Patrice Faubert

Orgasmie déboutée, fascisme relooké

L'industrie de la pâte à papier
Première consommatrice d'eau
Et pour bien la seconder
L'industrie minière sans porte-à-faux
Avec tant d'autres artéfacts périphériques
Pas de quoi nous rendre euphoriques
Et comme tout, plus ou moins, procède de l'industrie
Au tout délétère, mortifère, en rançon de cette pluie
Tout l'inceste de la technologie en industrie
Au niveau de l'inceste humain, une victime sur deux
A moins de neuf ans, c'est odieux
Quatre-vingt-dix-huit pour cent, des hommes
Avec derrière, toute une éducation, en somme
La plupart des viols étant commis par des hommes
C'est comme un couteau suisse numérique
Des apprentissages et non du trop facile génétique
Comme le non-épanouissement de la pauvreté
Tant de vies gâchées et violentées
Pour dans les bras de l'hydre fasciste, les pousser
Ne s'en prenant qu'à elle-même la précarité
Les pauvres ne votant pas ou très peu
De l'exclusion des richesses, sont envieux
Et souvent l'extrême droite s'en accaparant
En récupérant parmi les éléments les plus violents
Aucune vraie culture, que du dégueulant
Toute une hypocrite stratégie du méprisant
Les bourgeoisies éclairées, elles, votant plus à gauche
En vérité, tout est de droite, dans cette débauche !
De toute une guerre civile mondiale
Mais, hélas, beaucoup plus que sociale
Ainsi, toujours bétonnant, blindant, le capital
Tous contre tous, toutes contre toutes
D'une continuité jamais en déroute
De cette joute en toutes les soutes
Comme le quadrillion, en système Terre, des fourmis
Difficile à conceptualiser comme de l'astronomie
Il en va aussi de toutes nos consommations
Tout participant de la Kommandantur pollution
Et, je, tu, il, elle, vous, nous, y participons
Certes, en plus ou en moins
Presque toute activité, ouvrier, employé, ingénieur, savant, technicien
De l'enfant, de la femme, de l'homme, personne n'y contrevient
De gré, surtout de force, nous nous y coltinons
Quand pour dépolluer, il faut polluer
De l'émission de NOx, pour incinérer
Oxyde d'azote de l'incinérateur retourné
Notre monde est comme l'orphelinat de l'ïle de Jersey
D'un extérieur au tout paraissant séduisant
D'un intérieur où tout est répugnant
Violences sexuelles, pédophilie, des maltraitances
Pendant longtemps, de l'impunité, aucune redevance
Et en même temps
Du procédé de tous les tyrans
Paradis fiscal pour des milliardaires
Cela fut fermé en 1986, trop puant devint son air
Avec des victimes qui furent, droguées, alcoolisées, suicidées
Et tant d'autres horreurs, passées et oubliées
Autres établissements du monde entier
Et plus tard ou un jour, tout effacé, tout sémillant
Une nouvelle fausse beauté, shopping tout suant
De tout un passé, de tout un présent
Tout un corrélat du dégoût permanent !
Quand la dissimulation d'un travail nécessaire
Dans la production d'un bien, sans obsolescence de faire
Comme une ferveur séminale de l'inconscience du repère
Du déficit informationnel que l'on ne peut éluder
Transformant, de toutes façons, le surinformé en sous-informé
L'écrivain italien qu'il me faut ici paraphraser
Feu ( 1931 - 2022 ) Piergiogio Bellocchio
Forcément moins connu que la marionnette Pinocchio

" La vérité est le trou
L'énorme vide de nos existences
Nous sommes des zéros satisfaits "

Faux amours, fausses amitiés, en évidence
Lorsque tout le monde est en concurrence
Nous y errons, telles des folles, tels des fous
Refaits et défaits mais l'on s'en repaît
Quand tout autre que soi, la  guerre, il faut faire avec
Du pitoyable concours, entre les nanas, entre les mecs
Le monde est facho, il est pas beau
Après son manger, après son boire, le rot
Il en remplit tous les syndicats, tous les partis
Tout un foutre irrigant des organisations et des idéologies
Ne s'éliminant que peu, mais agressant les autres
N'étant jamais éradiqué mais éradiquant les autres
Toute une majorité passant pour une minorité
Sachant faire passer une minorité pour la majorité
Psychologie de masse du fascisme, fonction de l'orgasme
Retour à ( 1509 ) " L'éloge de la folie " Rotterdam et son Erasme
Retour à W. Reich, et son origine du marasme
Tout échouage de bien-être
Trou noir du mal-être !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 01/20/2023.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Le virtuel et le réel - Patrice Faubert (Philosophical)
Growth - Inge Offermann (General)