Qayid Aljaysh Juyub

Le grand boum

Ce test mémorable a eu lieu dans la nuit du 31 février et devrait rester longtemps dans les mémoires. Les personnes présentes dans la salle de contrôle de la centrale nucléaire de Kataklizm, dans la région de Bananova Durnakrayina, n'étaient pas vraiment conscientes de la particularité de la situation et pensaient qu'il s'agissait plutôt d'un test de routine.
Quelque temps avant les événements décrits plus loin, le contrôle de la centrale nucléaire a été automatisé à l'aide d'un système informatique plus ou moins sophistiqué et n'a donc nécessité que deux personnes par équipe. Cette équipe très peu coûteuse se composait d'un ingénieur en chef en tant que superviseur et - pour ainsi dire en tant que serviteur mal payé - d'un assistant technique. Ce dernier était le plus misérable car, en tant que dernier maillon de la chaîne alimentaire et organe d'exécution, il devait effectuer la quasi-totalité des tâches et se voyait accorder à contrecœur, grâce aux nouvelles "lois sur la protection du travail", une demi-heure de pause dans son équipe de 12 heures. Ce temps de repos extrêmement généreux était en outre laissé à l'appréciation du chef de garde, qui pouvait l'annuler sans justification dans des circonstances particulières ; ce qui était souvent et volontiers fait.
Un contemporain non averti pourrait penser qu'un système de contrôle d'une centrale nucléaire ou son logiciel devrait être testé sans grand risque dans une installation de simulation. Cette hypothèse est cohérente à première vue, mais elle ne tient pas compte des 'composants économiques'. Pour des raisons écologiques - en raison de la "protection du climat" -, les tests ont été effectués sur le système en fonctionnement, ce qui a permis de réaliser des économies substantielles. Dans l'optique de maximiser les bénéfices, on a également travaillé avec un minimum de personnel et réalisé les tests de réception officiels avec un seul testeur et un seul responsable de la qualité.
Au total, quatre personnes se trouvaient dans la salle de contrôle : le Dr Chornyla Pizer (responsable qualité), le Dr Dupu Otvir (superviseur), Bidnyy Posiyaty (assistant) et Kamikadze Kharakiri comme testeur.
Des noms peu communs, n'est-ce pas ? Pour y voir plus clair, le lecteur avisé peut les traduire de l'ukrainien à l'aide d'un outil approprié.
"Mon cher Chornyla, pouvons-nous commencer le test ?"
Le 'chef de garde' Dupu Otvir a adressé un sourire conspirateur et baveux au responsable de la qualité. En fait, la procédure aurait déjà dû commencer il y a une bonne heure, mais le Dr Pizer - éducateur social et philosophe de formation - a insisté pour que l'on discute en détail et que l'on modifie certains termes de la procédure de test, dont le sens n'était pas vraiment clair pour le responsable de la qualité, qui n'avait pas de connaissances techniques de base et n'était pas prêt à apprendre des "absurdités aussi triviales".
Il convient peut-être de mentionner ici qu'en raison des 'normes de qualité innovantes', même les postes de cadres moyens en RFA devaient être exclusivement occupés par des diplômés de l'enseignement supérieur, les compétences techniques et sociales du candidat ne jouant aucun rôle ; des études quelconques l'emportaient donc finalement sur des décennies d'expérience professionnelle.
"Alors Dupu, vraiment ! Si c'est le cas, alors DOCTEUR Chornyla ! Sans titre, on se sent tout nu !".
Dupu Otvir ricana avec une soumission compréhensive.
"Oh, bien sûr, je comprends tout à fait. Alors cher Dr Chornyla : devons-nous commencer maintenant ?"
Souriant avec dédain à la manière aristocratique, le psychologue social dédoublé fit comprendre son accord d'un geste nonchalant et hommage, à la manière des Césars romains qui venaient d'ouvrir des jeux sanglants particulièrement amusants avec des acteurs chrétiens non professionnels.
"Bien ! Posiyaty, vous allez lire la procédure et celui-ci l'exécutera !"
'Celui-là', de son vrai nom Kamikadze Kharakiri, sourit étrangement tandis que l'interpellé regardait le super-visor avec une légère réticence.
"Désolé chef, mais n'est-ce pas le rôle du responsable qualité ?"
Complètement abasourdi, le chef de la garde regarda son subordonné récalcitrant.
"QUOI ? comment oses-tu me critiquer ! Le Dr Pizer n'est pas là pour effectuer des tâches aussi basses. Alors, commencez !"
