Patrice Faubert

De la chimère connectée

" C'est des tombeaux, on écoute les conneries aux informations. Et à force d'écouter la télé, t'as l'impression que le virus, il va traverser ta télé ! C'est pas les matons qui vont te l'apporter, c'est la télé ! "
 
P; centrale de Lannemezan, le 25 avril 2020
 
" Ils sont l'ordre, nous serons le bordel. "
 
Olivier.( L'envolée, numéro 1, juin 2001 )
 
Maintenant
C'est le nazisme
En nouvelle version
Qui prétend
Lutter contre la nazisme
Maintenant
C'est le fascisme
En nouvelle version
Qui prétend
Lutter contre le fascisme
Maintenant
C'est le libéralisme
En nouvelle version
Qui prétend
Lutter contre le libéralisme
Corps domptés et esprits colonisés
Autant que les empires coloniaux du passé
Qui surent assujettir et exterminer
Avec des dictateurs locaux sur mesure, des stipendiés
Avec la France et autres pays, toute une complicité
Le capitalisme
Déjà et toujours
Tel l'escamoteur maîtrisant tous ses tours
Et à tous les postes décisionnels
Y ont la part belle
De tout trafic
De toute politique
De tout discours logique
Pour bien mener les populations à la trique
Et les tenir surtout au fric
Sachant même faire toc toc
Visage éculé du troc !
Il en va du mica
Comme pour tout, d'ailleurs, c'est bien cela
Toute une industrie de la saloperie
La saloperie de toute industrie
Des mines de mica
En Inde, ou souvent, dehors, l'on fait caca
Femmes payées un euro par jour
Enfants, l'interdiction n'y pèse pas lourd
Car
Le mica est nécessaire
Si on laisse faire
Pour la peinture des carrosseries
Pour les composants électroniques
Pour l'industrie du cosmétique
L'Oréal, Merck, berk
Le français ou l'allemand
L'Oréal
Qui fut si proche de l'extrême droite du capital
Jadis comme du fatal
Tout produisant du dégueulasse
Réduisant toute vie au schlass
Du luxe, du confort
Avec tant de mortes et de morts
Car nous produisons de la pollution
Car nous produisons de la soumission
Car nous consommons du carnage et de l'aberration
Tout acte, tout fait
Ne pouvant, le plus souvent, provenir que d'un méfait
Ne pouvant, le plus souvent, provenir que d'un forfait !
Tout préjugé
Ne générant que de la stupidité
Comme l'extermination des renards
En France, tant et tant de chasseurs, véritables connards
Cent mille renards
Ainsi tués chaque année
Et des campagnols qui vont pulluler
Avec ce qui va avec
La connerie a toujours le même bec
De la monoculture
Qui dévaste tout, pour sûr
Alors
Qu'il faudrait des ateliers coopérants
De nouveaux habitats, il faudrait générer
Du nouveau mentalisme, du nouveau gérant
Avec
Toute une gestion de la biodiversité
Plus aucun intermédiaire artificiel
Quand la solution est dans le naturel
Il faut, en équation
Il faudrait, en disparition
En finir avec la virtualité des contacts
Avec ou sans virus, pour le dire avec tact
Des contacts de virtualité
Comme sur l'internet, pour grandement s'illusionner
Avec des millions et des millions de clics, de la chimère connectée
Et pas un seul vrai ami
Et pas une seule vraie amie
Car elle est ailleurs, la vraie vie !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 01/14/2021.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

L'anarchie outrepassée - Patrice Faubert (Philosophical)
Only three words...❣️ - Ursula Rischanek (Love & Romance)