Patrice Faubert

Les propriétaires du monde et des mentalités

Partout, sur la planète
Le fascisme sous ses différents masques
A su s'imposer
Avec ses femmes et ses hommes
Qui se sont infiltrés partout, pas si bêtes
Dans tout gouvernement
En France, Darmanin, le plus voyant
Tout un fascisme libéral
Avec divers partis
Qui ne sont en fait, qu'un seul parti
LR, PS, PC, RN, Renaissance, Les Verts
Macronistes, LFI
Toute une soumission en faux conflits
Il s'agit d'amuser la galerie
Tout un soulèvement réactionnaire
Au service de tout lobby
Laquais de toute industrie
Comme la FNSEA, ce syndicat fascisant
Toujours très violent dans son manifestant
Et en exemple, plus vandalisme, tant et tant
Et encore de nos jours, dégâts matériels, etc. Du terrorisant
2 octobre 1967, Quimper
179 policiers blessés, mais là, tolérance réactionnaire
Les gouvernements savent reconnaître leurs frères
FNSEA, jamais dissoute, toujours tranquille dans son lit
Pour cela, comme une putain, acceptant la sodomie
Quand elle rime avec forçage ou profit
Et s'invitant, des tortionnaires, de pays en pays
Tout se voulant au nom de la démocratie
Pouvant comme l'aurait fait un Hitler
De dissoudre " Les soulèvements de la Terre "
Des écologistes tout à fait inoffensifs
Mais en France comme ailleurs, feu sur les contestataires
Et à la moindre manifestation
Le fascisme ou quel que soit son nom, sait se montrer offensif
Mais le fascisme devenu un gros mot, se voudrait démocrate
Mais le fascisme est aussi devenu technocrate !
Fausses disputes, vraies alliances
Comme Prigojine et Poutine, grand spectacle de fausse démence
Pour mieux conforter la romance, organisant tout son sale
Il s'agit toujours de faire la soupe gouvernementale
L'on y cause toujours la langue du capital
Hypocrisie et mépris dans le passe-partout démocrate
L'opinion n'a plus son courage
Le courage de son opinion
Quand tout devient sans vraie opinion
Tout pouvoir est fasciste, tout pouvoir est Macron
Ou tout pouvoir est tartempion
Tout pouvoir y a des actions
Faisant les réponses et les questions
Tout fascisme en nouvelle appellation
Ou pour le stalinisme, ou pour le libéralisme, de nouveaux noms
Tout pouvoir, rouge, brun, et nationalisme, en rebaptisation
Plus manifestement ou plus subtilement, libéral
Ainsi, du confusionnisme fatal
Concentré, diffus, intégré
Quand tout a été nazifié
Quand tout a été fascisé
Quand tout a été stalinisé
Depuis des décennies et ce dans le monde entier
Les idées gazées et bien diffusées
Des défaites de la pensée sans cesse renouvelées
Tout a été récupéré, déformé, falsifié, répété
En ce qui concerne les grandes idées du passé
Plus la peine d'un parti unique
Quand tous les partis sont cet unique
Cela fait longtemps que le fascisme est passé
Dans toutes les têtes, hélas, comme enclumé
Cela fait longtemps que le nazisme est passé
Dans toutes les têtes, hélas, comme enclumé
Nous sommes ainsi dans les lieux de l'écocidé
Mais comme une permanente fulgurance immarcescible
Tout y fabrique de la perversité irascible
Au tout incrusté dans une prison mentale
De toute secte, croyance, religion, idéologie, le mal !
Quand chaque être humain
Ne fait que produire du déchet
Ainsi, et par française et par français
En 2019
580 kg de déchets ménagers
Par an, c'est édifiant, en effet
Voilà bien, que, déjà
Le banal terrorisme d'Etat
Du monde de production obligatoire des riches
Par ailleurs, propriétaires de tous les médias
Et contrôlant, de ce fait, tout son do, ré, mi, fa, sol, la
Nous sommes devenus son ridicule
Nous sommes devenus son calcul
Femmes, hommes, enfants, tout son bidule
Avec nos notions
Il ou elle, du surdoué ou du nul
Mais comme rien n'est de naissance
Et de fait, les deux termes s'annulent
Avec tout un dressage à la bienséance
Selon les modes, temps, lieux, leurs propriétés en évidence
De nos propres intérêts proches ou lointains
Devenant des idéologies
Devenant des politiques
De nos propres intérêts proches ou lointains
Devenant des religions
Devenant des croyances
De nos intérêts proches ou lointains
Il faut n'avoir, donc, aucune idéologie ou aucune politique
Il faut n'avoir, donc, aucune croyance ou aucune religion
Il ne faudrait aucune armée, aucune police, aucune légion
Oasis de Pythie en orgie
Plaques tectoniques, ce qui crée, ce qui détruit
Accumulateur du cosmique vital
Simplement, l'abolition du capital
Du tout l'organisant, la femme si peu fatale
Moins en notre temps en clabaudant aussi, du capital
Ainsi, même dans l'ex-Internationale Situationniste
Il n'y eut qu'une femme pour dix hommes
Pour la femme, il est vrai, le temps y était plus machiste
Et chaque temps du vivant, pour tout, y fait son somme
Comme du souvenir qui parfois nous terrifie
Et quand tout l'est dans l'organisation de la folie !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 07/03/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Paraphysique du connectome tératogène - Patrice Faubert (Politics & Society)
Growth - Inge Offermann (General)