Patrice Faubert

Paraphysique d'hubris sans perplexitude

Tout pacte politicien est corruptif
Qu'il soit ou non législatif
Tout étant aux mains de gangsters politiques
Se partageant tout un gâteau économique
De l'ARN messager sans aucune éthique
De l'ADN protéinique sans sa critique
Tout est toujours très ancien
Mais tout pouvoir fait moins de beau que du vilain
Avec tout un populisme judiciaire
En maîtrise du tout réactionnaire
Du jamais vraiment coupable
Sachant se blanchir, se faire oublier
Ce, au fil des années
Tout ancien gouvernant en est très capable
Mais tout l'effondrement
Et s'affichant, partout, franchement
Devenant un spectacle de télévision
Films, documentaires, mauvais ou bons
Crevons à petit feu en nouvelle chanson
Tout un truisme en fluidification
Et nous allons mourir, de telle ou telle pollution
De plus en plus jeunes
C'est de plus en plus fun
Tout ce que nous respirons
Intérieur, extérieur, du train, du métro, au cinéma
Cela n'est que de la chimique pollution
Avec des composants et des matériaux, voilà
Et qui sont dedans, de la saloperie, mais c'est du pognon
Et tout ce que nous touchons, idem, aucune exception !
Tout devenant
Du camp de rétention
Du camp de concentration
Du camp d'extermination
De plus en plus, avec toutes les migrations
Et puis, dès la naissance
L'on nous apprend l'impuissance
D'abattre toutes les autorités
Pour enfin s'épanouir dans le non séparé
Donc
De la castration sexuelle
Donc
De la castration idéelle
De toute une sexophobie
Dont la preuve est justement la pornographie
De toute une idéophobie
Dont la preuve est toute religion et toute idéologie
Et aussi forcément
Et aussi férocement
C'est toujours l'argent qui baise
Le sexe marchandise tout à son aise
Mais surtout, de l'impuissance orgastique
Car, il n'y a que la fraternité pour le cosmique
Et là, l'impression d'être l'univers entier
Par-delà tous les colifichets et les succédanés
Car un jour
De notre présente société, plus aucune ruine
Et pour dire, même plus aucune mine
Elle y serait paumée, l'archéologie
Bien plus qu'avec le mammouth de Durfort
Environ 800.000 ans, grande hauteur et très fort
Et même une liste de courses, les tranches des vies
Pourrait en dire plus long
Que des déchets qui furent des constructions
Ou de mots de passe incompréhensibles
L'on comprendrait, néanmoins
Que tout y fut invivable, au tout chiant !
Comme de retrouver la trace
Ce qui, à ce moment précis, apparaitrait en farce
Premier semestre 2023 de Trump
Poids de campagne, 40 millions de dollars
Mais là, en frais de justice
Quand n'était récompensé que le vice
Pas étonnant si sur le billet dollar
Il y a du lin et du coton, des fards
En symbolisme esclavagiste
USA/SA/SS, tant et tant de racistes
Et comme tout se tient
Dans le tout vilain
Presque deux milliards de climatiseurs dans le monde
C'était en 2021
Et encore plus de milliards du climat en fronde
Dans le futur déjà qui nous gronde
Toute une symphonie de sonification
Comme les femmes en cadence de menstruation
Mais là, c'est la beauté du naturel
Du contraire du monde de l'extermination
Daleks partout en incubation
Et c'est bien plus réellement horrible
Que le film culte ( 1932 ) Freaks
Qui fut rejeté à sa sortie
Pourtant, cela n'est pas dit
Cela n'est pas le physique qui fait le monstre
Mais la politique du monde qui est le seul vrai monstre !
Car c'est toujours le mental
Qui fait le normal ou l'anormal
Un monde si monstrueux d'aridité
Qu'il devient comme l'Andalousie
Au tout sec, peu ou pas d'eau, au tout pourri
Mais rien à faire, pas de casus belli
Et tant que nous boufferons
Mangues, avocats, et la terre que nous assoiffons
Et tant que seront tués
cent millions d'oiseaux, et ce, chaque année
En Europe, et sans véritable perplexitude
Aucun vrai épatamment de sollicitude
Du prosaïque immémorial en hubris
Et encore un brûlot
Qui passera encore pour de l'idiot
Tout gouvernement du monde est comme du Sigmaringen
Dessous cachés, bas, jarretelles, gaines
Collaboration générale avec le capital
Du volcan
Sur les populations, se déversant
Janvier 2022, Îles Tonga, le volcan
Tonga-Hunga, sous-marin volcan
De l'éruption, gaz, cendres, du panache
57 km d'altitude, tsunami, tout s'y fâche
Vagues de 85 m de haut par endroits
Comment s'imaginer cela ?
Mais c'est l'organisation même de tout Etat
Nous sommes en moitié du déclin
Et nous en sommes déjà dans sa fin !
 
Patrice Faubert ( 2024 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 01/01/2024.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Paraphysique de la collaboration - Patrice Faubert (Experimental)
that life is such a maze ... - Inge Hoppe-Grabinger (Emotions)