Qayid Aljaysh Juyub

Gangsters, nazis et rats

Ramazan Katiller et Alfred Schulze, dit 'Ali iri sıçan', sont entrés dans le snack-bar d'Ernst Kippenneuker en fin de matinée, ce jour de printemps de la première décennie du nouveau millénaire. Les sourcils froncés, Ramazan, le collecteur du gang Alp-Arslan, regardait les deux seuls clients qui dévoraient leur demi-poulet en grognant d'aise.

"Vous, dégagez !"

Interrompant brusquement leur activité de mangeurs de poulets, les deux policiers en uniforme regardèrent le robuste seldjoukide avec surprise. Indigné, le jeune gardien de la paix se redresse à moitié de sa chaise en plastique bon marché, pour être retenu avec véhémence par son collègue plus âgé, si bien que la table de camping bon marché à laquelle ils étaient tous deux assis manque de tomber.

"Bien sûr, Monsieur Katiller !"

Le représentant du pouvoir d'État, plus mûr, hocha la tête avec empressement à l'intention du membre du gang qui scrutait le policier avec un mépris fier.

"Harry, c'est l'un de ces messieurs issus de l'immigration dont je te parlais l'autre jour. Va donc chercher les vélos de service".

La tête toute rouge et le regard baissé, le jeune flic a docilement quitté les lieux.

"Monsieur Katiller, excusez encore une fois notre intrusion ! Je vais moi aussi quitter immédiatement cet endroit hospitalier, si vous le voulez bien" ?

D'un geste gracieusement méprisant, Ramazan autorisa le représentant incarné des tactiques de désescalade policière à s'en aller.

Pendant ce temps, Schulze se délectait de la lumière chaude du respect que les deux agents de l'ordre zélés témoignaient au multirécidiviste seldjoukide et observait en ricanant comment le deuxième agent s'enfuyait lui aussi avec soulagement. En tant que bioteuton et petit criminel, il aurait probablement fait connaissance, dans une situation similaire, avec la sévérité des lois absurdistanaises qui relativisent la culture de manière partiale. Bien entendu, les diverses "donations" au chef de police Capone et à toutes sortes de décideurs politiques locaux ont également joué un rôle dans les manifestations d'humilité des forces de l'ordre.

"Haydi Ali, à ta place !"

Avec routine, Schulze s'est rendu à son poste à la porte du snack-bar pour éviter que des clients potentiellement délateurs n'entrent dans l'établissement à un moment inopportun.

En tant qu'homme de main du collecteur, il s'agissait d'une de ses activités les plus qualifiées, qui consistait en grande partie en des services simples, comme par exemple faire des courses pour Ramazan et d'autres membres du gang. En général, le gang engageait des jeunes seldjoukides pour ce genre de services, qui étaient ensuite intégrés à l'organisation. Pour Ali - Ramazan était d'ailleurs l'un des rares à s'adresser à lui de cette manière - il n'en était pas question en tant qu'underdog d'origine étrangère. Le maigre Teuton, dont l'apparence de rongeur contribuait d'une certaine manière à son surnom, devait plutôt son emploi modeste mais relativement bien payé au simple fait qu'une sorte d'amitié existait entre lui et le très respecté Katiller depuis l'âge préscolaire.

Pendant ce temps, le propriétaire de la baraque à frites avait observé la scène précédente derrière le comptoir crasseux avec un malaise croissant, tandis que son assistante aux cheveux blonds bouclés jetait des regards admiratifs au collecteur.

"Kippenneuker, vieil ami des poules, comment oses-tu insulter mes yeux avec des domuzlar dévorants ? Tu n'as aucun respect pour moi" ?

Sous le regard sévère de Katiller, une certaine nervosité s'empara du fieffé propriétaire du snack, qui s'exprima clairement par diverses perles de sueur sur son front.

"Pardonnez-moi, Effendi. Les flics ont acheté auparavant un tas de sachets d''épices spéciales' pour tout leur commissariat. Je ne savais pas, Effendi, que vous veniez déjà maintenant et je pensais que les deux flics seraient déjà partis si vous nous faisiez l'honneur de votre présence".

"Je devrais peut-être te couper les oreilles !"

Ramazan sourit malicieusement au propriétaire du snack-bar qui pâlissait en pensant à son prédécesseur aussi malheureux que sans oreilles.

"Mais Allah est avec les gens compatissants et je veux te pardonner cette fois-ci. Mais cela coûtera 500 de plus, car il faut bien punir ! Alors donne-moi l'enveloppe avec le tribut" !

"Merci beaucoup pour votre gentillesse, Ramazan Bey !"

Aussi soulagé qu'empressé, le Kippenneuker, qui adore les poules - petit conseil, traduisez cela du néerlandais -, a remis une enveloppe bien remplie. En comptant déjà le contenu, le collecteur inhabituellement philanthrope se dirigea vers un siège propre, car les exceptions confirment la règle, pour s'installer.

"Tamam ! Trois mille pour cette semaine. Il manque encore les 500" !

