Patrice Faubert

Collectage et recyclage du capital

J'avais pris l'habitude
Comme de toute une multitude
De me parler à moi-même
Jamais, là, je n'y suis contredit
Se fichant de ce que l'on en dit
Mais, néanmoins
Le plus grand des secrets
Est justement de n'en avoir aucun
Le situationniste et vigneron italien ( né en 1948 ) Gianfranco Sanguinetti
Et il y a fort longtemps, l'avait déjà dit
Il ne faut pas être dénialiste
Ragoûtant ou pas, si l'on a la bonne liste
Le capital est numérus clausus
Toute supplique y fait figure de minus
Tout y est inconnu dans le connu
Tout y est connu dans l'inconnu
Un peu comme en 1914 / 1918, en France
Quand un soldat mort sur trois ou quatre
Ne pouvait donc qu'être un soldat inconnu
Et sans compter tous les disparus
Des entrailles et restes au tout dans la terre
De l'engrais qu'il fallait forcément taire
Du moins probant
Que le million d'orphelins, pauvres enfants
Des veuves noires ou mariées
Des veuves blanches ou fiancées
Un million d'invalides ou de défigurés
Et tant de vulves et de nichons sans utilité
Un peu, si l'on voulait, m'en prêter
Le voyage temporel pouvant tout s'imaginer !
Et le capital est une guerre permanente
Même la pensée rationnelle y devient démente
Du suicide, une guerre en temps de paix
Et une personne qui se suicide, c'est vrai
Impactant vingt autres personnes, horrible fait
La marchandise est un ( 1890 - 1947 ) Victor Lustig
Escroc qui réussit à vendre la tour Eiffel
En 1925, elle paraissait encore plus belle
Et certes, la ferraille peut se recycler
Mais en 2023, 27 pour cent
Des emballages plastiques seulement
Sont collectés et recyclés
Du même ordre que chatGPT, j'ai pété
Pour entraîner cela, de la cherté démesurée
1287 mégawattheures d'électricité
552 tonnes en équivalent CO2
Comme aussi, 205 vols Paris-New York
700.000 litres d'eau douce
Chaque conversation avec cette nouvelle connerie
Nécessitant 500 millilitres d'eau, ô vilenie
Comme le gaspillage alimentaire en France
150 kg par personne et par an, ô déliquescence
Alors qu'environ 14 pour cent des gens de France
Ne mangent pas à leur faim, triste évidence
Et sans compter tout le perdu ou tout l'invendu
Le monde entier, car c'est partout, marche sur son cul !
De tout un pays imaginaire
De toute une économie distributive libertaire
Et pour éviter cela, donc, l'anarchisme révolutionnaire
Donc, un gâchis, d'un pays derrière la consommation
De la Chine et des USA/SA/SS, le genre humain est con
Car le gâchis alimentaire est comme une nation entière
Mais le monde entier est SA/SS, des fanatismes divers
Idéologies et religions toujours en guerre
Avec des inconnus qui ne sont pas des anonymes
Avec des anonymes qui ne sont pas des inconnus
Comme les 5 à 6 millions, 2023, France
Ouvriers et ouvrières comme en confidence
Quand toujours en France, insécurité sociale dans l'air
Environ huit millions de personnes dépendent de l'aide alimentaire
Et sans rapport, qui sait, avec la grotte Cosquer
De femmes, quinze mains
Vive les vagins et vive les seins
Neuf mains d'hommes
Un coup sur le machisme, mon bonhomme
Peut-être une inversion du paritaire
Tout son endroit, tout son envers
Une colonie de fourmis de six mille kilomètres de long
Italie, Portugal, Espagne, France, nouveaux colons
La fourmi d'Argentine " Linepithema humile "
Avec le développement des transports, rien de futile
Sans compter les fourmis électriques
Les fourmis noires ou de feu, pires encore, mortelles cliques
Avec donc du possible choc anaphylactique
Et à vingt ans, j'étais myrmécologue amateur
Et là, je suis largué sur toutes les longueurs
Même pour les embouteillages, elles fascinent chercheuses et chercheurs
Internet et sa ligne de coke,  l'on ne peut qu'y perdre
Et c'est pas moins dangereux que pour les paris sportifs
Faux gains réservés aux grandes perdantes, aux grands perdants
Petits gains gagnés et étudiés pour les reperdre
De l'addiction entretenue par des marchands
Mafias du capital, tentacules
Reliés et étendus, et sans notre consentement, et qui nous enculent
Quand rien n'y est souhaité
Une personne sur six, par le jeu en ligne, est impactée
Surtout, les personnes pauvres ou en précarité
Chaque maillon du capital, par un autre, aliéné
En 1965, je dis à ma mère, naïvement, et à propos des poissons
Et à force de les pêcher
Et à force de les manger
Prédiction de leur disparition
J'étais déjà de la graine de polisson !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 12/21/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


49-3, la valse des sous-merdes - Patrice Faubert (Politics & Society)
Stars - Christiane Mielck-Retzdorff (Life)