Patrice Faubert

Paraphysique de l'identitarisation usurpée

Tout un chacun
Toute une chacune
Ce qu'il souhaiterait
Ce qu'elle souhaiterait
Du boire, du manger, du loisir, du sexer
Pas facile dans le difficile
Pas facile de pouvoir trouver
D'une préférence l'autre, ce qui va à nos pieds
Faisant de la personnalité épanouie, une rareté
Avec toujours du décalage, avec, il faut bidouiller
Donc, il faut toujours s'en contenter
Tout, ainsi, la chronique d'un désastre
Tout le monde s'y fait battre
Vous aimez la sexualité
Mais pas l'autre, et c'est raté
Vous aimez bien manger
Mais pas l'autre, et c'est manqué
Vous aimez boire ou fumer
Mais pas l'autre, l'essai encore loupé
Vous aimez ceci ou vous aimez cela
Mais pas l'autre, encore du recalé
De l'échec, du refoulé, il faut se contenter
Finalement, de tout, nous sommes privés
Tu as ceci mais pas cela
Tu as cela mais pas ceci
L'un dans l'autre, selon goûts et envies
Selon les probabilités de toutes les vies
Déterminants et automatisants qui sont nos scies
Moi, toujours en manque de sexualité
Ce dont j'étais le plus obsédé
Comme beaucoup, sans jamais en parler
De ce côté, pas toujours si bien tombé
Il faut être au moins deux pour forniquer !
Et ainsi, c'est si évident
Tout individu naît seul
Tout individu meurt seul
Avec parfois de la compensation
Quelques mois, quelques années, comme une pension
L'affectivité dédominant la guerre
Dédominants et dédominantes pour dédominer ce faire
Quand le viol est assumé en arme de guerre
Le monde marchand s'embrasant trop souvent
Comme un film de nitrate de cellulose
Et comme l'on peut, y prenant sa pause
Mais que fait la police ?
Mais que fait l'armée ?
Qui sont là, justement, pour protéger
Un système inéluctable pour les engendrer
Et pas étonnant, si tant et tant
Qu'ainsi pour tout supporter, tant de médicaments
Et nous n'avons plus du Coluche
Génie comique, et plus, en fétiche de vie ou peluche
Donc, une gestion du désastre comme seul savoir-faire
Aussi fatal que l'émissions de gaz à l'effet de serre
Et toute personne, de près, de loin, la sert
Selon sa puissance ou nuisance, du pécuniaire
1) Qatar ( 30,3 tonnes ) par personne
2) Koweït ( 23 tonnes ) par personne
3) Emirats arabes unis ( 20,91 tonnes ) par personne
4) Arabie saoudite ( 16,61 tonnes ) par personne
Etats-Unis ( 14,61 tonnes ) par personne
Chine ( 6,68 tonnes ) par personne
Pays les plus pollueurs en 2021
Le continent africain
Dix-sept pour cent de la population mondiale
Trois pour cent des émissions de gaz à l'effet de serre !
Donc, de l'économie plus que, et même, de la surpopulation
Surtout, du faux partage, de la très mauvaise répartition
Et puis, la petite ou la grande pauvreté
Droite, extrême droite, pour voter
Alors que les bourgeoisies éclairées
Et qui sont souvent mieux informées
Gauche, extrême gauche, pour voter
Quoique, du sophisme, quand tout a été droitisé
Toujours le capital et ses contrefaçons
Toujours plus à droite, de toutes façons
Avec précision dans les diverses digressions
Avec le coup de pied au cul
Jamais, il n'était échu
La gauche, la Commune de Paris, ce fut
Ou l'Espagne anarchiste de juillet 1936 à Barcelone
Mais le capital international fit échouer cette mue
Contre son vrai péril, toujours, il canonne
Et contre cela, jamais, il ne déconne
Il y eut Covid
Mais là, plus Goliath que David
Pour l'instant, environ vingt millions de décès, du monde
Et encore, sa succession arcane, nous inonde
Comme
L'évolution des bifurcations
Les  bifurcations de l'Evolution
Maintenant de la fausse intellectualité
S'emparant de tout, ces dernières années
Et même ces dernières décennies
Hélas, il n'y a plus de Henri Laborit
Pour nous faire réfléchir
Hélas, plus de Coluche pour nous faire rire
Car pour la vraie intellectualité
De même, pour tout, et donc pour la généralité
Il y aurait tant à dire
Il y aurait tant à écrire
Sur tout et sur rien
Qu'il y aura toujours à dire
Qu'il y aura toujours à écrire
Sur tout, sur rien, et ce sans fin !
Et ce qui semble exact aujourd'hui
Pouvant sembler faux le lendemain
C'est du permanent incertain
Tout étant forcément rémanent
Dans tout ce qui produit le capital
Dans tout ce que produit le capital
Copier/coller, le capital de la reproduction
Chacun,chacune, y étant en représentation
Comme aux Antilles françaises
Des cancers, des toux, maladies, à l'aise
Martinique, en record du monde
Chlordécone dans les corps, ô bananes
Perturbateurs endocriniens comme une manne
Neuf personnes sur dix y étant impactées
D'une tragédie l'autre aux Antilles françaises
Avec une pollution pour 50 ou 500 ans
Riches, pauvres, personne ne pouvant y échapper
Tout homme est le désemparé de la société
Toute femme est la désemparée de la société
Moins la richesse, certes, que la pauvreté
Monde chambre à gaz, nous uppercutant
Valises psychologiques si lourdes à porter
Tout un phubbing pour s'en désintéresser
Plus obsédant que le tétage téting
Cette obsession du tétage des nichons
Aucun mandat d'arrêt ne pouvant y être d'efficacité
De ce qui peut en tout, nous perturber
Tout y étant comme de l'entériné
Ainsi du numérique, par an
Six pour cent d'effet de gaz à l'effet de serre
Bientôt, déjà, autant que l'aviation
Avec, se greffant sur tout, en distraction
L'organisation du marché des fausses identités
Au tout avalisé, certifié, devenant les identités du marché !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 03/01/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


La vérité - Patrice Faubert (Philosophical)
Late realization - Rainer Tiemann (Friendship)