"Oui, Dr. Chef !  Commençons par l'initialisation : 1. Note l'heure du système et ..."
"Stop !"
Interrompu par l'exclamation véhémente, le lecteur se tait brusquement. Dupu Otvir, quant à lui, regarda le qualitatif à l'air agacé avec une sympathie bien jouée.
"Oui, mon cher Dr Chornyla ?"
"Alors Dupu, ça ne marche pas comme ça ! Qu'est-ce que ça veut dire ? L'heure du système ? Qu'est-ce que c'est que cette procédure de test stupide ?"
Le 'chef de la garde' lança un regard sévère à Kharakiri, tel un grand propriétaire terrien russe qui envisageait d'exiler à vie en Sibérie l'un de ses serfs pour cause de regards récalcitrants.
"Posiyaty, demande à ce type à quoi il pensait !"
Le technicien qui lisait, heureux dans un sens de ne plus être tout à fait au bas de la chaîne alimentaire, se tourna, légèrement gêné, vers le testeur qui avait en même temps conçu la procédure.
"Kamikadze, tu as entendu le chef !"
Il convient de préciser ici que le lecteur de procédures et le testeur étaient d'anciens collègues. Dans le cadre de la rationalisation évoquée, Kharakiri a perdu son emploi en raison de son manque de docilité, mais il a été embauché en tant qu'"auxiliaire" pour ses compétences professionnelles, au salaire minimum, dans le cadre d'un contrat à durée déterminée.
"Comme défini dans les exigences, l'heure du système est l'UTC".
"Mais qu'est-ce que c'est que 'UZB' ? Ces travailleurs auxiliaires ! Il parle peut-être de la BCE ? Non, ce n'est vraiment pas possible !"
Cachant bien son horreur, le superviseur décida de mettre un terme à cette scène désagréable.
"Cher docteur, ce type insolent parle du temps universel coordonné. Comme dans l'aérospatiale, c'est ainsi que l'on mesure le temps chez nous.''
"Vraiment ? Comment puis-je, en tant que directeur de la qualité, connaître des détails aussi insignifiants après cinq ans passés dans la 'société nucléaire à responsabilité limitée' ? Ensuite, l'assistant doit faire la redline suivante : 'Notez le temps universel'. Monstrueux, cette incompétence !"
Au fond de lui, Dupu, soucieux de sa carrière, maudissait le fait de dépendre du bon vouloir du contrôleur de qualité pour sa promotion au poste de chef de section, car c'est lui qui décidait depuis peu, en tant qu'instance suprême, si un test était considéré comme réussi ou non, et la direction n'appréciait guère les échecs. Comme il lui était impossible de s'attaquer au fanal de la qualité à contrôler, le chef de la garde un peu modeste a préféré se défouler sur Bidnyy Posiyaty. Dans ce contexte, le testeur avait à nouveau la chance extraordinaire de se trouver si bas dans la hiérarchie aux yeux du superviseur qu'il n'était même pas digne d'être victime de son agressivité.
"Hé, assistant, remplace 'temps système' par 'temps mondial' et continue !"
Le conférencier fit ce qu'on lui demandait avec un sentiment de malaise.
"Oui, docteur chef. Ah, voilà la suite : vérifier que la puissance de l'unité de réacteur sélectionnée est réduite à 1000 MW ..."
"ARRÊTE !"
Cachant habilement son irritation, le chef de garde, devenu peu confortable, regarde son pizer.
"Oui, cher Dr Chornyla, qu'a encore fait cet assiégé ?
"Cher collègue, je me demande sérieusement de quoi il s'agit ? Qu'est-ce que ça veut dire 'MW' ? Ne peut-on pas le convertir en kilowattheures ? Au lieu de cela, on nous assène un charabia technique incompréhensible !  Leur personnel et leurs auxiliaires bon marché sont tout simplement incompétents. Qu'est-ce que c'est que cette histoire d'initialisation ? J'attends que les préparatifs des tests soient terminés !".
"Alors, aide, demande à l'auxiliaire s'il a effectué l'initialisation ! Ensuite, tu commences la procédure de test proprement dite, mais en vitesse et sans tralala technique inutile comme les mégawatts et autres !".
Le réprimandé regarda son supérieur avec un visage triste.
"Monsieur Kharakiri et moi avons pourtant initialisé le système en votre présence parce que le Dr Pizer avait une heure de retard".
"Ces internes, de quoi ils parlent ! Alors continuez, assistant !"
