu n'importe quel jour de la semaine. Il y a donc deux lieux de sépulture, qui se trouvent sur une colline à côté du petit phare. Les deux dômes blanchis à la chaux sont proches l'un de l'autre.

Je me suis décidé pour un jeudi. Je suis donc parti il y a deux bons mois. Passé les tombes, jusqu'à la colline pour les dits bâtiments en forme de dôme.

Une foule de personnes se trouvait sur le site, assises sur des pierres ou des corniches. Ils tenaient tous des assiettes en céramique dans leurs mains ; ils mangeaient,

ont parlé et ri ensemble. Plusieurs femmes distribuaient de la nourriture à partir de différents récipients. Chaque personne qui a eu son assiette remplie a été remerciée par les bénédictions du Coran.

 Franchement, j'ai été surpris de trouver cet endroit si vivant. Mais le fait que les gens mangent ici, au cimetière, entre les tombes, m'a complètement irritée.

Au début, j'ai pensé à quelque chose comme une veillée mortuaire. Mais j'ai immédiatement rejeté cette idée à nouveau, car je connais les rites funéraires islamiques. Alors que je couvais au soleil, le vieux Tunisien est apparu comme par magie, tout enveloppé de blanc dans un Jeba (caftan). Sa tête aussi était encadrée par des tissus blancs, de sorte que sa peau de cuir brun foncé était mise en valeur. Ses yeux sombres et profonds brillaient et il semblait qu'une paire d'étoiles chaudes me regardaient. Il m'a salué et m'a assigné une place sur un rebord de la tombe de Marabout. Il rassembla son Jeba entre ses jambes, s'assit sur la marche blanchie à la chaux et tint de la main gauche le fagot d'étoffe rassemblée. Je me suis assis à côté de lui.

 

Nous parlions en français. Il pouvait voir sur mon visage étonné à quel point j'étais irritée. Mais ensuite, il m'a parlé : "Je ne suis pas surpris que tu sois venu au tombeau un jeudi". Il a souri.

Je suis resté silencieux et je l'ai écouté attentivement. "Vous êtes sûrement surpris de trouver tous ces gens ici et qu'ils dînent joyeusement dans notre cimetière à côté des sites Marabus. Chaque jeudi vers 16 heures, des personnes pauvres et démunies viennent ici au lieu saint et reçoivent un repas de familles charitables. C'est notre repas traditionnel : Couscous".

Tu peux imaginer que j'ai été surpris. C'est un merveilleux acte d'humanité qui existe encore. C'est ce que j'ai ressenti. Nous avons également été dégustés tous les deux. On nous a donné un bol de couscous fumant et un autre de légumes cuits à la vapeur. C'était délicieux. J'ai été profondément ému et très heureux à ce moment.

 

 

 

 

 

 

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Jürgen Skupniewski-Fernandez.
Published on e-Stories.org on 11/24/2020.

 

The author

 

Book by Jürgen Skupniewski-Fernandez:

cover

Emotionale Welten von Jürgen Skupniewski-Fernandez



In den Gedichten hat der Autor das lyrische "Ich" durch ein vorwiegendes lyrisches "Du" bzw. "Wir" ersetzt, was eine kollektive Nähe zum Geschehenen hervorruft.
Die sehr eindrücklichen Beschreibungen leben von den vielen Metaphern und Vergleichen.
Eine klare und leicht verständliche Sprache sowie wohlgeformte Reime ermöglichen dem Leser einen guten Zugang zu den Gedichten.
Etwas für Lyrik-Liebhaber und jene, die gerne über das Leben philosophieren. Eine kleine poetische Reise, die den Leser zum Verweilen und zum Nachdenken über den Sinn des Lebens einlädt.

Möchtest Du Dein eigenes Buch hier vorstellen?
Weitere Infos!

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Philosophical" (Short Stories)

Other works from Jürgen Skupniewski-Fernandez

Did you like it?
Please have a look at:

El pentagrama Indio - 3 - Jürgen Skupniewski-Fernandez (Crime)
Pushing It - William Vaudrain (General)