"Il n'y a pas tant que ça dans la caisse. Mais j'ai l'argent des flics dans le coffre-fort derrière. Si Ramazan Bey veut bien m'excuser un instant, je vais chercher l'argent tout de suite. Sabine peut vous préparer une saucisse au curry spéciale bien épicée pour le temps d'attente, si seigneur le désire".

"D'accord, je vais t'accorder une autre grâce, car tu sais où est ta place. Mais cela coûtera 100 euros de plus en frais d'absence et une fois des frites rouges et blanches pour mon hizmetçi. Alors, en route !"

"Merci Effendi !"

Avec une agilité surprenante compte tenu de sa corpulence, le favori particulier du percepteur se précipita vers l'arrière de la salle, tandis que ladite Sabine préparait avec amour les délices commandés et agrémentait finalement la saucisse au curry d'une bonne dose de poudre blanche énergisante.

Le lecteur averti sait peut-être déjà que la baraque à frites de Kippenneuker vendait en fait des substances pas tout à fait légales qui stimulent l'esprit. Le propriétaire travaillait pour ainsi dire sous 'licence' et pouvait verser chaque semaine une 'taxe' au gang Alp-Arslan. Le gang reversait la moitié de cette somme à ses véritables commanditaires - un groupe traditionnel d'hommes d'affaires sicans qui fournissaient les preneurs de licence en drogue par d'autres moyens payants. Bien des années plus tard, ce système criminel sera également connu sous le nom de 'Currywurst-Connection', mais à cette époque, les conditions du marché étaient déjà différentes.

"Ali, viens t'asseoir, tu n'as plus besoin de faire le guet, les junkies sont de toute façon chez les évangéliques dans la maison communale, parce que le curé vend aujourd'hui du crack à des prix discount ; l'Orospu devrait aussi avoir le repas prêt dans quelques instants !"

Ramazan a adressé un grand sourire à l'aide-cuisinière bien proportionnée, qui lui a répondu avec joie.

"Merci Patron !"

Schulze quitta le poste qui se trouvait sur la porte et s'installa avec un respect reconnaissant sur la place à peine salie qui faisait face à son chef au sourire bienveillant.

"Patron, cette fille est vraiment canon !"

"Rat, on t'a peut-être chié dans la tête. Est-ce que je t'ai demandé ton avis ? Qu'est-ce qu'un petit étalon de Teuton comme toi peut bien faire avec cette femme ? Lève-toi quand je te parle".

Le fidèle ami était généralement célèbre pour ses crises de colère qui remplissaient l'hôpital, si bien qu'Alfred le rongeur se leva d'un bond et clama humblement son innocence d'un air suppliant.

"Mais Effendi, je n'aurais jamais osé t'insulter par un discours irrespectueux. Au contraire, patron, j'ai seulement voulu suggérer par mes propos stupides si la femme ne pourrait pas être pour vous une source de plaisir" !

"Ali, parfois je pense que tu es nemli. Cette nana pourrait vraiment faire une bonne concubine. Bon, retourne t'asseoir".

Soulagé, Schulze a obéi à la demande de son ami dominateur. Malgré ses revenus élevés, Ramazan, accro au jeu, avait toujours des besoins financiers importants qu'il couvrait en vendant de temps en temps des petites amies pour des mariages fictifs par exemple. Le dernier spécimen n'a cependant pas eu cette chance, puisqu'il a été vendu directement à une maison close dirigée par des hommes d'affaires skipetariens dont la brutalité effrayait même le gang Alp Arslan.

Interrompant la belle scène macabre, la sonnerie en fanfare de l'I-Phone aussi ultramoderne que somptueux du loverboy accro au jeu retentit.

"Bon sang, c'est Hayreddin Pacha !"

Légèrement nerveux, Ramazan a pris l'appel.

"Hayreddin Pacha, quel honneur, que puis-je faire pour vous ? Oui, je serai bref. Non, je n'ai pas encore perçu le tribut du zoulou du jardin public. Bien sûr Hayreddin Pacha, je suis un beceriksiz Pislik. Dans une heure ? Teşekkürler, Majesteleri. Merci beaucoup ... Maudit maintenant il a raccroché. Putain de rat, pourquoi tu ne me l'as pas rappelé ! Ingrat ..."

"Une saucisse au curry pour Ramazan Bey avec un supplément de coke et des frites pour le rat !"

La voix dégoulinante d'érotisme de la séduisante fille de cuisine interrompit la philippique hostile aux rongeurs qui s'annonçait. D'abord indigné, puis complaisant, Katiller, furieux par crainte de son chef, contempla la belle aide-frite au sourire sucré.

"Merci femme !"

Sabine, qui avait suivi de très près la conversation précédente, frotta une partie de son corps contre les extrémités inférieures du seldjoukide trapu tout en servant le repas gastronomique. Schulze, quant à lui, vit là l'occasion d'apaiser la colère du Khan.

"Mademoiselle Sabine, Ramazan Bey vient de me dire combien il vous considère comme une femme formidable et intelligente ; digne de jouer un rôle profitable dans son harem. Peut-être aimeriez-vous lui rendre visite chez lui pour étudier la décoration intérieure de sa chambre à coucher ?"

