Patrice Faubert

La projection des préjugés

La société
Pour se faire pardonner
Tous les crimes
Tous les massacres
Toutes les injustices
De la guerre permanente suprême miss
Et pour se dédouaner
Et pour décarboner
Elle a donc l'alibi de divers prix
Du ne faîtes pas ce que je dis
Du
Vous pouvez toujours causer
Mais réellement vous ne pouvez rien changer
Car l'on ne peut pas
Amender le capital
L'on ne peut
Que l'éradiquer, que l'abolir
Sinon, il se régénère et ne peut finir
Car face à de fausses attaques
Car face à de fausses critiques
Le capital s'en nourrit, famélique
Ipso facto, tout ce qui n'est pas libertaire
Comme la fameuse Espagne communiste libertaire
Le capital en fait un allié réactionnaire
Ainsi, toute fausse contestation
Est nécessaire au système
Elle l'aime, il l'aime
Il ne peut y avoir même une frileuse démocratie
Sauf l'hypocrisie, dans notre monde si nazi
Avec des syndicats, des organisations, et des partis
Qui alimentent et qui nourrissent la tyrannie !
Le monde entier
Qui sut si bien se nazifier
Avec dans la plupart des têtes, des croix gammées
Il suffit de voir l'état des prisons
En France, la Gestapo des matonnes et des matons
De faux suicides, de vrais assassinats
Et ce au cas par cas
Et pour prendre la relève de toutes les saloperies
Le capitalisme vert, déjà prêt, guili-guili !
Toutes les bourgeoisies
Toutes les hypocrisies
Peuvent avoir des rivalités
Mais sont unifiées pour ne rien changer
En seule urgence climatique
La guerre civile mondiale contre cette clique
Le monde d'ailleurs est une guerre civile
De tout pouvoir étatisé rempli d'imbéciles
La plupart des gens
En sont les soumis
D'accepter tout ce mépris
Droite, droite, droite, droite
La gauche de la droite
L'extrême gauche de la droite
La droite de la droite
L'extrême droite de la droite
Tout est de droite dans nos vies
Car les nazis sont partis, mais le monde est resté nazi
Avec tout un foutage de gueule
Que tout média affine à la meule
Les gens
Ne méritent même plus d'être défendus
Trop mous, reptatifs, de vrais faux culs !
Plus qu'une erreur
L'espèce humaine est une terreur
Partout où elle passa
Le vivant trépassa
Partout où elle passe
Le vivant trépasse
Certes
Des exceptions
Mais si rares, comme une pâmoison
Hier, aujourd'hui, demain
Car rien n'est jamais vain
Ainsi, de ce peuple de l'Arctique
Pour définir la neige, si éclectique
Trois cent mots
Et pour définir la guerre
Aucun mot
Car la vraie paix ne peut imaginer la guerre
Donc, des ressources futures, pas de résilience
De la guerre commerciale
Avec les trois géants du capital
Chine, USA, Russie
Vrais pays prédateurs contre la vie
En rapport, les loups sont bien gentils
Plus que 500 ou 600 loups en France
Plus que 200.000 loups dans le monde
Et si le loup, n'est pas, lui, un loup
Pour le loup
L'être humain, est, lui
Un loup pour l'être humain
Du moins, du préjugé que nous en avons
Ce que aussi, chez tout autre, toute autre, nous percevons
Car ce sont nos préjugés, sur les autres, que nous projetons
Sans compter, nos lieux communs, nos jugements de valeur
Donc
Chez les autres
Nous transférons nos préjugés
Et ce sont eux que nous voyons
Et l'autre est comme un coffre-fort
Qu'il soit vivant ou qu'il soit mort
Ainsi
L'autre, est pour l'autre, un ou une autre
Nous sommes l'autre pour les autres
Un ou une incompréhensible
Un ou une inaccessible
Comme une mission impossible !
 
Patrice Faubert ( 2020 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 01/20/2021.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Paraphysique de la biomasse mondialisée - Patrice Faubert (Politics & Society)
TELL ME, PLEASE TELL ME - Marlene Remen (Friendship)