Patrice Faubert

Paraphysique du technosolutionnisme

Tout a été dit
Tout a été écrit
Tout a été fait
Est et sera, avant nous, après nous
Mais nous ne le savons pas, c'est tout
Mais nous l'ignorerons toujours, c'est tout
Aussi
S'approprier quoi que ce soit
Sans au moins l'améliorer
Il y a vraiment de quoi se marrer
C'est comme
Pour les savants, les ingénieurs, les techniciens
D'excellentes mémoires mais pouvant être crétins
Sachant, certes, tout bien mémoriser
Pour dans des hiérarchies, s'élever
Mais gens
Indispensables pour faire fonctionner
La société de tout un empire technologisé
Avec donc des femmes et des hommes du système
Et donc, d'autant mieux rémunérés
De la hiérarchie des indispensabilités
C'est comme
Pour l'industrie du divertissement
De la science, de la technologie, son pendant
Artistes, écrivains, acteurs et actrices, comiques, du tout distrayant
Sportifs professionnalisés et donc dopés
Ainsi, du cyclisme en exemplarité
Avec dix mille euros, par mois, pour un simple équipier
Dix à 25 fois plus pour le chef premier
Avec donc trop d'argent en jeu, pour tout révéler !
Toutes les mafias diverses
Le monde entier en fait des averses
Dans tous les sports
Dans tous les arts
Dans toute science
Dans toute technologie
De toute une cooptation
De toute une copulation
Et se partageant le magot
Transports accélérés mondiaux
Fausses algarades, faux idiots
Ils et elles, sont aux télés, sont aux radios
Dans les journaux
Et pour la populace, il ne reste que les mégots
Mais là, pour les applaudir
Et non hélas pour les vomir
La polulace jamais lasse, en redemande
Du populo facho en quémande
Les mafias politiques
Et qui édictent, ainsi, l'économique
Partis, organisations, associations, clubs, syndicats
Il y est rare, le pas caca
Tout s'organisant par et pour les richesses
Et pour la grande majorité, le spectacle de cette ivresse
C'est aussi cela
Le secret de la fabrication pauvre
Bouffe de merde ou même pas
Sexualité de merde ou même pas
Seulement ce qui peut fortifier
Le système, est très fortement récompensé
Luxe, beauté, santé, et toutes les propriétés
Et tout ce qui en général, peut gratifier !
Nonobstant que
Tout soit devenu totalement TERRIFIQUE
Pire que le plus casse-cou des téléphériques
Toute action et surtout des riches
Devenant maudite et maléfique
Des bourgeoisies bouffies ou plus faméliques
Ainsi
De la batterie des voitures électriques
15 kg de lithium
60 kg de nickel
40 kg de cuivre
30 kg de cobalt
Et pour l'éolien aussi critique
D'un mégawatt installé
Six tonnes de cuivre en terre
Neuf tonnes de cuivre en mer
Du câblage peu écologique
Et ces dix dernières années
En cette ère de totale monstruosité
46 pour cent d'oiseaux comme les martinets, en moins
Mais les technosolutionnistes
Crèveront aussi, dans le faux abolitionniste
Rien que les algues
L'algue avec flotteur
Stipe, thalle, crampon, tout un bonheur
Laminaires, grandes algues brunes
Les fucales de trois sortes, fucus denté
Du vésiculeux et du spiralé
Toute une laisse de mer
Qui peut pourrait en dire long sur notre monde amère !
Toutes les nourritures que l'on pourrait faire avec
Et le tout comme du bonbec
D'un monde obsédé de l'identitaire
Et pétitionnaire du tout compétitionnaire
Transidentité, transsexualité, transitude
Société demanderesse et bougresse, des attitudes
Quand tout fabrique du malheur
Dans une permanente et spectacularisée terreur
Toute une psychiatrisation
Toute une pathologisation
Tout en dépersonnalisation
Alors, qu'aucune forme normale de sexualité
Ne peut exister, et c'est donc, selon chaque individu
Ce qui est préféré, point barre, cela ne devrait, même pas, se discuter !
Mais la réacosphère est partout aux manettes
Elle peut ainsi sortir toutes les sornettes
Ayant bien su pénétrer dans toutes les têtes
Et la raison
La queue entre les jambes, en pleine défaite
Et pour la nourriture
Donc, peut-être qu'un jour, dans le futur
Algues comme de la salade de mer
Milliers et milliers, peut-être des millions d'espèces
Et contre l'industrie de l'agrochimie
Ayant déjà tout empoisonné
L'algue, le plastique, ne pourra tout dégrader
Et le charlatanisme dénonçant le charlatanisme
Comme le fascisme osant dénoncer le fascisme
Et comme l'on ne prêche qu'à des personnes déjà convaincues
Ma tête est malade parle à mon cul
Non pas ce qui est
Mais ce que l'on veut qui soit
Avec des groupes de gens, comme il se doit
De A à Z, de ce qui seul, est ainsi, l'existant
De A à Z, de ce qui seul, est ainsi, signifiant !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 09/01/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Hydroponie et tribologie - Patrice Faubert (Politics & Society)
Pour une fille - Rainer Tiemann (Valentineīs Day)