Après un discours aussi raffiné, l'intéressée a souri, flattée, au collecteur au sourire insinuant.

"Quand vous voulez, ce sera un plaisir d'être au service de Ramazan Bey !"

"Tiens, femme, tu as une carte de visite. Tu m'appelles ensuite à six heures pour savoir quand tu peux passer" !

"Merci, Ramazan Pacha ! Tout ce que vous dites. Oups, Ramazan Bey, excusez-moi ! İl faut absolument que j'appelle mon esthéticienne pour prendre rendez-vous aujourd'hui, afin que je sois séduisant pour vous lors de la visite de la chambre à coucher !"

"Bien sûr, femme, tu peux y aller !"

Devant l'extraordinaire volonté de coopération de la dame du harem en devenir, la colère de loverboy s'est dissipée pour laisser place à une humeur plutôt bienveillante.

"Ali, tu as bien fait ! Je veux te pardonner encore une fois, après tout, nous avons encore une heure pour rafler le zoulou et Hayreddin Pacha parle comme ça à tout le monde, si son zevk çocuk ne l'a pas laissé approcher".

Soulagé, le Teuton maigre s'inclina devant son chef qui lui était à nouveau favorable.

"Tu sais comment un serviteur doit se comporter, Ali. Je veux t'accorder une faveur particulière : Tu peux m'essuyer la bouche pendant le repas. Ah, c'est aussi ça, le Kippenneuker ! Vieil ami des poules, je t'accorde l'audience après le repas" !

Assisté de son domestique, Ramazan a mangé avec plaisir sa saucisse au curry, puis a émis un rot aussi satisfait que bruyant.

"Femme, c'était vraiment un plaisir !"

"Effendi, Sabine s'est retirée à l'arrière pour téléphoner. Ramazan Bey, puis-je maintenant vous remettre humblement le pognon" ?

"Très bien, Kippenneuker, je vais maintenant t'accorder cette grâce. Ali, hizmetkarım, mange maintenant tes frites, mais dépêche-toi, nous n'avons pas toute la journée".

Alors que le teuton aux allures de rongeur dévorait docilement son modeste repas, le propriétaire du snack s'approcha humblement et présenta une seconde enveloppe bien remplie que le seldjoukide accepta d'un geste fier.

"Ramazan Bey, je me suis permis d'ajouter un billet de cent euros. Effendi, j'ai encore une demande".

"Parle !"

"Ramazan Bey, je suis vraiment gêné de vous embêter avec ça, mais hier, quelques chauves de l'escadron de protection teutonique se sont laissés voir ici. Je vais faire court : Ils ont démoli quelques objets d'ameublement et m'ont menacé de mettre le feu à mon restaurant si je ne vous payais pas chaque semaine la 'taxe aryenne'".

"Quoi ? Foutus nazis ! Ne t'avise pas de payer cette bande de fascistes, sinon tu perdras non seulement tes oreilles et ton nez, mais aussi des parties plus au sud, ce qui t'empêchera de faire plaisir à tes poules".

"Pardonnez-moi, Ramazan Bey ! Avant d'informer Don Genovese de la perturbation des affaires, j'ai pensé que je devais d'abord m'adresser à vous, Effendi. Peut-être devrais-je m'adresser directement à Hayreddin Pacha" ?

"Très bien, Kippenneuker. Tu as raison de respecter la chaîne de commandement. Nous avons déjà les nazis dans le collimateur ! Nous n'allons tout de même pas embêter l'honorable Don avec ce genre d'enfantillages".

Il convient de préciser que Vito Genovese était le directeur commercial de cette société d'hommes d'affaires siciliens déjà mentionnée et qu'il faisait souvent réparer les pannes de manière létale, ce qui pouvait également concerner les auxiliaires défaillants. Devant de telles perspectives inconfortables, Ramazan décida de se jeter à l'eau et d'annoncer la mauvaise nouvelle à Hayreddin dans la journée, lorsque l'humeur de son supérieur se serait un peu normalisée.

"Merci beaucoup, Ramazan Bey. Mais vous savez que je dois appeler le Don si les chauves réapparaissent ici".

Le fier percepteur maîtrisa difficilement sa colère et répondit d'un air inexpressif.

"Nous nous occupons déjà des porcs nazis ! Kippenneuker encore une chose : tu peux dire à ta prostituée intérimaire d'apporter les préservatifs lors de sa visite" !

Le propriétaire de la baraque à frites a hoché la tête avec un sourire sale et gluant.

"Bien sûr, Ramazan Bey !"

"Haydi rat, arrête de manger et bouge ton anus, on s'en va maintenant !"

Dans un élan de dévotion joyeuse, Schulze bondit littéralement de sa place bon marché et s'empressa de suivre son seigneur et maître, qui avait déjà quitté le snack.

