Antonio Justel Rodriguez

BRUTAL ET ATROCIEUX


                                                  
                                                                                                                                                                […sous la dictature franquiste]
  
… J'ai toujours aimé la lueur et ils nous laissaient seulement pleurer librement ;
des papillons noirs jouaient avec mon enfance, et un amour précoce,
et une banlieue de Dieu aux mensonges ;
fait comme ça,
Tout adolescent implique soixante kilos de tristesse, de faim et de soif éternelles,
et une route drastique sans eau ni palmiers ;
… mon peuple et ma ville étaient des faucilles et des pierres anciennes, des secrets pourris et souillés dans l'oreille,
les mêmes qui n'ont jamais porté le vent, ni tué un couteau, ni avalé la terre ;
…et tous, tous étaient amis et ennemis :
les vieilles femmes,
les sorciers,
les martinets<,
le clocher de l'église,
le soleil
et la cigogne ;
et si en regardant la cigogne, le soleil me grillait le visage,
Mes yeux secs réclamaient une larme et mes pieds des chaussures pour courir et pleurer,
cacher, enfin, ce qui est brutal et atroce : l'énorme ruine de la guerre et de l'après-guerre.
***
Antonio Justel/Orion de Panthosée
http://oriondepanthoseas.com
***

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Antonio Justel Rodriguez.
Published on e-Stories.org on 02/19/2024.

 
 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "General" (Poems in french)

Other works from Antonio Justel Rodriguez

Did you like it?
Please have a look at:


BLANCANIEVES A SU PRÍNCIPE DIVINO - Antonio Justel Rodriguez (General)
Flying home - Inge Offermann (General)
Darkness of a way - Helga Edelsfeld (Thoughts)