Qayid Aljaysh Juyub

Un conte du mauvais vieux temps

« S'il y a un enfer sur terre, il est ici. »

Cette pensée s'est involontairement imposée au sergent Jaekel, dont l'idée de "Las Indias" ne correspondait pas du tout à ce que lui présentait l'impitoyable réalité. Au lieu d'un monde merveilleux et exotique et de villes remplies d'or, habitées par des autochtones naïvement stupides, le lansquenet expérimenté se trouvait dans une jungle misérable dont la seule richesse résidait dans les innombrables possibilités de trouver une fin prématurée de manière désagréable. Même les colonies indigènes ne valaient guère la peine d'être pillées, car on n'y trouvait pas le métal jaune tant désiré, mais seulement des babioles sans valeur ou étranges. Ce n'est pas ce que Jaekel avait imaginé lorsqu'il s'était fait recruter pour l'expédition de Don Francisco, capitaine général de sa majesté catholique ! Mais il y avait aussi l'autre raison qui le poussait à participer à cette entreprise.

« Maudits païens sournois ! »

Le soldat de carrière, d'ordinaire silencieux, a prononcé involontairement cette phrase remarquable à la vue des Indiens rassemblés et accroupis sur le sol dans un état de terreur apathique. Cette fois encore, l'abattage héroïque s'est avéré extrêmement improductif pour les soldats du Christ, car comme d'habitude, il n'y avait aucun métal précieux dans la colonie indigène qui venait d'être 'pacifiée'.

Un détachement de 75 conquistadors sous le commandement de Joerg von Wutzenbrunz (en palatin : Wutzen= cochons, brunzen= uriner) attaqua à l'aube, selon sa méthode habituelle, le village qui dormait paisiblement, afin de massacrer ses habitants, pour la plupart de manière routinière, et de s'emparer de leurs biens terrestres pour la gloire de l'Espagne et de la chrétienté. Don Francisco envoya le capitaine expérimenté et sa troupe de mercenaires du 'Saint Empire romain germanique' en aval du grand fleuve pour apporter aux païens les bienfaits de la religion chrétienne par le feu et l'épée. En outre, Wutzenbrunz devait fournir le plus de nourriture possible à l'armada en détresse et collecter tout l'or qu'il pouvait trouver. Bien entendu, cette attaque surprise n'a été rendue possible que par une équipe de reconnaissance envoyée à l'avance, qui a été accueillie par les Indiens hospitaliers et a reçu des cadeaux afin de pouvoir, une fois de retour au camp des soldats du Christ, faire connaître à la colère de Dieu la position de ce puits de péché de la naïveté indigène.

« Il ferme sa bouche insolente ! Il ne parle que lorsqu'on le lui demande. »

Wutzenbrunz regarda le sous-officier impertinent avec sévérité.

« Mais Ses paroles ne sont pas fausses. Saisissez donc l'un de ces ineffables sauvages, mes fidèles compagnons, et interrogez-le en toute rigueur, afin qu'il nous révèle où les païens avides ont caché leur or. »

Ennuyé et voulant se rattraper de ses précédentes paroles, Jaekel saisit assez brutalement l'un des malheureux prisonniers - un homme âgé à l'allure digne - et le poussa en direction de son seigneur et maître, qui regardait sa victime avec amusement.

« Eh bien, sale païen: où est donc l'or ? »

En guise d'explication, l'ornement de la haute noblesse allemande a désigné la boucle dorée de sa ceinture.

« Où l'or ?! »

« Chii chaunoda mhondi dzinouraya kubva kwatiri, hatina chatakaita kwauri. »

Dans la suite du texte, le lecteur aura affaire à des personnes qui parlent différentes langues. Ce n'est pas historique, mais pour des raisons de compréhension, nous laissons Wutzenbrunz et sa joyeuse troupe d'assassins ainsi que les autres acteurs bavarder en français moderne, hein !

Ne comprenant pas la demande du capitaine, le guérisseur du village répondit par une remarque hors sujet, mais juste.

« Lâches assassins, nous ne vous avons rien fait ! »

« Infidèle diabolique, tes sortilèges ne te serviront à rien contre la colère du Seigneur ! »

Ceux qui parlaient dans une incompréhension consensuelle regardèrent avec irritation la silhouette frêle et sale qui venait d'apparaître sur la scène.

