Patrice Faubert

Permaculture, toilettes sèches, ou No future

1943
Raphael Lemkin ( 1900 - 1959 )
Crée le terme de génocide
Avec 49 personnes de sa famille, de l'homicide
Toute sa famille fut exterminée
Par le nazisme et son innommable atrocité
Comme aussi d'autres millions de gens
D'ailleurs, on le crut difficilement
Hélas, dans l'apprentissage du dément
Tout ne peut que se reproduire et indéfiniment
De la carothèque géologique
Dans les archives de la Terre
Mais de la carothèque historique
Dans la bibliothèque de la Terre
Et seule l'imbécillité tarée
Peut oser nier, la réalité des faits, de tout horrible passé
La Terre avec ses cinq-mille minéraux
Sept formes géométriques différentes
Cristaux géants aux visions effarantes
De toute une constellation du beau
De toute une chimiosynthèse
De l'apparition de la vie, toute une synthèse
Sans oxygène, sans lumière, de l'intraterrestre
De la roche vivante, avant-goût de l'extraterrestre
Cristaux d'olivine jusqu'à la graine
Noyau métallique, 80 pour cent de fer, 20 pour cent de nickel, en gaine !
Toutes les hypothèses sont trompétées
Aussi, hélas, les plus farfelues, les moins prouvées
Sauf des rares faits bien avérés
Ainsi, en 1895
Naissance de la CGT, anarchosyndicaliste
Naissance du cinéma se faisant analyste
Le monde ouvrier en faisant l'ouverture
Du monde stalinien en faisant la réécriture
En en refaisant une autre température
Comme le fer qui à 4200 degrés
Devient liquide, de l'océan de la planète Terre
Ou comment retoquer tout une mouvance révolutionnaire
De l'art de tout repeindre en couleur réactionnaire
Du faux sang bleu des nobles
Car seul le sang des scorpions et des araignées
Est bleu, de la rigolade dans la fausseté
Un peu comme pour l'approche de l'invisibilité
Quand seulement les céphalopodes peuvent l'imiter
Chromatophores et papilles, du très élaboré
Comme du fini de l'infini de l'univers
De l'infini du fini de l'univers
D'où l'on ne peut jamais partir
D'où l'on ne peut jamais revenir
Passé, présent, futur, comme avançant, reculant, en devenir
C'était déjà de l'avant
Du, il faut en finir, et depuis longtemps
De la goujaterie avec ou sans raffinement !
Et comme tout est énergie
Elle sort d'un ventre, aussi
Se transformant en cela ou en ceci
Du plus grand au plus petit
De la fusion nucléaire, ainsi
Pour le moment, cent millions de degrés Celsius
Pour trente secondes, ouf, du pire olibrius
Car
Cela ne fera qu'ajouter du pire au pire
Atomisation finale du capital et de son empire
Quand, presque toutes les activités
En sont les sicaires attitrés et assermentés
Avec la seule réussite du tout empoisonné
L'eau du robinet petit à petit, contaminée
Métabolites du chlorothalonil
L'industrie de la bouteille, en jubile
Du lobby contre lobby, en guerre civile
Le monde entier devenant turbidité
Et même du spleeneux dans la clarté
Avec parfois une goutte de joyeuseté
Car, par exemple, ce dans le monde entier
80 pour cent des gens ne prennent jamais l'avion
Toujours, donc, des minorités qui font le tout con
Alors qu'il faudrait des toilettes sèches
Pour le climat, pas pour la dèche
Permaculture comme aller à la pêche
Ou alors, No Future
Tout Etat tendant à devenir
Comme la prison d'Attica en 1971
Sur tout ce qui ose se révolter, l'on tire
Noirs, blancs, jaunes, rouges, ligne de mire
L'on massacre, l'on mutile, l'on torture et tue, ô bel avenir !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 11/28/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Du rififi dans le rififi - Patrice Faubert (Politics & Society)
RENAISSANCE - Mani Junio (General)