*

Jadis, les notables bruns ont construit le jardin municipal de Gelsum pour offrir un lieu d'entraînement à la jeunesse fasciste et un espace de détente au reste de la population. Entre-temps, les descendants de ces hommes d'honneur s'étaient peints en rouge et vert, tandis que la jeunesse était certes moins fasciste, mais fréquentait en partie le lieu pour acheter des substances qui élargissent la conscience chez des pharmaciens sympathiques. Quant aux autres contemporains qui, pour des raisons obscures, fréquentaient ce biotope particulier, il y avait de fortes chances qu'ils fassent un séjour gratuit dans divers hôpitaux ou chez le médecin légiste.

Ramazan venait d'arriver avec sa Porsche Carrera aux pneus chauds devant l'entrée sud du même parc, au 10/71 de la rue Man-Zikert.

C'est d'ailleurs ici qu'a eu lieu, il y a quelque temps, une violente bataille entre les légions de l'empereur des Rhomans, Romanos, et Alp Arslan, le fondateur légendaire du gang du même nom. Le chef de bande seldjoukide a fait preuve de clémence envers Romanos, qui avait été battu, sachant que les sous-chefs de l'empereur, Michael et Django, complotaient déjà contre leur maître. C'est ainsi que le malheureux monarque fut aveuglé par les traîtres devant sa caravane préférée et succomba plus tard à ses blessures en exil sur une petite île de l'Emscher. Cependant, le puissant Seldjoukide arracha aux Rhomans la plus grande partie de Gelsum, si bien qu'ils se retranchèrent principalement dans leur caravane sur la colline de Byzantion et déplacèrent leurs activités vers l'ouest. Arp Arslan s'est ensuite tourné vers d'autres objectifs pour le compte de ses mécènes siciliens et a laissé Gelsum à son gouverneur Hayreddin, un professionnel expérimenté de la corsaire - mais revenons à notre histoire.

Schulze sortit en vitesse de la noble automobile et ouvrit la porte du conducteur en s'inclinant. Ramazan descendit gracieusement de l'engin et n'accorda aucun regard à son assistant, qui referma la porte sans bruit, bien que l'humeur du fier seldjoukide ait changé pour le mieux.

En effet, pendant le trajet, les compagnons ont croisé un représentant du pouvoir en uniforme sur sa modeste bicyclette de service qui, dans une manœuvre d'évitement désespérée, a atterri dans un tas de poubelles à l'arrêt, ce qui a déclenché une énorme explosion de rire chez Ramazan qui roulait à une vitesse maximale illégale.

"Ali, cigarette !"

Obéissant, le fidèle teuton a glissé l'une de ses cigarettes de luxe dans la bouche de son maître et l'a allumée d'un geste routinier.

"Bien Ali, je suis d'humeur généreuse, tu peux renifler ma fumée ! Ensuite, nous nous emparons une fois du zoulou. Tu me suivras à trois pas de distance, comme il se doit pour un bon hizmetkarım" !

Tel le sultan Soliman le Magnifique en personne, le collecteur s'avançait dans le jardin délabré de la ville, accompagné de son chef de harem dévot, certes moins puissant que son modèle historique, mais certainement aussi dépourvu de testicules.

"Putain de merde !"

"Va te faire foutre, Ramazan et son rat ! Nous t'attendions !“

Le katiller et son assistant se sont littéralement figés devant la scène qui s'offrait à eux. Au détour d'un chemin, au lieu du dealer attendu, cinq skinheads armés de battes de baseball leur faisaient face. Leur chef, qui rappelait immanquablement à l'observateur non averti le Golem du célèbre rabbin Löw et qui, contrairement à ce dernier, maîtrisait manifestement une forme de langage, tenait en outre en laisse un chien de combat vêtu d'un petit uniforme SS et souriait aux nouveaux arrivants avec une simplicité narquoise.

"Sales nazis, qu'avez-vous fait du zoulou ?"

Le collecteur ne s'intéressait pas vraiment au sort de son protégé africain, mais le combattant de rue expérimenté espérait ainsi gagner du temps pour mieux évaluer les faiblesses de ses adversaires. Malheureusement, les choses se présentaient plutôt mal de ce point de vue, car les autres skins n'étaient pas plus minces que leur grossier chef.

Le golem eut un sourire narquois et gratta de sa main libre son crâne chauve, orné d'un énorme tatouage en forme de croix gammée.

"Eh bien, la bimbo, cette lâche charogne, s'est enfuie. Mais comme il a laissé la came, l'argent et le téléphone portable dans sa valise, nous l'avons laissé partir. Après tout, nous avons aussi une danse avec vous ! Tue Rommel !"

Avec un sourire narquois, le maître de la svastika libéra le chien de guerre qui tirait violemment sur sa laisse sous les huées des ogres présents. La bête se précipita avidement vers Ramazan en jappant la chanson de Horst Wessel, mais ce dernier asséna froidement un coup de pied létal et ciblé au cabot nazi. Le chien fasciste s'est envolé dans une poubelle à moitié pleine, tandis que le seldjoukide a sorti en un éclair son cher couteau Bowie.

"Allez Ali, prends celui qui est à droite ! Ali ?"