Le padre Contreras était le seul Espagnol à accompagner la troupe de mercenaires et le serviteur du Seigneur trouvait son compte clérical lors de ces événements civilisateurs, car après la pacification de villages indigènes sans méfiance, il aimait, dans un élan de charité chrétienne, libérer de leur misère terrestre ceux qu'il soupçonnait de sorcellerie ou qui persistaient dans leurs sombres superstitions au moyen de bûchers dressés avec amour ; Il s'agissait en général de tous les Indiens survivants - un plaisir meurtrier pour la soldatesque chrétienne. L'infâme évêque du Yucatan, Diego de Landa, qui brûlait les gens et les livres, a ordonné le serviteur de Dieu zélé de l'expédition comme service d'amour pastoral, car il était lui-même d'une piété trop cruelle pour les efforts épiscopaux et inquisitoriaux. Don Francisco, quant à lui, bien qu'il s'efforçât d'être plus pontifiant que le pape en tant que pieux meurtrier de masse à la manière ibérique, n'avait pas vraiment d'utilité pour le pasteur dérangé. Le capitaine général décida donc de mettre les talents pyromanes du prêtre mal aimé à la disposition de sa troupe allemande, sachant que Contreras ne pouvait communiquer qu'avec Wutzenbrunz, le seul de sa troupe à avoir des connaissances rudimentaires en espagnol. Pour le général espagnol, les Allemands constituaient la partie la moins indispensable de son armada multiculturelle, qu'il envoyait par conséquent dans toutes sortes de missions peu agréables, car il accordait autant de valeur à la vie de ses hommes qu'au bien-être des boulets de bombarde qu'il transportait.

« Contreras, tu as préparé du feu ? Pourquoi toi ici ? »

Mécontent de l'apparition inattendue du serviteur du Seigneur, le capitaine des mercenaires hurla littéralement dans son mauvais espagnol à l'encontre du clerc qui sentait très mauvais, même pour les conditions insalubres de l'époque. Celui-ci ne regarda l'Allemand avec hauteur que pour lui répondre avec onction.

« Les bûchers sont dressés ! Je vais maintenant prêcher aux païens, afin qu'ils confessent leurs péchés par la sagesse de la Parole de Dieu et attendent avec joie le feu purificateur de la justice céleste. Alléluia ! »

« J'interroge le roi des Indiens pour qu'il accepte le Christ. Contreras peut chercher sorcière pour brûler! «

L'officier allemand rusé ne savait que trop bien que le chaste padre était assez friand de femmes sur lesquelles il pouvait exercer sa sexualité malade. En raison de son impuissance, le prêtre préférait livrer au feu les objets de son désir afin de se repaître de leurs tourments. Le regard brûlant de désir, le saint homme contemplait avec complaisance un spécimen particulièrement beau parmi les prisonnières.

« Je peux reconnaître le souffle du mal chez cette prostituée du diable, car le Seigneur est avec moi. Livrez-moi la sorcière pour qu'elle confesse ses méfaits païens dans la torture et.... »

Un énorme éternuement de Jaeckel interrompit le vœu pieux.

Le 'roi des Indiens', Wutzenbrunz et le pieux zélé regardèrent avec surprise le sergent qui essuyait son nez qui coulait avec sa manche.

« Que ces messieurs me pardonnent... »

Le lansquenet expérimenté avait déjà attrapé ce rhume léger mais tenace en Europe, peu avant l'embarquement pour 'Las Indias', et ne parvenait tout simplement pas à s'en débarrasser. Quant à Contreras, il a profité comme d'habitude de ce dérangement pour se livrer à une crise d'hystérie cléricale.

« Caramba ! Je le savais : la diablesse a déjà ensorcelé l'un des nôtres. Qu'elle aille vite au bûcher ! Elles sont toutes des sorcières et doivent être immédiatement soumises au supplice sacré sous ma surveillance... »

« Pourquoi ce petit moine puant crie-t-il ? Jaekel, prends quelques hommes, choisis une sauvageonne pour le curé et aide-le à l'inquisition et à l'exécution ! Mais qu'il se souvienne que je punis de mort la profanation des sauvages, car je ne peux tolérer une telle honte avec un sang inférieur ! »

En principe, le capitaine mercenaire n'avait rien contre la vénérable coutume des valets de ferme de violer tout ce qui passait à portée de main, mais en tant que raciste archaïque, Wutzenbrunz préférait tolérer la sodomie au sein de sa troupe plutôt que des 'relations' sexuelles avec les soi-disant sauvages.

« A vos ordres, Votre Grâce ! Mercenaires doubles Hinz et Kunz, attrapez la vieille mégère devant moi ! »

D'un geste autoritaire, Junker Joerg interrompit les vociférations du Fanal de la Charité, toujours prononcées d'une voix de castrat.

« Tais-toi donc, petit moine ! Je te donne la Grande Sorcière ! Tu juges, tu tues et tu viens quand je t'appelle ! Tu pourras alors les brûler tous ! »

Pendant ce temps, le guérisseur du village interprétait les événements qu'il ne comprenait pas en disant que ces êtres à la peau claire ne pouvaient pas être des humains, mais des êtres maléfiques venus des 'Neuf Enfers' ! Lorsque deux des démons se sont attaqués à sa femme, le vieil homme sans surveillance a tenté désespérément d'attaquer le chef des mercenaires. Celui-ci, à son tour, fut tellement surpris qu'il s'écroula sous l'attaque débilitante de son agresseur. En revanche, les soldats qui entouraient les Indiens réagirent d'autant plus vite et commencèrent avec enthousiasme le massacre des prisonniers, tandis que le prêtre fanatique chantait un 'Te Deum' strident.