"Comme vous voulez, docteur chef. Alors voilà :
Subtest 1, test de stress du bloc réacteur sélectionné. Ouvrez une fenêtre de console sur le poste de commande et arrêtez les processus suivants :
GAU_Emergency 1, Cherno_bil_C et Fuku_shima_2.
Fuck, qu'est-ce qui se passe ..."
"STOP ! Que ces ouvriers doivent toujours être aussi grossiers ! Mais oui, pour quel réacteur cette connerie technique doit-elle être effectuée ? Je suppose que le testeur incompétent les a tous évoqués ! Qu'est-ce que Monsieur l'ouvrier auxiliaire a à dire à ce sujet ?"
Le directeur de la qualité, qui n'avait aucune connaissance en la matière, a adressé un sourire moqueur et obscène à Kharakiri, qui était resté silencieux jusqu'à présent et qui souriait de manière cachée. Contrairement au superviseur conscient de son statut, le Dr Pizer aimait humilier le prétendu 'idiot professionnel'. Par le passé, il y a même eu des discussions enflammées sur les bonnes pratiques, provoquées principalement par l'ignorance cumulée du philosophe Dr Pizer, et qui se terminaient régulièrement par un véritable triomphe de l'ignorance dans son absurdité. Finalement, le docteur dogmatique, en tant que monarque absolu des processus de l'entreprise, les modifiait de manière à pouvoir assouvir ses caprices à la manière des tyrans de la Grèce antique, sans tenir compte de la moindre expertise.
"Comme toujours, docteur divin, vous avez parfaitement raison ! Pardonnez mon incompétence, mais en tant que non-académicien, je suis un idiot. Bien entendu, je me ferai un plaisir d'abattre les processus pour tous les blocs de réacteurs ! Je suis un vrai ver de terre".
Aussi étonné que ravi, notre Dionysios moderne, dans une flagrante mésinterprétation d'intentions cachées et de sarcasmes évidents, jeta un regard presque complaisant au testeur.
"Eh bien, lui au moins sait où est sa place ! Alors Kharakiri, vas-y !"
Pendant ce temps, le lecteur, le visage blême et complètement abasourdi, avait écouté le dialogue et se sentait maintenant obligé d'intervenir.
"Ce n'est pas possible ! Nous mettons ainsi hors service l'arrêt d'urgence, l'alarme et le système de refroidissement de secours. Pour remettre tout cela en service, il faudrait redémarrer le système, ce qui prendrait une bonne demi-heure. Docteur chef, je vous en prie, on ne peut pas faire ça comme ça".
Selon son habitude, le chef de la garde Dupu avait jusqu'à présent laissé la situation se dérouler afin d'avoir à assumer le moins de responsabilités possible, et il considérait son subordonné presque suppliant d'un air assez peu charitable.
"Est-ce que quelqu'un t'a demandé ton avis ? Mais je ne veux pas être comme ça. Cher Dr Chornyla, comment voyez-vous les choses en tant que chef sur le ring ?"
Ne réalisant pas vraiment la stratégie d'évitement des responsabilités du superviseur, l'assurance démesurée du maître de toute imitation de qualité a pris des dimensions cosmiques.
"Cher collègue, je comprends seulement que des travailleurs bon marché veulent se donner de l'importance. Qu'est-ce qu'un ouvrier peut bien comprendre ? Mais je suis tout à fait démocratique, si bien que j'écoute aussi les paroles simples du petit peuple. Kharakiri a-t-il peut-être quelque chose à dire à ce sujet ?"
"Comme toujours, tout le monde se pâme devant votre dialectique, docteur !  Je voudrais modestement attirer votre attention sur le fait que ma procédure de test a été largement revue. J'ai intégré toutes les modifications demandées, qu'elles soient conformes ou non aux exigences. J'ai d'ailleurs inclus des commentaires contradictoires dans la procédure de test et les ai mis en italique. En fin de compte, c'est bien sûr le docteur Pizer qui décide de la marche à suivre" !
Le lecteur averti doit savoir que le nombre de personnes autorisées à commenter les procédures en question en amont a augmenté de manière exorbitante sous l'égide du responsable qualité. Entre-temps, même les chefs de groupe de la gestion des déchets ont été inclus, à condition bien sûr qu'ils disposent d'un diplôme universitaire, quel qu'il soit ; en revanche, les quelques spécialistes - comme Bidnyy Posiyaty - ont été supprimés de la liste.