Au lieu de lancer l'attaque, Schulze, après avoir évalué les chances, a décidé, dans la vieille tradition des officiers, de se réserver pour des victoires ultérieures et de s'enfuir le plus vite possible.

"Le rat est plus intelligent que toi ! Pissel, tu vas attraper le rat. Killi, Filli et Thorin, nous allons écraser le kanake".

"Alors viens, fils de truie !"

Tandis qu'un skinhead assez mal soigné, même pour les normes d'hygiène peu élevées de l'entourage de la croix gammée, se lançait à la poursuite de Schulze, le reste de la foule attaquait l'adversaire désespérément inférieur, dans la vieille tradition de la Wehrmacht.

Avant d'aborder la retraite, disons "tactique", du fidèle Teuton peu enclin à se battre, quelques mots d'explication s'imposent. Comme le lecteur l'aura sans doute déjà remarqué, notre combat unilatéral s'est déroulé sans armes à feu. Les gangsters, on pense tout de suite aux pistolets de toutes sortes, aux mitraillettes, aux lance-roquettes et aux massacres hollywoodiens correspondants. Les parties impliquées dans le conflit se seraient volontiers massacrées de cette manière, mais les commanditaires des combattants n'étaient malheureusement pas favorables à ce genre de fusillade qui fait du bruit et suscite des articles de presse.

Ainsi, à l'exception de Hayreddin Pacha, les membres du gang Alp Arslan n'étaient pas autorisés à porter des armes à feu. Les quelques jobs qui nécessitaient ce type de violence étaient discrètement effectués par les hommes de Don Genovese. Quelques underdogs qui s'entretuaient ou se poignardaient n'intéressaient personne à proprement parler, mais lorsque des armes à feu entraient en jeu, les politiciens les plus corrompus réagissaient encore à l'époque ; mauvais pour les affaires, hein !

Tandis que Ramazan se défendait héroïquement, notre fuyard a pu augmenter son avance sur son grossier poursuivant. La scène du combat inégal se perdait déjà de vue et les bruits de celui-ci s'affaiblissaient peu à peu.

"Qu'est-ce qui te fait courir si vite, rat ? Non, non ! Arrête-toi un peu !"

Sûr de son avance, Schulze se retourna en riant face aux mots hurlés en mezzo-soprano et glissa promptement, tandis que son adversaire se rapprochait sans pitié. Assis sur le fond de son pantalon, l'homme qui était tombé bien bas s'est rendu compte avec horreur que son poursuivant l'avait entre-temps rattrapé.

"C'est ton tour, le rat. Je vais te déchirer comme un poulet frit".

"Je pourrais être l'un des vôtres !"

"Quoi ?"

C'est plutôt par désespoir que l'astucieux teuton a tenté un sauvetage qui a visiblement dépassé l'intelligence simple de Pissel, mais qui a été couronné de succès dans la mesure où le tank nazi défectueux s'est tout d'abord arrêté, confus.

"Qu'est-ce qu'il y a, qu'est-ce qu'il y a ? Mammo, ça veut dire maman, mec. Que ferait le fuehrer ? Oh oui, je le connais par cœur : Es-tu aussi de sang pur ?"

"Je vois que tu es très intelligent. Bien sûr, je ne suis pas un putain de Cananéen" !

Lentement, l'ornement nauséabond de tous les scientifiques nazis a ouvert son pantalon et, à la grande horreur de Schulze, a sorti son sexe puant.

"Oui, je suis intelligent. C'est maintenant le rituel que tous les Nazis avec le fuehrer doivent faire. Tu dois le mettre dans ta bouche et le sucer ! Après, tu peux m'appeler "chef de piss" !

"Oui, mon Fuehrer !"

Prudemment, la recrue consentante s'est approchée à genoux de la pissel nazie au sourire béat et a enfoncé son crâne dans les parties molles partiellement en érection. Alors que le galant déçu s'effondrait en poussant des cris stridents, conséquence de l'acte d'amour raté, Schulze se releva avec une dextérité de rat et poursuivit sa fuite.

*

C'est avec un sentiment de malaise au creux de l'estomac et armé d'un sac à provisions qu'Alfred Schulze est entré dans la taverne du 'Corsaire rouge', qui servait de base d'opération au gang Alp-Arslan.

Après s'être échappé du jardin public par la sortie nord, sans être poursuivi par des chauves, et après avoir été capable de penser raisonnablement pour la première fois, le Teuton doué pour la fuite s'est rendu compte que son comportement peu héroïque pourrait avoir de mauvaises conséquences pour lui. Sans le courage et les clés de voiture nécessaires, cela n'avait guère de sens de se rendre dans la voiture de luxe de Ramazan, alors, faute de mieux, le guerrier teuton se rendit dans un kiosque voisin et y but, dans un ordre rapide, trois petites bouteilles d'une liqueur aux herbes bon marché.