(…)

Il avait vu les images d'un désastre imminent dans le temple de 'Ch'íich' báalam kaano' dans la ville des origines il y a des mois. Au début, le 'Voyageur entre les mondes' ne parvint pas à déchiffrer le sens de ses visions, les impressions qui se manifestaient dans son esprit restaient trop étranges. En son for intérieur, il voyait des créatures inconnues, semblables à des humains, qui avaient une certaine ressemblance avec la bande d'assassins de Wutzenbrunze. Puis à nouveau la ville en train de sombrer, pleine de gens mourants, et la jungle qui engloutissait tout.

Mais en fin de compte, l'homme-monde a réalisé qu'un danger mortel menaçait de l'extérieur, que même les puissants défenseurs de la ville ne pouvaient pas repousser avec des moyens militaires, mais que le puissant chaman ne pouvait arrêter que lui-même. C'est ainsi que le 'Piéton du monde' partit à la recherche de la source du mal avec l'aide du monde des esprits. Sa quête s'est avérée plus facile que prévu, car non seulement ses capacités spirituelles l'ont guidé, mais les survivants de la mission de paix européenne lui ont également montré le chemin. Depuis plusieurs jours, le marcheur observait les étranges intrus sans que ceux-ci ne se rendent compte de sa présence. Le chaman eut d'abord du mal à saisir en images les pensées des étrangers, mais il y parvint finalement juste au moment où Wutzenbrunz et Contreras s'amusaient avec les prisonniers. La fin du massacre lui sembla le bon moment pour intervenir.

(…)

Le chef des mercenaires n'a pas réussi à arrêter la folie sanguinaire de ses hommes ! Bien que ceux-ci le craignent plus que leur ennemi respectif ou la damnation éternelle, les lansquenets ignorèrent les ordres hurlés de leur supérieur, qui se ressaisit rapidement, et continuèrent leur métier sanglant. Ce n'est pas qu'un quelconque sentiment de compassion humaine pour les malheureux indigènes se soit manifesté dans la poitrine du noble allemand, c'est plutôt l'avidité aristocratique pour l'or et la probabilité infinitésimale de pouvoir extorquer l'emplacement de celui-ci aux prisonniers qui l'emportaient.

Wutzenbrunz contempla avec dépit l'œuvre sanglante de ses fidèles guerriers.

« Maudits chiens, comment osez-vous ignorer mes ordres ? Je devrais vous faire empaler, enfoirés ! »

« Son Altesse Royale nous pardonne, mais nous avons cru que votre vie était en dange »

Le sergent Jaekel s'était abstenu de tuer, mais n'avait pas fait beaucoup d'efforts pour empêcher les lansquenets de commettre leur forfait sanglant. D'habitude, son maître aristocrate exécutait les sous-officiers infructueux pour moins que ça, mais comme le lieutenant et l'enseigne, ainsi qu'un quart de la troupe, étaient déjà morts entre-temps de toutes sortes de choses après le débarquement sur des rivages américains inhospitaliers, le capitaine ne pouvait pas se passer de son subordonné expérimenté.

« Je devrais lui faire couper sa langue insolente ! Mais je ferai preuve de clémence ! »

Pendant ce temps, Contreras, qui avait mis fin à son chant discordant quelque temps auparavant pour le bien de tous les organes d'écoute maltraités, a ressenti le besoin d'exprimer sa joie face à la boucherie qui venait de s'achever.

« Alléluia ! Louez le Seigneur dans sa juste colère ! Voici que les nations sont abattues, comme les impies Amalécites, dans leur sang. Béni soit le Seigneur ! Nous sommes les chevaliers de Jésus - les croisés ! Prions cela :

Pater Noster, qui es in caelissanctificetur nomen tuum... «

Même les lansquenets les plus obtus connaissaient le 'Notre Père' en latin, sans bien sûr en comprendre le contenu. Ainsi, à l'exception de leur chef et de son sergent, la troupe meurtrière s'agenouilla avec une ferveur religieuse. Tandis que Jaekel souriait d'un air moqueur, Wutzenbrunz secouait sa tête grasse.

« Et ne nos inducas in tentationem : sed libera nos a malo.

Quia tuum est regnum et potestas et Gloria in saecula.