"Bien Kharikiri ! Si tu continues comme ça, tu seras promu gardien de latrines ! Le test se déroule maintenant comme ça, un point c'est tout ! D'ailleurs, cher collègue chef de garde, vous devriez peut-être rendre votre style de direction nonchalant un peu plus autoritaire en ce qui concerne les fantassins effrontés !"
"Je proteste..."
Le technicien récalcitrant n'a pas pu formuler son objection, car il a été brutalement interrompu par la foudre de Zeus en la personne du superviseur, qui avait entre-temps vu ses peaux descendre le Styx.
"Tais-toi, tu n'as rien à dire ici ! Un mot de plus et je te donne un avertissement ! Quel trouillard, même l'asticot a plus de cran. Alors, que le futur nettoyeur de maison de merde fasse enfin ses entrées, après quoi l'acolyte pourra continuer à lire" !
Après cette annonce, la piétaille préférait se taire, l'estomac dans les talons. Pendant ce temps, l'underdog testeur arrêtait toujours les processus décrits en souriant de manière insondable. Comme on pouvait s'y attendre, le système de refroidissement d'urgence et l'arrêt d'urgence s'affichèrent sur l'écran du poste de commande comme étant défectueux.
D'une voix serrée, le lecteur poursuivit son œuvre pour en arriver, après un certain temps et un millier de corrections absurdes apportées par le docteur dogmatique - un excellent exemple de dilatation du temps sans vitesse extrême - au point essentiel. Il s'agissait de réduire la puissance d'un réacteur à 300 mégawatts. Grâce à la compétence professionnelle inhabituelle de Pizer, les trois réacteurs ont été réduits à cette valeur.
"...BlaBla. Docteur, j'annonce docilement : les blocs A+B sont à 300 exactement, le bloc C à 299,9" !
"Kharakiri, tu me déçois ! Peut-être que je me suis trompé et que tu n'es pas fait pour être élevé au rang de nettoyeur de toilettes. Ce n'est pas comme ça que ça marche ! Le test doit maintenant être répété jusqu'à ce que la valeur correcte soit obtenue ! Peut-être que ce n'est pas un auxiliaire qui devrait s'en charger maintenant" !
Dupu, le chef de la garde, a également agi en jetant un regard haineux aux deux non-académiciens.
"Hop, l'assistant, tu prends la relève de l'asticot et tu veilles à ce que les consignes soient respectées !"
Bidnyy Posiyaty soupira intérieurement, car il savait parfaitement à quel point le nouveau système était imprécis et combien il était difficile d'obtenir la même valeur de puissance pour les trois réacteurs.
"Oui, Dr. Chef ! Je vais donc augmenter à nouveau la puissance d'un tiers. Euh pardon, je veux bien sûr dire 1000 mégawatts par réacteur, docteur Pizer".
"NON ! Ces prolétaires simples d'esprit, faut-il que je dise tout ! On passe à la puissance maximale, puis on diminue d'un tiers, et enfin on passe aux 300 kilowatts ! Tu as compris, assistant ?"
"Franchement, pas tout à fait ..."
Secouant la tête d'incompréhension face à tant de personnel qui entrave la carrière, le superviseur s'est senti obligé d'intervenir d'une voix pleine de colère.
"Je t'ai prévenu : Monsieur Bidnyy Posiyaty, je te mets verbalement en garde pour insubordination. Si vous ne changez pas de comportement, vous serez licencié sans préavis, conformément aux lois sur la protection du travail du 30.2.2022 de la RFA, qui peuvent également être prononcées verbalement. Vous avez le droit de garder le silence et de ne pas avoir d'avocat. Si tu ne la fermes pas maintenant, tu es viré ! J'attends maintenant exactement 300 mégawatts pour les trois blocs ! Mais maintenant, plus vite !"
Sous le regard critique mais peu compétent de la classe dirigeante, le mis en demeure a également réussi à obtenir un résultat insuffisant.
"Blabla... Nous en sommes maintenant exactement à 299 pour A, 300 pour B et 300,1 pour C. On ne peut pas faire mieux..."
Avec un regard latéral anxieux sur le maître de la qualité, Dupu s'est adressé à l'assistant 'insubordonné' d'une voix tremblante de colère.
"Quelle négligence scandaleuse, je ne suis entouré que d'idiots ! Toi et l'asticot allez maintenant répéter cela jusqu'à ce que le résultat soit cohérent. Cher Dr Pizer, pardonnez l'incompétence du personnel de bas niveau".