Peu à peu, les nerfs et les mains tremblantes de notre agile héros se calmèrent. Il semblait que les nazis en avaient fini avec Katiller, car même un spécialiste du couteau comme l'ami dominant n'avait aucune chance face à une telle supériorité. Un pieux mensonge n'a pas seulement fait pleurer les anges ou baver les journalistes de la presse d'opinion, mais dans ce cas, il a pu sauver la peau de Schulze. Le teuton rusé s'est donc rendu dans l'épicerie fine la plus proche et s'est procuré quelques-uns des produits préférés de Ramazan avant de mettre son plan à exécution avec ladite sortie au bar.

“Iyi günler beyler! Ramazan Bey est-il déjà là ?" ”

D'un seul coup, les conversations des bandoleros qui se tenaient auparavant à voix haute se sont tues. Pendant quelques minutes, l'entrant se retrouve face à un mur de visages inexpressifs et quelques visages surpris, avant de voir Mehmet Gelincik, le garçon de courses personnel de Hayreddin Pacha, s'avancer vers lui d'un pas léger.

"Maşallah, Hayreddin Pacha avait encore raison. Eh bien, rat, Ramazan n'a pas pu venir, mais le patron t'attend avec impatience dans l'arrière-boutique".

"Mehmet Bey, avez-vous une idée de l'affaire pour laquelle onun lütfu souhaite me voir ?"

L'interpellé, l'air dédaigneux, poussa un rire bref mais dur.

"Il te le dira, rat. Tu peux laisser le sac de courses ici, tu n'en auras plus besoin. Passe devant, tu connais le chemin".

Vu les possibilités d'évasion plutôt limitées, Schulze s'est résigné à son sort malgré un très mauvais pressentiment. Peu de temps après, le tandem entra dans le local mentionné, où se trouvaient trois personnes qui, à l'ouverture de la porte de la chambre, interrompirent immédiatement leur conversation animée. Outre le chef de la bande, un titan de sexe masculin, se trouvaient Cem Işkenceci - inquisiteur et adjoint de Hayreddin - aux proportions similaires, ainsi qu'un monsieur habillé avec goût et manifestement d'origine bioteutonique.

"Affedersiniz Patron, tu m'as dit d'amener ce rat ici tout de suite pour l'interroger".

"Je savais que notre rat reviendrait et essaierait de s'en sortir !"

Alors que le chef des brigands n'accordait aucun regard au Schulze, Işkenceci le regardait avec intérêt, les yeux brillants de joie.

"Monsieur Korsan, pensez-vous qu'il soit approprié que ce petit bourgeois participe à notre réunion d'affaires" ?

La voix soignée du troisième larron, habillé à la mode actuelle, qui osait manifestement s'adresser au chef du gang Alp-Arslan par son nom de famille civil, exprimait un certain scepticisme.

"Le rat ne parlera pas ! Mehmet, accompagne donc notre invité jusqu'à la chaise".

Le couteau de Mehmet, sorti à la vitesse de l'éclair, a empêché Schulze de donner suite à son idée naissante de fuite.

"Bien Mehmet, amène-le ici !"

Cem - inquisiteur passionné, dont bien des chasseurs de sorcières médiévaux auraient pu s'inspirer - s'est placé à côté du meuble recouvert de sang et d'entraves massives et a fait un geste d'invitation.

"Bonté divine, Monsieur Korsan ! Vous n'allez quand même pas faire cet interrogatoire embarrassant en ma présence" ?

"Pas du tout, Monsieur le député Beckha. Ne vous inquiétez pas, nous nous occuperons de ce rat après la réunion".

"C'est rassurant, et puis les jérémiades de ces petits bourgeois m'énervent terriblement".

Le représentant du peuple a jeté un regard méprisant et moqueur au délinquant résigné qui s'est laissé attacher sans résistance.

"Alors, parlons affaires ! Vos militants, Monsieur le Député, ont intérêt à s'occuper des nazis à l'aube. Comme chacun sait, ils habitent dans la cave de la Villa Kunterbunt et les Stroganov dorment probablement encore à ce moment-là. Il ne faut pas toucher à un cheveu du maître de maison et de sa famille".

"Korsan, vous pensez que je suis stupide ? Ce qui nous amène déjà à l'autre sujet. Tout le monde sait que derrière ces fascistes débiles se cache la mafia sarmate. Je ne sais pas si je dois mettre en péril mes bons contacts avec le tsarévitch Boris Godounov pour une telle action. İl me semble en outre étrange qu'ils n'utilisent pas leurs propres hommes pour leur petite guerre par procuration ou qu'ils ne demandent pas l'aide de l'iman Hezbollah et de ses gardes islamistes ? Vous ne voulez quand même pas me piéger" ?

Hayreddin secoua sa tête imposante à contrecœur, sachant bien où le politicien voulait en venir.

"L'ayatollah fou ? Pour lui, les chauves sont utiles pour débarrasser Gelsum des Cananéens. En plus, il en a besoin de temps en temps comme boucs émissaires pour protéger son peuple. Et puis nous avons encore ces satanés clans araméens sur le dos, qui deviennent de plus en plus puissants. Je n'ai tout simplement pas les ressources pour m'occuper de tout le monde. Vous le savez aussi bien que moi. Très bien, si nous doublons votre indemnité, est-ce que vos brigades anti-impérialistes feront la visite à domicile ?".