Amen. Découpons maintenant les corps des hérétiques et des sorcières pour le bon plaisir du Seigneur, afin que tous les autres païens participent à la lumière de la sagesse divine et se convertissent à la vraie foi ! En avant, soldats chrétiens ! »

L'officier aristocratique ne parvint pas à suivre entièrement les explications de ce pasteur enthousiaste, mais il commençait à en avoir assez de ce clerc encombrant.

« Silence, prêtre ! Sinon, peut-être rapidement auprès de Dieu ! »

Bien que Contreras aimât torturer les autres et se délecter de leurs souffrances, il manquait de toute sorte de courage, si bien que le valeureux serviteur de Dieu préférait se taire, le visage pâle, et réprimer le tremblement de ses mains.

« Il me semble qu'on en a oublié un ! »

Jaekel désigna l'étrange vieil homme qui était apparu soudainement à 30 pas de distance, à la lisière de la jungle, sans être remarqué, et qui s'approchait lentement de la troupe.

(…)

Le marcheur savait qu'il s'engageait dans un jeu dangereux. Il n'était pas certain de réussir, car il devait s'approcher à neuf pas de ses cibles pour pouvoir influencer leurs pensées et leurs émotions. Entre-temps, le marcheur du monde avait compris à quel point les envahisseurs étaient fous de la "boue des dieux".

« L'or sait où ! »

L'exclamation de l'inconnu figea la troupe, car le vieil homme s'exprimait ainsi dans leur langue locale. Le chef aristocratique des mercenaires et sa troupe étaient tellement perplexes qu'ils ne réagirent que lorsque le génie manifeste de la langue fut proche d'eux.

« Œuvre du diable ! Tuez le diable païen ! »

Contreras fut le premier à reprendre ses esprits. Le prêtre fanatique ne comprit évidemment pas les paroles de l'Indien, mais il comprit qu'elles étaient probablement criées dans la langue des barbares allemands.

En temps normal, Wutzenbrunz aurait été d'accord, mais inexplicablement, il ressentait une immense colère envers le prêtre et une curiosité tout aussi grande envers l'étranger. Arrachant son sabre de son fourreau, le noble chef d'escouade sépara d'un coup violent la tête du padre en extase pieuse du tronc, si bien que la tête du saint homme, avec une grimace de haine, s'envola dans la fosse à ordures du village profané, tandis que la fontaine de sang jaillissait allègrement du moignon de cou.

« Je t'avais prévenu, petit moine ! »

Il est probablement nécessaire de donner au lecteur quelques explications sur la tournure étonnante des événements. Comme nous l'avons déjà mentionné, notre chaman disposait de capacités tout à fait inhabituelles. Grâce à ses talents télépathiques, il recevait les pensées de son interlocuteur sous forme d'informations visuelles. Ainsi, les talents linguistiques de l'"homme du monde" étaient dus au fait que le mot "or", par exemple, était associé à certaines imaginations. De même, comme nous l'avons déjà mentionné, notre homme était capable de "pirater" l'esprit des autres à courte distance et d'y provoquer ou d'y renforcer des émotions. Son don le plus précieux était sans doute la vision à travers le temps, que vous devez vous représenter un peu comme le miroir de Galadriel dans le vieux Tolkien. Absurde ? Scientifiquement parlant, la nature du temps n'est pas linéaire. Avez-vous déjà pensé que les 'apparitions de fantômes', les OVNIs ...etc... pourraient être des ombres du passé ou du futur ; mais passons à l'histoire.

Malgré la piété apparente de la troupe, la mort cruelle du prêtre n'a pas suscité d'autres réactions que la surprise. Certes, Jaekel sentit la haine envers son chef prendre le dessus, mais pour des raisons bien plus personnelles. Le sergent se maîtrisa difficilement et décida d'attendre une meilleure occasion.

« Alors, mon vieux, il sait où nous pouvons trouver de l'or ? Qu'il parle vite, sinon qu'il subisse une torture comme le Seigneur Jésus lui-même n'en a jamais enduré ! »

