Patrice Faubert

Polluants automatisÚs des esprits

Qui ose se dire philosophe
N'est pas un philosophe
Car, les autres, c'est quoi, alors ?
Des crétines et des crétins ?
Qui ose se dire savant
N'est pas un savant
Car les autres, c'est quoi, alors ?
Des crétines et des crétins ?
Tout ce qui prétend
Penser à la place des autres
Alors que tout a été déjà dit ou pensé
Et par beaucoup d'autres, déjà, présent du passé
Il est inutile de parler
Il est inutile de penser
Il est inutile de faire
Et ce à la place des autres
Si les autres parlent
Si les autres pensent
Si les autres font
De toutes façons
Tout a été parlé, pensé, fait
Tout a été dit, pensé, fait, avant moi
Tout a été dit, pensé, fait, avant toi
De toutes façons
Tout a été dit, pensé, fait
Avant, nous, vous, eux, elles, avec ou sans mais
Et tous les livres que nous ne lirons jamais
Et tous les documentaires, films, que nous ne verrons jamais
Il y faudrait plusieurs vies
Aussi personne n'y est vraiment, l'érudite ou l'érudit
De toutes façons
Et forcément, tout est de la contrefaçon !
Et je suis ton savant et je suis ton ignorant
Et tu es mon savant et tu es mon ignorant
Eux, elles, lui, hommes, femmes, enfants
Et en tout cela, le sachant, rien de vexant
Tout est manipulé
Par la manipulation qui manipule
Ce qui manipule lui-même le manipulé
Ce qui manipule lui-même le manipulateur
Perversion narcissique destructrice de toutes les heures
Comme
L'observé de l'observateur
L'observateur de l'observé
Prodrome des prodromes
Du tiercé gagnant à l'hippodrome
L'objectivité de la subjectivité
La subjectivité de l'objectivité manipulée
De l'inconscient qui sait tout y fausser
L'observation manipulée
Des classes sociales avec leurs préjugés
De l'observateur
Par l'observation, de sa propre histoire, manipulée
L'observateur est l'observé
L'observé est manipulé par l'observateur
Tout bavant d'une dette
De l'éducastration et de toute fausse fête
Tout ceci s'enfantant dans les défaites
La dette de la dette de la dette
Tout vit de la dette
Le capital s'en entête
Il ne peut être que de la dette
Contraint d'en être la véritable grosse tête
Les pauvres en crèvent
Les riches en font la grève
Dette, dette, et dix de dette
Du divorce, de la santé, des études
En tout, pour tout, rien ne l'élude
La dette
Est au capital son bureau d'étude
Cela n'est pas le réel
Que nous théorisons
C'est le réel qui nous théorise !
Nous théorisons le réel
Et c'est quoi, le réel ?
Le réel nous théorise
Nous pense, nous anime, et nous terrorise
Nous en faisons des diktats
Nous en faisons des vivats
Le réel, nous le créons
Le réel, nous le construisons
Avec tout l'argent, irréalité, qui tout, détruit
1) Armes
2) Drogues
3) Pétrole
Flics et gabelous
Militaires et autres marlous
Piliers fonctionnaires en défense du système
Toutes les dominations les aiment
Tous les intégrismes s'y promènent
Comme en pollution, mais là, des esprits
Faisant accepter toutes les autres, par dépit
Un Paris-Marseille en train, 80 fois moins polluant
Qu'un Paris-Marseille en avion
Et beaucoup moins aussi
Qu'un Paris-Marseille en voiture
Mais l'aérien n'étant pas taxé
Il est donc d'une bien moindre cherté
Mais, le rail, il faut le rénover
Et sur le prix du billet, c'est reporté
Comme dans les supermarchés sur ce qui est volé
Et là, c'est le voleur qui est volé
Au lieu de tant et tant de travaux inutiles
Petites ou grandes villes et à la file
C'est l'existant rail et tout le reste, qu'il faut/faudrait réhabiliter
Alors qu'au port d'Anvers
50 milliards d'euros s'y déversent
Et chaque année de nouvelles averses
Du trafic de drogue, et de cocaïne
Avec de la technologie maligne
Tout y étant crypté
Indéchiffrabilité, indétectabilité, des complicités
Diverses mafias, la belge, la marocaine, la colombienne
Assassinats, attentats, tortures pleines
De toute une inéluctable impunité
Sans cesse étatisée et toujours hydre de reproductibilité !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/  ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 07/27/2023.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

L'homme qui venait d'ailleurs - Patrice Faubert (Philosophical)
A little rain of Irish blessings - JŘrgen Wagner (Birthdays)