Patrice Faubert

Rétroaction de rétention bouclée

Peut-être
Sommes-nous fils et filles de trous noirs
Peut-être
Sont-ce nos pères !?
Peut-être
Sommes-nous filles et fils de supernovae
Peut-être
Sont-ce nos mères !?
De la matière noire
Donc de la matière invisible
Du passe-muraille
Du qui se taille
De la glu gravitationnelle
Particules fantômes obsessionnelles
Du spéculatif en entité de pensée
De la pensée entité
Avec ainsi de gigantesques collisionneurs
En espérant ne pas rire de colossaux illusionneurs
Car
Un million de milliards de collisions
Pour l'hypothétique particule de matière noire
Certes
Pour un peu mieux y voir
Avec le risque de milliards d'euros en déception
Mais de toutes façons
Chaque nouvelle connaissance
S'accordant avec une nouvelle ignorance
C'est du sisyphéen
C'est du sans fin
Et du particulaire au cosmologique
Toute une réalité du théorique
Toute une théorique de la réalité
Et qui va capituler
La théorie ou la réalité !?
Avec aussi, la réalité
De tout le fric dépensé
Et qui, malgré tout, aurait pu être utilisé
Pour la construction d'hôpitaux
Pour la construction de centres d'hébergement
Pour des migrantes et des migrants
Du refuge politique le plus souvent
Pour les accueillir décemment et correctement
Avec des centres de distribution de nourriture
Pour les pauvres et les sans aucun domicile
Sans aucune ségrégation imbécile
Mais quand quelques milliardaires
Se partagent la planète Terre
Tout cela semble effectivement difficile
Et le règne du verticalisme plus facile
Dommage
Mais l'espèce humaine est conditionnée au carnage
Ailleurs ou en France
Il aurait pu être construit
Des logements pour indigentes et indigents
Qui seraient totalement gratuits
Pour cela
De l'ici et du maintenant
Sans tout un usinage de l'obsolescent
Produire pour produire
Chercher pour chercher
Et tout, très vite, est à jeter
Alors que tout se meurt
Alors que tout se pleure
Devant le faux choquant qui choque
Quand le vrai choquant, lui, aucunement, ne choque
Avec toute une normalité de l'horreur
Avec toute une normalité de la terreur
Dans ce mur, même à vitesse limitée, nous fonçons à toute heure !
Tout un surplace
D'une même face qui nous masse
Et à quoi bon le tout technoindustrialisé
Alors que l'air que nous respirons est empoisonné
Alors que tant de gens se sont suicidés
Alors que tant de gens vont se suicider
Le métier de vivre étant devenu comme impossible
Il faut s'accrocher aux branches de l'impassible
Et la planète Terre
Envisageant de la quitter, quelques milliardaires
Une poubelle du capital
Il n'y aurait plus rien à y faire
Tout étant trop sale
" Vae victis "
Du chef gaulois Brennos dit Brennus
En rapport à une Rome, temporairement vaincue
Mais, tous lieux, tous temps, toutes époques
De la future défroque, aussi, pour les vainqueurs
Car, certes, malheur aux vaincus
Car aussi, malheur aux vainqueurs
De tout butin quel qu'il soit qui fond comme du beurre
Quand
Il n'y a plus que des ruines relationnelles
De la surveillance algorithmique
De l'empreinte numérique
De diverses mémoires artificielles
Normalité de la conformité
Conformité de la normalité
Que plus personne n'osera contester
Ou alors, faussement et subtilement, en questionné
Avec déjà tout un maintien de l'ordre prédictif
Alors que l'entretien le faux conspiratif !
Les fondations sont là
Pour un monde totalement totalitaire
Et il l'est déjà
Au tout surveillant
Au tout contrôlant
Toute rencontre, autour, s'y organisant
Et au tout, surtout, l'entretenant
Ainsi
Facebook
Et qui sent moins bon qu'un bouc
Du flux numérique
Deux milliards de personnes par jour
Et encore de chaque internaute par jour
500 mégabits en données numériques
D'une course mortifère et frénétique
Et si c'est cela la pensée multiple
Elle ne saurait être pire, la pensée unique
Comme une boucle de rétroaction
Boucle de rétroaction en rétention !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ )
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 03/28/2021.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Paraphysique de l´emprise - Patrice Faubert (Politics & Society)
The secret is ... - Inge Hoppe-Grabinger (Psychological)