Avec une maîtrise de soi inhumaine, Jaekel réussit à ne pas s'en prendre au tortionnaire aristocrate après avoir prononcé ces paroles bien connues. Il les avait déjà entendues bien des années auparavant, avant que Wutzenbrunz - alors appelé 'Paysan-Joerg' - ne fasse torturer son père à mort. Vingt ans plus tôt, les paysans du sud de l'Allemagne se sont soulevés contre leurs maîtres inhumains. Malmenés et pressés par la corvée, l'inflation dont les causes étaient essentiellement les nombreux métaux précieux volés au Nouveau Monde et la politique monétaire de banquiers peu scrupuleux - non, je ne parle pas ici de l'élite mondialiste, bien qu'il y ait des points communs -, les paysans désespérés et affamés se sont révoltés. Le Paysan-Joerg était lui-même tristement célèbre parmi les bouchers qui ont réprimé la révolte dans le sang. Le crime du père Jaekel était tout simplement d'avoir tenté, en tant que bourgmestre et luthérien convaincu, de garder son village neutre. De plus, il était assez riche pour sa condition ; ce qui était probablement le plus grand crime aux yeux de Wutzenbrunze. Abandonné par Luther - qui demandait aux 'chers' seigneurs de punir le plus cruellement possible les paysans 'bestiaux' - et par d'autres soutiens, le village florissant fut victime des hordes de pillards du Paysan-Joerg, qui aimait alors se comparer à Siegfried adolescent. Comme le village n'avait probablement pas participé à la révolte, le chef aristocratique des mercenaires fit preuve de clémence et ordonna, dans un élan de charité chrétienne, de ne couper "que" la main droite de la population masculine survivante âgée de 12 ans et plus. Jaekel avait alors 10 ans et échappa de justesse à l'acte de grâce du vrai noble. C'est à cette époque qu'il apprit à être un bourreau plutôt qu'une victime et à vouer pour toujours une haine inextinguible à l'assassin de son père. Après la révolte, Wutzenbrunz sombra dans l'oubli jusqu'à ce que Jaekel - entre-temps devenu un valet de solde expérimenté - le découvre par hasard il y a environ un an et se fasse recruter. Depuis, le sergent attendait patiemment une occasion favorable où il pourrait s'en sortir avec sa vie.

« Venez, je vais montrer ville d'or ! »

Avec un sourire de loup, le boucher paysan vieillissant et obèse considérait presque amicalement le bienfaiteur inconnu.

« Camarades, Dieu est avec nous ! Le Seigneur a fait un miracle et s'est emparé de ce païen pour qu'il parle dans notre langue et nous montre le chemin, afin que nous libérions le bel or des griffes de l'Antéchrist ! »

Cet enthousiasme pieux et l'appellation inhabituelle de "camarades" - "fils de chien" étant normalement le terme le moins péjoratif utilisé par le fier gentilhomme pour qualifier sa troupe délabrée - ne manquèrent pas de surprendre au sein de la soldatesque chrétienne.

Le capitaine du diable s'adressa avec bienveillance à celui de ses acolytes qu'il considérait comme son homme le plus fiable, malgré toute son obstination.

« Jaekel, que tes rêves de richesse et de gloire se réalisent ! Lui et mes fidèles légions recevront leur juste part du butin, lorsque les païens auront été soumis et détruits pour leur propre bien ! A chaque homme, votre César promet trois pièces d'argent pour mille livres d'or étincelant ! Que dit-il ? »

Pour Jaeckel, il était tout à fait approprié d'envoyer son très "généreux" supérieur, qui semblait avoir retrouvé ses esprits, dans un monde meilleur, ne serait-ce qu'en raison de l'infamie de la proposition. Face à ses camarades qui, certes, n'avaient pas leur pareil pour tuer des gens, mais qui, pour le reste, avaient pour ainsi dire absorbé l'obéissance de cadavre teuton avec le lait maternel, le sergent se ravisa.

« Sa Grâce est trop généreuse ! Mais que le puissant général se souvienne que nous sommes peu nombreux et que même le plus galeux des cabots païens peut encore vous mordre. Peut-être faudrait-il revenir à l'Armada et détruire cette engeance infidèle avec la force combinée de l'armée du Christ ! »

Outre des considérations réalistes, cette proposition audacieuse était également motivée par le fait que, même si la vie d'un soldat en général et celle de ses mercenaires allemands en particulier valaient moins pour Don Francisco que celle d'une poule, même l'Espagnol économe accordait une part de butin plus importante à ses sbires peu estimés.

« Partager avec ces Espagnols ? Il me déçoit profondément ! Qu'il s'arrête avec son bavardage de traître, sinon il pourra tenir compagnie au petit moine. De toute façon, un péquenaud comme lui ne comprend rien aux subtilités de la stratégie, qu'il les laisse à la noblesse. Pensez aux soldats chrétiens, le Pizarro et le Cortez ont soumis des empires entiers de ces diables païens avec une poignée de braves et ont fait un butin infini ! Chaque survivant doit recevoir une bouteille de rhum coupé de chez Lidl comme prime de Noël ! Qu'en dites-vous, bande de chiens ? Voulez-vous suivre votre chef pour la mort et la gloire ? »

« Seigneur, ordonne, nous te suivrons ! »

Les compagnons assassins poussèrent des cris de joie à l'infini. Seul Jaekel gardait la tête froide, mais il se résignait à la situation et espérait sincèrement pouvoir bientôt réaliser de ses propres mains le souhait de mort de son chef.