Magnanime, le psychologue social de qualité accorda son pardon en hochant légèrement la tête et contempla avec amusement dans la suite des événements les efforts de la population laborieuse.
Après trois tentatives, orchestrées par des plaisanteries malveillantes et non qualifiées du contrôle de qualité socio-psychologique et les grognements de colère méprisante des carriéristes éveillés, le prolétariat nucléaire parvint effectivement à atteindre la limite magique des 300.
"Chers docteurs, l'aigle a atterri ! Nous venons de stabiliser toutes les unités du réacteur à 300 mégawatts, comme nous l'a ordonné le Dr. la loi en la personne du Dr. Pizer".
Comme l'assistant réprimandé préférait se taire, Kamikadze se chargea de tester la 'larve' et de poursuivre la conversation avec la noblesse académique.
"Ça va quand même ! Notre cher collègue superviseur se rend peut-être compte que les classes inférieures ont besoin d'une main ferme. Kharakiri, j'aime d'ailleurs ton ton dévot. Continue comme ça et tu pourras monter dans la benne du prochain transport Castor en guise de gratification de Noël".
Comme toujours, la loi de la qualité personnifiée ne réalisait pas les nuances sarcastiques de la classe ouvrière, d'autant plus qu'il ne croyait pas non plus le 'lumpenprolétariat stupide' capable de telles choses.
"Trop aimable, votre doctorat. Dois-je continuer maintenant ?"
"Comme, en tant qu'humaniste, j'ai un cœur même pour la canaille et que je n'aimerais pas manquer mon rendez-vous au Kontakthof pour les universitaires de haut niveau, je t'accorde généreusement le droit de faire le test tout seul maintenant, sans mention explicite de tes étapes de test stupides. Il te suffit de m'indiquer les points essentiels et de te dépêcher ! Je suis sûr que mon collègue Dupu Otvir sera d'accord avec moi" ?
Le superviseur, qui s'était jusqu'alors muré dans un silence doré pour des raisons de protection de sa carrière, vit enfin la lumière au bout du tunnel.
"Bien sûr, cher Dr Chornyla ! Je comprends très bien que vous ne vouliez pas manquer un rendez-vous en dehors des heures de pointe au bordel des officiers. Puis-je vous recommander Domina Lederhexe, elle a des techniques si particulières".
"Merci beaucoup, cher collègue Dupu, mais j'ai déjà un rendez-vous avec Lolita. La technique, ce n'est pas vraiment mon truc. Tout en bavardant agréablement, nous devrions maintenant nous dépêcher, car je ne voudrais pas faire attendre la petite et j'ai déjà payé à l'avance".
"C'est entendu, cher Dr Chornyla ! Allez, que le club d'aide se dépêche et ne communique que l'essentiel. Pourquoi ce sourire impertinent ?"
"Parce que je suis si heureux de pouvoir travailler sous la direction exceptionnellement compétente du grand Dr Pizers, ô le plus sage des chefs de garde !".
"Insolente larve, je ..."
"Je suis désolé de vous interrompre, cher collègue, mais le temps passe vite ! Le lumpenprolétariat ne sait pas s'exprimer de manière choisie, on peut donc mal interpréter quelque chose. Je suis sûr que Kharakiri est un serviteur tout à fait serviable. Mais maintenant, dépêchez-vous, s'il vous plaît, nous sommes pressés".
Tandis que le superviseur gentiment réprimandé se retirait dans un coin tranquille de la salle de contrôle avec le journal du jour, à l'intérieur duquel se trouvait un magazine pornographique connu pour les garçons qui jouent, le grand docteur observait les actions du testeur qu'il ne comprenait pas ; il faut bien avouer que 'votre académie' était un peu distraite par des pensées peu paternelles pour la lolita convoitée. L'assistant technique, quant à lui, demanda humblement sa pause au chef de garde qui s'attardait dans les sphères érotiques, ce que ce dernier lui accorda avec un signe de tête réticent, sans lever les yeux de ses études pornographiques.
"Voilà, j'ai maintenant réduit la puissance à moins de 30 mégawatts et je vais maintenant arrêter le système de refroidissement du réacteur. Que le sage docteur ne s'inquiète pas, cela pourra être réactivé après un redémarrage du système. Ensuite, je démarre les blocs de réacteurs à leur puissance maximale au moyen d'un turbo-start. Bien sûr, si cela convient à l'honorable docteur" ?
"J'aime vraiment beaucoup ton ton lèche-bottes, Kharakiri. Tu as ma bénédiction. Notre cher collègue chef de la garde souhaite-t-il ajouter quelque chose ?"