Les yeux brillants de gourmandise, le député régional d'un parti à haute valeur écologique a souri de manière contraignante.

"C'est bien sûr un honneur pour nous ! Pour nous, la lutte contre la droite est une priorité absolue. Après réception sur le compte numéroté, nous éradiquerons la meute fasciste de la planète sans impact sur le climat" !

"Mehmet, fais donc sortir le député et fais-lui donc parvenir encore un peu de ces bonnes épices pour saucisses au curry".

"Alors s'il vous plaît 'Columbian Blend' avec une touche de crystal !"

Après avoir spécifié les spécialités offertes, l'homme politique prit congé en s'inclinant légèrement et suivit le garçon de courses qui lui tint respectueusement la porte avant de la refermer presque sans bruit.

"A toi, le rat ! Tu n'aurais pas une idée de l'endroit où se trouve notre Katiller" ?

Le chef titanesque de gang a hoché la tête vers Schulze avec un étrange sourire. Celui-ci décida à son tour, malgré un très mauvais pressentiment, de s'en tenir à son récit.

"Hayreddin Pacha, je n'en ai vraiment aucune idée ! Ramazan Bey m'a envoyé faire des courses parce qu'il a rendez-vous ce soir avec l'Orospu de la baraque à frites de Kippenneuker. Je devais le rencontrer ici, franchement" !

Tandis que le frêle teuton exposait sa légende d'une voix légèrement tremblante, le chef des brigands affichait un sourire complice.

"Ah oui, tu seras donc surpris d'apprendre que Ramazan a été attaqué par une horde de nazis et qu'il est maintenant en soins intensifs à l'hôpital protestant" ?

"Tanrı aşkına, comment cela a-t-il pu arriver ? Si seulement j'avais été là pour protéger le Seigneur au péril de ma vie".

"Eh bien, comment cela a-t-il été possible, rat ? Heureusement, le Zoulou a rapidement rassemblé sa tribu et a empêché à la dernière minute les nazis d'achever Ramazan. Je me demande comment ils ont pu savoir où se trouvait Ramazan. Peut-être que tu peux m'aider" ?

Schulze savait qu'il était un homme mort s'il perdait maintenant son sang-froid et annonçait la vérité.

"Ekselansları, je n'en ai vraiment aucune idée ! Je le jure sur la barbe du Prophète".

"La barbe du Prophète ? Seulement, je ne te crois pas, rat infidèle. Cem, castre ce traître pour son blasphème".

En criant comme une petite fille, le héros teuton tira sur ses liens, tandis que l'inquisiteur ouvrait lentement sa boîte à outils spéciale et s'approchait tranquillement de la partie la plus noble du corps de sa victime avec un cutter.

"Patron, le rat est innocent !"

Surpris, les personnes présentes sans liens se tournèrent vers Mehmet, debout à l'entrée. D'un geste autoritaire, Hayreddin a fait signe à son tortionnaire de s'arrêter avec la vasectomie élargie.

"Parle !"

"Kippenneuker a appelé sur le téléphone fixe et a demandé à me voir ou à voir Cem. Il paraît que cette grosse patate a la preuve que l'un des autres a dénoncé Ramazan et le rat aux nazis. Il veut nous les faire parvenir contre une récompense de 5000 Eurons. J'ai bien sûr accepté, apparemment cette stupide patate croit vraiment que nous allons payer pour ça. En tout cas, nous devons être dans une demi-heure sur le parking de la DFS dans la zone industrielle. C'est là que nous attend la Orospu de Kippenneuker, qui ne connaît rien à rien, mais qui ne doit remettre les documents qu'à toi personnellement".

"Hayreddin, ça sent le piège !"

L'inquisiteur secoua sa tête pataude d'un air dubitatif.

"Cem Bey, ça m'étonnerait. La Cuisine-Orospu amène en effet sa fille de 11 ans. De plus, à cette heure-ci, le parking est vide et on a une vue dégagée de tous les côtés".

"Mehmet, tu as bien fait ! Kippenneuker est bien trop lâche pour nous trahir. Bien, Mehmet, tu m'accompagnes" !

Le regard du tortionnaire trahissait encore un certain scepticisme.

"Laisse-moi au moins t'accompagner !"

"Tanrım ! Cem, ce n'est qu'une femme et j'ai besoin de toi ici. Et puis, j'ai aussi mes amis Smith & Wesson avec moi".

Le roi des bandits tapota fièrement son holster d'épaule, dans lequel se trouvait un gros revolver.

"Ok, qu'est-ce qui se passe avec le rat au fait ?"

"Ah, j'ai failli l'oublier. Rat, apparemment, tu n'es pas un traître, donc je ne te punirai pas pour ça".

C'est avec un regret feint que le chef de bande regarda Schulze, qui souriait de soulagement.