Bien sûr, il convient de mentionner qu'au moins Hernando Cortez a mobilisé plus qu'une 'poignée' d'assassins pour détruire les Aztèques - je pense que près de 1000 Espagnols ont participé au siège final et à l'assaut de Tenochtitlán. Outre les pires formes de tromperie, de fraude et de trahison, les conquérants du Mexique et du Pérou avaient de puissants alliés indiens qui espéraient se débarrasser de leurs maîtres indigènes avec l'aide des Européens et sans le soutien desquels les conquistadors auraient lamentablement échoué. En principe, les alliés natifs étaient considérés comme des idiots utiles par les conquérants, qui ne comprenaient pas le fait évident que le moindre mendiant espagnol avait infiniment plus de valeur pour les envahisseurs que le plus noble des caciques indigènes.

Souriant avec arrogance, Wutzenbrunz attendit que les acclamations de ses simples d'esprit se calment.

« Qu'en est-il de lui, Jaekel ? Veut-il suivre son chef de guerre ? »

« Jusqu'à la mort, Votre Grâce ! »

« Qu'il jouisse donc à nouveau de ma grâce et ne perde que sa part de butin ! Qu'il surveille bien le vieux pour qu'il nous conduise à l'or, car il est responsable de sa tête pour que le païen ne s'échappe pas ou ne subisse pas de dommages jusqu'à ce que ces richesses nous appartiennent. Alors, en l'honneur du prêtre défunt, nous organiserons avec l'infidèle un autodafé suivi d'un feu de joie. »

De nouveau, la masse sourde exultait.

Pendant ce temps, le voyageur entre les mondes aurait certes préféré une fin plus rapide, mais les tentatives d'influence sur celui qu'il a reconnu comme le sous-chef de Wutzenbrunz n'ont pas eu tout à fait l'effet escompté. En revanche, la manipulation a eu d'autant plus d'effet sur l'esprit primitif, avide et cruel de l'aristocrate allemand ; un résultat satisfaisant.

« Vous venez maintenant ! Beaucoup, beaucoup d'or ! »

« Sergent, prenez cinq hommes et formez l'avant-garde avec le païen ! En avant, chiens ! »

(…)

L'éternuement bruyant de Jaeckel perça la jungle.

C'était le quatorzième jour après le départ et le rhume chronique de Jaekel se faisait une fois de plus sentir.

« Guerrier malade ? »

Le sergent regarda d'un air mécontent son prisonnier qui s'exprimait de mieux en mieux dans la langue des lansquenets, avec une rapidité étonnante.

« Ferme ta gueule, bâtard ! Si ça ne tenait qu'à moi, tu serais déjà en train de brûler au purgatoire ! »

Pendant ce temps, la marche pour 'Mort et Gloire' se développait principalement dans le premier sens. On aurait presque dit que la nature conspirait contre les envahisseurs étrangers. En l'espace de quelques jours, toutes sortes de bêtes venimeuses et autres se sont abattues sur la troupe, tandis qu'elle s'enfonçait toujours plus loin dans la jungle. De manière inexplicable et inaperçue, certains hommes désertaient chaque nuit, visiblement dans des crises de démence mentale - enfin, comme le lecteur averti l'aura remarqué entre-temps, la plupart des mercenaires n'étaient de toute façon pas les ampoules les plus brillantes du chandelier - dans la jungle hostile.

Dans un premier temps, Wutzenbrunz, très attaché à la discipline, a exécuté de ses propres mains les gardes responsables, selon la devise : un officier allemand agit vite, fort et mal. Mais lorsque le capitaine de fer commença à manquer de chair à canon, il se contenta d'une énorme réprimande et de quelques gifles.

Des fiers conquistadors, il ne restait finalement que 29 silhouettes légèrement émaciées, d'autant plus que leur génial chef, dans sa sage prévoyance et sa cupidité, avait omis de se ravitailler suffisamment, alors que des réserves pillées en masse étaient disponibles dans le village incendié. Il aurait été encore plus simple de se procurer suffisamment d'eau à partir du grand fleuve, qui se trouvait désormais à une distance inaccessible. Les défenseurs de l'Occident chrétien étaient donc affamés et souffraient d'une soif atroce, à l'exception bien sûr de leur glorieux chef.

« Sergent Jaekel ! »

« Qu'est-ce qu'il y a, Kunz ? »

« Le capitaine vous ordonne de venir avec l'avant-garde et le prisonnier ! »

Jaekel fit un bref signe de tête à ce qui restait de son commando, le mercenaire double Hinz, et poussa brutalement le vieux chaman dans la direction souhaitée pour atteindre, au bout de quelques minutes, le chef de guerre détesté qui attendait avec ses misérables 'légions' dans l'une des rares clairières.

« Jaekel, qu'Il me présente ce païen traître, afin que je puisse le juger ! »

Le sous-officier fit ce qu'on lui demandait. Face à une troupe de mercenaires démoralisés, il lui sembla un instant sage de tuer l'assassin de son père s'il était suffisamment proche, mais un sentiment de résignation inexplicable pour lui le paralysa dans son entreprise.