"Non, allez-y".
Dupu, qui répondait d'une voix serrée, était en train de dévorer d'un œil avide une image particulièrement artistique d'une actrice connue en tenue de nudiste et n'avait pas tout à fait réalisé ce qui se passait.
Avec un sourire en coin qui ressemblait probablement à celui du Sphinx avant qu'il ne dévore un ignorant de l'énigme, le testeur s'est mis à son funeste travail, soigneusement observé par la qualité qui en savait autant sur l'activité que le chat sur le calendrier. C'est ainsi qu'a commencé la catastrophe, que ni le bœuf pornographe ni l'âne directeur n'ont pu arrêter.
 "Mon Dieu, Kamikadze, tu es devenu fou ? Maudit chef de garde, arrête ces fous ! Oh mon Dieu, nous sommes morts !"
Une vingtaine de minutes s'étaient écoulées, accompagnées d'une hausse vertigineuse de la température et de la pression dans les blocs du réacteur ; en fait, les valeurs dépassaient déjà le double du maximum officiel. L'assistant technique, légèrement assoupi, était entré dans la salle de contrôle et avait vécu un moment de réveil hystérique après que son regard se soit posé sur le poste de commande.
Pris d'une rage démesurée à cause de cette perturbation malvenue, le maître de la salle de contrôle a jeté son journal à la sauce pornographique dans un coin et a levé son corps informe.
"Je t'avais prévenu, maintenant c'est fini ! Demain, tu pourras aller chercher tes papiers !"
"Pour nous, il n'y aura pas de lendemain, espèce d'abruti !"
"On t'a bien chié dans la tête ! Tu vas aller en prison, je vais faire le '911' et ...".
C'est un peu par hasard que le regard du superviseur se posa sur les annonces qui s'affolaient et le firent brusquement taire. Pendant ce temps, dans la salle de contrôle peu efficace, une certaine odeur de câbles grillés s'est dégagée, ce qui a motivé le technicien de qualité, qui ne comprenait rien, à dédramatiser la situation par une remarque enjouée.
"Ces ouvriers, comme ils puent !"
Pour la première fois, Dupu Otvir, pris de panique, ignora son bienfaiteur arrogant et ignorant.
"Oh mon Dieu, enclenche immédiatement le refroidissement d'urgence ! Non, arrêt d'urgence immédiat ! Pourquoi cette fichue alarme ne s'est-elle pas déclenchée ?"
"Ça, y compris le condensateur d'urgence, on a tout cuivré, espèce de crétin ! On va monter !"
"Abruti d'assi, fais quelque chose !"
"Tes désirs sont des ordres, espèce d'imbécile !"
D'un énorme coup de menton, Bidnyy Posiyaty envoya son 'docteur chef' sur les planches et commença à le frapper sauvagement.
Kamikadze Khakiri sourit de satisfaction. Son suicide n'aurait pas pu mieux se dérouler. Il était certes désolé pour son ancien collègue, mais sa haine pour la 'Société nucléaire limitée sans responsabilité' en général et pour ses représentants en particulier l'emportait de loin. Le fait est que Kharakiri a perdu la raison lorsque sa femme bien-aimée est décédée d'un cancer. Comme un traitement salvateur aurait été possible s'il avait disposé des moyens financiers nécessaires, qu'il n'avait plus suite à la perte de son emploi et à son embauche pour un salaire de misère, les sentiments de vengeance du veuf éploré ont atteint des dimensions astronomiques. Avec un air reconnaissant, Kamikadze s'est adressé au responsable qualité, assis là, la bouche ouverte d'étonnement.
"Merci Pizer !"
Pour la dernière fois de sa vie, le maître des processus qualitatifs a mal interprété la situation.
"DOCTEUR PIZER, s'il vous plaît ! Tant de temps doit ..."
Les réacteurs qui explosaient à quelques secondes d'intervalle interrompirent avec une véhémence nucléaire insolente les explications du 'responsable qualité' et vaporisèrent la salle de con-troll et ses occupants, ainsi que quelques millions d'innocents.

© 2021 H.K.H Jeub

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Qayid Aljaysh Juyub.
Published on e-Stories.org on 01/05/2022.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Satire" (Short Stories)

Other works from Qayid Aljaysh Juyub

Did you like it?
Please have a look at:

Apokryphtica insanis: The Parable of Dumbo and Tarzan - Qayid Aljaysh Juyub (Humour)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Life)