"Mais le Zoulou t'a vu courir à travers le jardin de la ville et je ne peux pas tolérer la lâcheté devant l'ennemi. Mais ne t'inquiète pas, tu devrais mourir rien que pour avoir écouté notre conversation avec ce vieil hypocrite de Beckha ! Cem, torture ce rat à mort et fais évacuer les restes plus tard par les éboueurs ! Si tu ne peux pas venir avec nous, je veux que tu t'amuses ici. N'oublie pas le bâillon, je veux éviter que mes garçons soient trop incommodés par les cris".

Avant que le cadavre en devenir n'ait pu pousser un cri d'horreur, l'inquisiteur l'avait déjà bâillonné avec du ruban adhésif grossier. Alors que Hayreddin et son acolyte quittaient la pièce, le spécialiste de l'interrogatoire a commencé à amputer les doigts de sa victime.

*

Hayreddin et Mehmet se tenaient nonchalamment devant la Mercedes-Maybach du chef de bande, au milieu du parking vide de la DFS. Arrivés quelques minutes plus tôt, ils observaient maintenant avec intérêt la mère et la fille qui s'approchaient lentement d'eux depuis le bord du parking. Pour le plus grand plaisir des gangsters présents, toutes deux étaient vêtues d'une sorte de look de partenaires, composé de robes d'été de la même couleur, très ouvertes, et de bottes à talons hauts. Outre le petit sac à main rouge que portait l'aînée, les talons d'acier des bottes des deux dames attiraient particulièrement l'attention.

"Maşallah Mehmet, c'est un vrai défilé de putes !"

Le garçon de courses ricana avec une malice gluante.

Entre-temps, les Belles atteignirent les deux Seldjoukides et se placèrent face à eux.

"Alors Orospu, où sont les documents ?"

Tandis que la fille adressait un sourire innocent à Mehmet, celle à qui elle s'adressait rayonnait sur Hayreddin avec des yeux de chambre à coucher pleins de promesses humides.

"Kippenneuker a parlé d'une récompense ?"

"En récompense, je te baiserai sur le capot de ma voiture et la petite fille pourra faire une fellation à mon acolyte. Alors donne-moi les documents".

“Qui Dominus!”

En quelques secondes, l'auxiliaire dévouée a appuyé sur un bouton pour ouvrir le couteau à cran d'arrêt qu'elle avait caché derrière son sac à main et l'a planté dans le cœur d'Hayreddin avec une grande routine. Le chef de gang n'a même pas eu le temps de changer d'expression avant de mourir et s'est éteint avec un sale sourire sur le visage. Au même moment, sa fille donna un grand coup de pied dans les parties intimes de Mehmet avec le talon de ses petites bottes, si bien que celui-ci s'écroula en gémissant. La mère, pleine d'érotisme, a finalement fixé le survivant au sol en posant ses chaussures sur son cou.

"Maman, je peux tuer l'oncle ?"

Avec un sourire sucré, la petite fille regarda sa mère en la suppliant.

"Tu me rends fier mon enfant ! À ton âge, grand-mère me faisait aussi tirer sur les dissidents au Goulag !"

La surmaman contemplait avec fierté l'enfant qui apprenait avec enthousiasme.

"Le mieux, c'est que tu t'occupes de l'oncle, comme tu t'es occupé de l'inséminateur."

En riant joyeusement, l'enfant a retiré le couteau à cran d'arrêt de la poitrine du mort.

"J'espère qu'il pleurniche aussi comme papa, c'était amusant !"

Avec l'aide active de sa mère, la petite fille a lentement tranché la gorge de Mehmet dans le cadre de sa formation de tueuse à gages, car le travail devait aussi être un plaisir.

*

Étonné ?

Bon, tout d'abord, l'intérimaire de Kippenneuker ne s'appelait pas Sabine, mais en réalité Pentesileya Ubiytsa, et était une ancienne agent des services secrets qui effectuait désormais des travaux lucratifs pour la mafia sarmate. Comme vous vous en doutez, elle avait pour mission d'affaiblir le gang Alp-Arslan en liquidant ses dirigeants, sans qu'aucune implication directe des Sarmates ne puisse être prouvée.

Kıppenneuker a bien sûr fait appel aux Seldjoukides, pas tout à fait de son plein gré, et s'est 'suicidé' avec l'aide amicale de son auxiliaire en plaçant son vilain crâne dans une friteuse brûlante.

Pour le reste, l'attaque des activistes a eu un certain succès, si bien que quelque temps plus tard, des hommes d'affaires sarmates et siciliens se sont mis d'accord pour évincer les nazis et les seldjoukides et pour confier les affaires à un clan araméen dans le cadre d'une joint-venture.

C'est ainsi que se termine l'histoire des gangsters, des nazis, de rat et, bien sûr, de la reine tueuse !

© 2021 Q.A. Juyub & H.K.H. Jeub

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Qayid Aljaysh Juyub.
Published on e-Stories.org on 07/17/2022.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Crime" (Short Stories)

Other works from Qayid Aljaysh Juyub

Did you like it?
Please have a look at:

Recenseo de clericorum hypocritæ - Qayid Aljaysh Juyub (Satire)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Life)