« Alors, l'Espingouin, il ose tromper son César avec ses diableries païennes. Ne comprend-il donc pas quel être inférieur il est et quelle distinction c'est pour un sous-homme comme lui de pouvoir servir la gloire et l'enrichissement du plus grand chef de tous les temps ? »

Bien sûr, le voyageur entre les mondes avait prévu une telle situation sans aucune capacité précognitive et s'étonnait seulement qu'elle se produise si tard ; mais le timing était parfait.

« Grand K'éek'eno', à quelques heures de la tombe de ' Ch'íich' báalam kaano'. Tombe à quelques heures de la ville et d''el Dorado'. Beaucoup d'or dans la tombe ! »

Le chaman vieillissant n'a eu aucun mal à influencer l'esprit obtus de l'ancien tueur de paysans, d'autant plus que la cupidité de l'aristocrate faisait aussi son œuvre. Celui-ci était terriblement flatté par le titre d'introduction 'K'éek'eno', qui sonnait pour lui comme 'Kaiser' (=empereur), sans se douter qu'il s'agissait du nom d'un proboscidien local. Les yeux brillants de fanatisme, le chef regardait ses fidèles compagnons d'infortune.

« Camarades, la victoire finale est proche ! Encore un dernier effort et nous entrerons dans les annales pour ma gloire éternelle. Beaucoup sont tombés au champ d'honneur, mais vous, les chiens, voulez-vous vivre éternellement ? Nous sommes les seuls à devoir être durs ! Camarades, voulez-vous la guerre totale ? Encore plus radicale et totale qu'elle ne l'est déjà ? »

Un 'oui' croassant mais unanime s'éleva de presque toutes les gorges desséchées avec un enthousiasme renouvelé. Seul Jaekel maudissait secrètement le sort qui le liait à de tels imbéciles qui, conscients de leur situation pitoyable, se précipitaient joyeusement vers leur perte sur la base de phrases dénuées de sens, et se taisait sans que personne ne le remarque.

« Jaekel, qu'il accompagne à nouveau le païen avec l'avant-garde ! En avant, Dieu avec nous ! »

« Oui, Votre Grâce ! »

(…)

« Ici tombe de 'Ch'íich' báalam kaano' ! »

La jungle s'était soudainement éclaircie et le spectacle qui s'offrait à Jaekel lui coupait littéralement le souffle. À une centaine de pas se dressait une statue de trois mètres de haut, travaillée avec art, représentant manifestement une créature mythique - un hybride d'oiseau, de serpent et de félin inconnu. 200 pieds derrière s'élevait une pyramide à degrés savamment construite, que l'on pouvait aisément reconnaître comme un véritable chef-d'œuvre architectural. Le plus beau aux yeux du sous-officier était bien sûr que la statue était faite d'or massif et de pierres précieuses étincelantes.

Le lecteur averti doit savoir que les héros de la culture occidentale ont détruit et fait fondre un grand nombre d'œuvres d'art irremplaçables pour en faire des lingots d'or pratiques.

« Kunz, va tout de suite chercher le capitaine et les autres ! Dis-leur que nous sommes arrivés à la tombe et que je vais tenir la position en attendant. Rompez ! »

En un temps record, Wutzenbrunz et sa racaille meurtrière apparurent dans une soif de sang prête au combat. Il avait l'intention de payer le salaire mérité d'un traître à l'Indien serviable et de donner l'ordre d'attaquer après sa mort, mais il souffrait d'une indécision inattendue au moment décisif.

« K'éek'eno attend avec des guerriers. Je vais à 'Ch'íich' báalam kaano' d'or, pour voir qu'il n'y a pas d'embuscade et personne ici ! »

« Jaekel, qu'il accompagne le diable païen et qu'il le tue s'il nous trahit. Qu'il se batte ensuite vaillamment contre les bêtes païennes, afin qu'Il couvre ma retraite ! »

La haine qui se formait dans la partie européenne du commando de l'Ascension le poussa à prendre la route avec son compagnon sans dire un mot. De son côté, le brave chef mercenaire, aveuglé par toutes les richesses qui allaient désormais lui revenir, passa outre l'irrespect normalement sanctionné par une décapitation immédiate.

En quelques minutes, le prisonnier et le geôlier involontaire atteignirent le chef-d'œuvre de l'art précolombien. Après un bon quart d'heure, le capitaine et le reste de la troupe suivirent prudemment.

Le voyageur entre les mondes a estimé que le moment de la finale était venu. C'est ici, aux portes du monde des esprits, que les intrus devaient trouver une fin bien méritée.

(…)

Les yeux brillants et fixés sur la statue, le noble accompli se tenait devant la statue d'or, presque bavant d'avidité.

