Patrice Faubert

Paraphysique de Vade retro carbona

" La construction du modèle T exigeait 7882 opérations à l'usine. Sur ces 7882, 949 étaient considérées comme des travaux difficiles, exigeant des hommes vigoureux, robustes; 3338 des hommes d'une force physique ordinaire; presque  tout le reste pouvait être confié à des femmes ou des grands enfants. Nous avons constaté que 670  opérations pouvaient être accomplies  par des culs-de-jatte, 2637 par des unijambistes, 2 par des hommes amputés des deux bras, 715 par des manchots et 10 par des aveugles. "
 
Henry Ford ( My Life and Work, 1922 )
Henry Ford, nazi et antisémite, l'idole d'Adolf Hitler
Du livre de  David Labreure ( Céline le médecin-écrivain ) ED : Bartillat
 
France, 1900, aux environs
Un million de domestiques
Sur quinze millions d'actifs, de l'épique
Toutes les classes sociales en employant
Sauf le milieu ouvrier, forcément
Et puis, souvent, bonnes complices dans leurs idées
D'avec les maîtres, qui pouvaient les violer
90 pour cent étaient des femmes, pour la domesticité
En Auvergne, vers 1920
La bonne s'appelait une souillon
Juste apte à la souillarde, ô les couillons
Donc
Tout un esclavage loufiat, au tout banal
Sans aucun droit social
Sans aucun repos
Nourriture et logement, et le salaire absent ou pas beau
Et à Paris
Quarante pour cent des prostituées
Pouvaient être aussi des bonnes
La prostitution pour ne pas crever
De nos jours, cela a si peu changé
La bonne toujours aussi méprisée
D'une époque l'autre, du peu amélioré
Certes l'esclavage sait à tout, s'adapter
En différentes formes
En différentes normes
L'esclavage salarié, lui aussi, si bien caché
Et la mort ou la maladie, pour une retraite d'éventualité
Et aussi l'esclavage chômé, à peine de quoi manger !
La misère est moins voyante
Que très jadis, plus subtile, moins déshonorante
Chaque corporation avec sa misère
Chaque corporation avec sa galère
Chaque corporation avec ses repères
Des métiers et des activités
Hélas, sans aucun lien de vraie solidarité
Toutes les corporations bien séparées
Et le capital peut ainsi bien s'en amuser
Du corporatisme sectorisé et bien fascisé
Chacun pour sa gueule
Chacune pour sa gueule
Pour son syndicat
En avance d'une contre-révolution
Pour son organisation
En retard d'une révolution
Il n'y a plus rien à faire
Quand il faudrait tout défaire
Ou alors
La fausse contestation comme seul décor
Et toujours s'adaptant le capital comme un fort
Avec tout ce qui ne suit pas
Avec tout ce qui ne s'adapte pas
De toute une inhumanité en banalité
De toute une inhumanité normalisée
Comme tout le monde, son semblable, l'exécrer
Ou sinon, à la casse, tu ne dois pas exister !
L'on ne sait plus qui est qui
L'on ne sait plus qui est quoi
C'est à la fois, toi
C'est à la fois, moi
Qui est quoi, quoi est qui ?
Un peu comme dans une manifestation
Qui invisibilise, étrange sensation
La foule rend invisible
Comme une dépersonnalisation habile
Du METRO BOULOT TOMBEAU, aussi sûrement
Aussi du marché du carbone
Le carbone repenti, nouveau carburant du marché
Le capital, décomplexé, pouvant tout récupérer
En prendre les manettes, pour tout devancer
En prendre les manettes, pour tout orienter
En prendre les manettes, pour tout s'approprier
Faire de purs mensonges, de pures vérités
Ainsi des grandes firmes nazifiantes
Dévastant tout de polluants éternels en dividendes
Total, discours logique du fatal
Les saloperies qui mettent tout à mal
Comme pour les produits
Pour attenter légalement à la vie d'autrui
Avec tout un environnement naturel détruit
De nos poubelles à l'insondable gâchis
Les rats bien plus solidaires
Empathiques, organisés comme des fonctionnaires
Que les êtres humains toujours en guerre
Les rats sans duplicité ni hypocrisie
Et des êtres humains que cela contrarie
De toutes nos pesanteurs, les rats nous chient !
Les rats sont aussi nos meilleurs espions
D'ailleurs
Tout le monde espionne tout le monde
Et pas seulement les officines secrètes
Dans la terreur et dans l'abject
Du double, du triple, différé ou direct
Ainsi
De l'affaire du fameux espion prosoviétique
( 1918 - 2015 ) Marcus Klingberg
Pourtant moins habile que sa femme
L'insoupçonnable  Adjia Eisman
Secrète, maligne, taiseuse, comme une came
De ce fait, plus que son époux
Et dans sa tête, l'on ne chercha aucun pou
Tout se faisant rarement au grand jour
Du Hezbollah, drogue, argent, pour surtout, des armes
Toute une mafia chiite
Asservir la conscience comme rite
Et même la D.E.A
Les dents s'y cassa
Possibles sanctions bloquées par des Etats
Des ramifications dégueulasses que voilà
Vraies fausses vraies alliances économiques
De tous les rouages de l'interconnexion étatique
Hezbollah acquitté, d'attentats, des trafics, personnes, bâtiments
Qu'ainsi, les affaires se poursuivent, et tranquillement !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 04/01/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Violentométrie, concentrée, diffuse, intégrée - Patrice Faubert (General)
Switched on and of ....?💔 - Ursula Rischanek (Lovegrief)