Patrice Faubert

De l'épizeuxe dans le coruscant

Entre 1948 et 1961, environ
Trois millions de personnes ont fui
L'Allemagne de l'Est, leur pays
Mais c'est le capital, lui-même, qui est le mur
Avec l'argent, séparant tout le monde, c'est sûr
D'une muraille de Chine, l'autre
D'une muraille américaine, l'autre
D'une frontière européenne, l'autre
De l'administratif ou du dur de dur
13 août 1961, fuite de Hans Conrad Schumann
Ce vopo ( 1942 - 1998 ) qui finit par se suicider
Pourtant, pour lui, l'évasion ne fut pas ratée
Mais le suicide est la fuite la plus aboutie
Quand elle est bien réussie
Et lui, à un arbre, se pendit
Jusqu'au 9 novembre 1989
Beaucoup de mortes et de morts
Voulant s'évader d'un funeste sort
Mais aussi avec des évasions réussies
Car le socialisme sans la liberté, c'est la caserne
Disait, déjà, très jadis, le géant de l'anarchie
Feu ( 1814 - 1876 ) Mikhaïl Bakounine, révolutionnaire de génie
Migrants et migrantes d'hier et d'aujourd'hui
La mer y devenant une frontière artificielle
La noyade y devenant une mort naturelle
Le monde est sous curatelle
Le monde est sous tutelle
Mafias de l'industrie , des banques, de l'économie, de la politique
Comme en Russie, mais en plus hypocrite
Tout y est de la prostitution
De la putain et du souteneur en généralisation !
Plus seulement pour le sexe
Mais pour tout le reste, habilement, et rien ne nous y vexe
Les tuteurs et les tutrices de ce monde
Privés ou étatisés, jonglant de l'immonde
Au Parlement ou du simple appartement
Des escrocs, outrepassant, leur autorité, souvent
Curatelle et tutelle
De l'école, à l'usine, au stade, au bureau ou au labo
De la liberté libérée du conditionné
Toutes les ailes, depuis longtemps, coupées
De toute une pollution mentale irradiée
Rien de coruscant dans un merdier
Quand, champs, villes, eaux, au tout contaminé
Comme ( 1986 ) du Tchernobyl toujours répété
D'autres ( 1957 ) Maïak , Russie, secret gardé
Services secrets ne voulant rien divulguer
Hier, aujourd'hui, demain
Malformations néonatales, handicaps, un même refrain
Le commerce, toute humanité, l'éteint
Et c'est donc l'anglais colonial, la langue universelle
De grandes fortunes y font des étincelles
Ainsi
Un adolescent anglais sur dix
Parle une seconde langue
Contre quatre adolescents européens sur dix
Et cela n'est pas une piqure de télomérase
Qui des mentalités marchandes fera table rase
Tant que l'on apprendra pas la révolte et la raison
Pour un autre monde, dès la maternelle, les graines de la révolution !
Tout étant devenu comme du ghetto
Le dieu du pauvre étant de gagner le gros lot
Tout étant, des régions du monde, et selon
Comme un camp de rétention
Comme un camp de concentration
Comme un camp d'extermination
Du centre de la mise à mort
Au mauvais endroit, au mauvais moment, comme seul tort
D'une façon l'autre
Tout se réactualisant pour bien des gens
Trois pas en arrière, un pas en avant
Et à la queue leu-leu, tout s'y adaptant
Rester ou partir
Agir ou ne pas agir
Faire ou ne pas faire
Décidophobie ou anxiété
Ce qui peut parfois, toute action, l'inhiber
L'épizeuxe du tout mobile immobilité
Le capital comme machine infernale de la monstruosité
Ayant su, la plupart des gens, les lobotomiser
Quand, ll faut cinq kilogrammes de merlan
Pour fabriquer un kilogramme de bâtonnets de surimi
Et tout l'ajouté, français et japonais en raffolent
Même le frein de l'Apocalypse s'y affole
Tout fonctionnant ou presque, de cette cooptation
Pas la même que de l'effet Matilda, spoliation
Découvertes scientifiques de femmes
Que s'approprièrent, s'approprient, des hommes, ô infâmes
Ou le sexocide des femmes comme au Mexique
D'autres pays aussi frénétiques
Déjà, jadis, tout cela, analysé
Par feu ( 1920 - 2005 ) Françoise d'Eaubonne
Et aussi femmes sans clitoris, d'Afrique
Mais, pour personne, la vie n'est réellement bonne
Quand tout s'inscrit dans le fric
Ou de l'infecte et répugnante récupération politicienne
Missak Manouchian et les siens, au Panthéon
Les fascistes libéraux osent tout, pauvres cons
Alors qu'ils auraient craché a la gueule de Macron
Du PCF stalinien, du RN, pourriture en union
Une sacrée bande d'ordures
De la saleté, et même à des épluchures
Un balle, une rafale, passé, présent, futur !
 
Patrice Faubert ( 2024 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 03/26/2024.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Vive l'anarchie vive l'humanité - Patrice Faubert (Politics & Society)
My Mirror - Paul Rudolf Uhl (Humour)