Patrice Faubert

Hybristophilie déviée et non genrée

Auditoristes
Auditorisme
Spectatoristes
Spectatorisme
Nous sommes sous un bombardement
Informations vraies ou fausses, continûment
Et nous sélectionnons ce qui pour nous
Est signifiant ou gratifiant
Aux autres, nous tranchons le cou
Cela n'est pas la véracité qui importe
Mais ce qui peut toquer à notre porte
Et selon les idéologies
Et selon les religions
Et selon les croyances
Des béquilles de vie en soutenance
Et à la naissance, comme des seaux vides
Qui vont se remplir de ride en ride
Il n'y a pas de liberté
Il n'y a pas de fraternité
Il n'y a pas d'égalité
Peut-être, ici ou là
Peut-être cahin-caha
Car, cela se saurait
Et à tous et à toutes, tout sourirait !
Et puis, tout est surveillé ou contrôlé
Le surveillé se surveillant
Le  contrôlé se contrôlant
Ainsi du Guoanbu chinois
Cent mille agents secrets chinois
Avec des postes de police à l'étranger
Et avec diverses spécialités
Espionnage industriel et économique
Des virus espions dans l'informatique
Opposants politiques menacés
Et ainsi, aussi, dans la recherche, ne pas trop dépenser
MICE, avec forcément, des drones miniaturisés
Mais chaque pays y a son mutique
Vraiment, police partout
Vraiment, justice nulle part
Justice de classe comme faire-part
La fiction, toujours en-dessous de toute réalité
Tueurs en série, par des femmes fascinées
Toute une hybristophilie pourtant très usitée
France, des exécutions publiques de 1870  à 1939
Avec des personnes pour s'y précipiter
Les plus argentées toujours les mieux placées
Des tas de têtes qui furent guillotinées
Quand l'horreur inutile sut se faire fêter
Comme le fauchage des talus et des haies
France, et en quelques dizaines d'années
1,4 million de kilomètres, tout volatilisé
Et après, l'on ose s'étonner
Que tout, facilement, puisse s'inonder !
Bocage artificiel sans talus/haies
Bocage naturel avec talus/haies
De toute une cartographie marchande
Pour tout détruire, toujours de la quémande
Nouveaux mots en alchimie gourmande
Post-ceci, post-cela, de toute une fausse continuation
De La Poste à La Banque Postale, ô falsification
Chaque époque y allant dans son adaptation
Avec des mouroirs en acceptation
Psychiatrie, de toute une désaffectation
Hôpitaux ou de tristes maisons de retraite
Toute empathie, partout, en tout, en défaite
Et l'on préférera bientôt se suicider
Plutôt que de se faire hospitaliser
Ou de se faire emprisonner
Ou même de la perte de notoriété
Non, ici, le syndrome du survivant mais celui de l'oublié
Comme feu ( 1929 - 1986 ) Jacqueline Huet
Ancienne speakerine, sans doute, suicidée
Barbituriques puis dans sa baignoire, noyée
Et si rien n'est jamais vraiment choisi
Tout étant chafoin dans son dépit
Au tout imposé et ce comme une dictature
Du milieu social, de sa culture, et donc de ses lectures
La famille où l'on naît et qui nous fait
Finalement, tout est directement ou indirectement, de la dictature
Religions, idéologies, croyances
Béquilles s'imposant en dictature de toute mouvance !
 
Patrice Faubert ( 2024 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 04/03/2024.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Précession de l'aberré - Patrice Faubert (Politics & Society)
Boules d´argent - Rainer Tiemann (Remembrance)