Patrice Faubert

Paraphysique du syndrome de résignation

Le système technicien
Se sert de moi
Se sert de toi
Se sert de nous
Se sert de il, de elle
Partout, se déploient ses ailes
Le système technicien
Nous isole
Nous camisole
De la fausse autosuffisance comme obole
Le système technicien est notre discobole
Il est comme du béton qui casse
Des fissures, des avaries, des crevasses
Des balcons qui se fracassent
Des ponts en putains qui se lassent
Du matériau dominant qui agace
Un prédateur devant lequel, l'on s'efface
Et là, certes, cela n'est quand même pas encore, pile ou face
Comme pour les félins
Pour les proies, l'on y revient
Une fois sur sept, la bredouille du rien
Il faut imposer sa dominance
Pour commettre l'acte de bombance
Pour la faim comme pour les idées
Dominants et dominantes, pillant les dits et idées
Fort injustement, aux personnes dominées
Et ne pouvant, ainsi, s'exprimer
Dominants et dominantes du spectacularisé
Sachant exproprier et se réapproprier
Sans jamais vraiment s'en affliger !
Toute prétendue nouveauté
C'est du pillé, c'est du récupéré
Dans une totalité spectacularisée
De l'art, de la science, de la poésie, du philosophé
Et les mutants viraux comme seule réelle nouveauté
Ainsi
Toute vraie idée
Devenant vite érodée, crachée, surtout dévoyée
Dominants, dominantes
Faisant ainsi croire à une fausse inventivité
Des moyens de produire toute chose, comme leur propriété
Mais c'est rarement écrit ou dit
Forcément, la domination en fait fi
En religion, en idéologie
C'est comme un territoire
C'est comme une colonie
L'on exproprie
Puis, l'on s'approprie
Néanmoins
Je ne suis pas tribunitien
Je ne suis que paraphysicien
Et donc
Tout chez soi
C'est avant tout son territoire
C'est avant tout un territoire
Mais les lois du marché
Gigantesque territoire, pour nous, souvent décident
Inventer le pseudo libre arbitre, il fallait y penser
Pour mieux te manipuler
Pour mieux me manipuler
Pour mieux nous manipuler
Choisir librement l'erreur, de quoi se marrer
Choisir librement la vérité, de quoi bien s'esclaffer !
Et alors, à quoi bon
Les 150.000 à 300.000 espèces de papillons
Dans un monde nucléarisé et charbonné
Finalement
Tout ce qui est hors contexte
Est de tout contexte
Tout ce qui est de contexte
Peut s'avérer aussi, hors contexte
La vie comme un traitement de texte
Tout se détruisant très vite
Dresde, 13 au 15 février 1945, au tout bombardé
La quote-part criminelle des alliés
Morts et mortes par milliers et milliers, ô gens maudits
Tout le monde n'y était pas nazi
Tout se reconstruisant moins vite
Pour Dresde, 1945/1957, il fallut douze ans
Toute soumission à un commandement
Leaders, chefs, chéfesses
Tout cela s'en remettant à confesse
Comme une abomination
Comme une malédiction
Mais l'obéissance est une soumission
Qui enlève, atténue, l'angoisse
Toute une psychologie de la poisse
Et quelle que soit l'autorité
Ainsi, avec le succès assuré
Avec du discours logique
Pour justifier, toute démence, tout tragique
Et en rapport aux guerres, aux génocides, aux conflits
Sans oublier les colonies aux colonies
Horreur, l'espèce humaine est une saloperie !
Comme tout chasseur
Qui est le plus souvent, un tueur
Avec son lobby, en véritable souteneur
La putain et le maquereau
La plaie et le couteau
La victime et le bourreau
Pour paraphraser feu ( 1821 - 1867 ) Charles Baudelaire
Des fusils qui ne tirent pas en l'air
En 2020, quatre vingts accidents dont vingt mortels
C'est d'ailleurs sous-évalué, et sans accuser untel ou untel
Des électrices et des électeurs
Jamais ou rarement vaincus et toujours souvent vainqueurs
En cheville du fascisme libéral
En grande amitié du capital
Médecins, dentistes, spécialistes
Enseignement, recherche, et toute la liste
Ainsi, qu'en bien des genres, des charlatanistes
Tout un serment d'hypocrite
Mais, n'en faisons pas un mythe
Avec aussi quelques exceptions de mérite
Le fric est forcément avec le plus fort
Toujours forcément contre le plus faible
Et puis, toute une domestication
De toutes les populations
Comme un syndrome de résignation
Tout un sommeil permanent
Toute une apathie face au révoltant
Comme pour des enfants du Kosovo
Des traumatismes de guerre, et un profond faire dodo
Tant de génocides oubliés
S'innervant, nonobstant, dans des cerveaux engrammés
Tout ou presque, s'étant édifié
Mais, seulement, depuis quelques milliers d'années
Fin de la matrilinéarité, fixation au sol, sédentarité
Sur de la cruauté !
 
Patrice Faubert ( 2022 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://www.patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 02/01/2022.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Inanité - Patrice Faubert (Emotions)
Pour une fille - Rainer Tiemann (Emotions)