« Chevaliers de la croix, vaillants soldats du Christ, renversez maintenant l'image de l'Antéchrist et taillez-la en petits morceaux ! Mais prenez garde aux pierres précieuses ! Je pends tout homme qui fait une égratignure à mon bien ! Allez, bande de chiens ! »

« K'éek'eno attendre ! Je dois encore dire ! »

D'un geste autoritaire, l'amateur d'art a d'abord signifié à ses sbires de renoncer à leur action. Peut-être le vieux avait-il d'autres richesses à offrir !

« Qu'est-ce que tu veux, toi, le sauvage stupide ? Parle vite ! »

« Ce pays des morts ! Toi et d'autres tueurs d'hommes mourrez ici en l'honneur de 'Ch'íich' báalam kaano' ! »

« Sournois barbare ! Tu vas subir une torture comme le Seigneur Jésus lui-même n'en a jamais subie ! Saisis ... »

Le Katzbalger (une épée courte) de Jaekel, planté avec une rage incroyable jusqu'au manche dans le dos de l'assassin de son père, coupa littéralement la parole à l'aristocrate. Contrairement à la soldatesque figée par la surprise, le mercenaire Kunz a eu la présence d'esprit d'attaquer le sergent traître qui, à son tour, a retiré d'un coup sec son katzbalger du dos du Paysan-Joerg détesté et s'est défendu. Par la suite, le brave gentilhomme mourut au pied de la statue en se lamentant et en se pissant dessus, tandis que ses soldats se livraient à un massacre insensé. Les lansquenets, ivres de sang, s'entretuaient sans prêter la moindre attention au chaman qui souriait en arrière-plan. Finalement, il ne restait plus qu'un Jaekel blessé parmi tous les conquérants empêchés, qui s'assit en chancelant aux pieds de la magnifique statue et fixa avec une rage résignée le chaman qu'il venait seulement de percevoir.

« Tu as tout prévu ? »

« Oui, la mort était votre Dieu et elle vous a guidés. Vous avez déterminé votre propre fin par vos actes. Tu es le dernier et tu peux maintenant avoir la liberté de mourir comme il te plaît ! »

Jaekel ferma involontairement les yeux un instant et se retrouva seul parmi tous les cadavres lorsqu'il les ouvrit. Le sous-officier n'hésita pas et se donna le coup de grâce avec sa miséricorde (poignard carré).

(…)

Tout est bien qui finit bien ? Pas du tout !

Au bout d'un mois, Don Francisco lui-même est parti à la recherche des Allemands et des vivres dont ils avaient un besoin urgent, avec la partie de son armada encore en état de combattre - environ 50 hommes - et a disparu à son tour. Cependant, contrairement aux attentes des lecteurs, l'hidalgo espagnol n'a pas été tué par le voyageur entre mondes, mais par une embuscade sophistiquée des indigènes, qui ne voulaient pas être "civilisés" par les Européens. Le reste de l'expédition, fortement décimée, abandonna au bout de deux mois supplémentaires et s'enfuit vers Panama.

Le chaman est certes retourné dans la ville sainte, mais il portait en lui, sans le savoir, la malédiction de l'homme blanc. En tant qu'être humain doté de capacités spéciales, le voyageur entre les mondes était l'un des rares à résister aux maladies importées d'Europe. Néanmoins, il a été infecté par Jaekel et a contaminé sans le savoir ceux qu'il voulait protéger, avec le résultat désastreux qu'une culture mondiale a disparu à jamais à cause d'un 'rhume inoffensif'.

Le lecteur averti doit savoir que, plus encore que les armes et la cruauté de l'homme blanc, ce sont ses maladies qui ont provoqué le génocide de la population indienne. L'isolement du 'Nouveau Monde' a empêché les autochtones de produire les anticorps nécessaires ; plus tard, les colons européens en ont fait une arme ciblée, par exemple en 'récompensant' les tribus indiennes alliées de leur fidélité par des couvertures infectées par la variole après leur travail.

Les visions du chaman se réalisaient dans le style d'une tragédie grecque, précisément parce que celui-ci essayait d'éviter le malheur.

Ainsi, la ville d'où partirent jadis les ancêtres de ces fondateurs des civilisations avancées de Mésoamérique et du Pérou pour allumer une lumière unique, s'enfonça après quelques années dans la forêt tropicale comme un lieu d'espoirs brisés.

Lorsque les Espagnols sont revenus quelques décennies plus tard, ils n'ont trouvé que la forêt vierge.

© 2021 JU/H.K.H. Jeub

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Qayid Aljaysh Juyub.
Published on e-Stories.org on 05/07/2022.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Fantasy" (Short Stories)

Other works from Qayid Aljaysh Juyub

Did you like it?
Please have a look at:

Films can be too demanding - Qayid Aljaysh Juyub (Humour)
Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humour)