Liz Martínez

constelada dans le crépuscule

constelada? convenue dans une chaise,
en surveillant des crépuscules dans l'air suspendue.
je tremblais s'il te voyait,
il pleurait quand tu me dictais poésie.
étaient tellement vifs les ces soleils et la transparence dans ton regard,
la nuit est plus près
 plus ton as le temps tendu dans les genoux.
vu de loin, diminuta, minimale.
derritiendo l'après-midi
 me fais méditer sur la distance.
mon âme légère monte et il ne te touche pas.
lires dans ton âme.
touches dans ta bouche.
ils rodent les silhouettes de tes pieds
 déchaussés dans la brise,
tes murmures nagent éloignés
 plus le ciel est brûlés rapidement
 une roulade transparaît
 celui qui alborota Las Palmas.
posément se me duer
 le rocicler dans ton âme.
convenue, en considérant des merveilles,
indifférent aux blessures mondaines.
lui constelada, convenue dans cette chaise,
en surveillant des crépuscules dans l'air suspendue

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Liz Martínez.
Published on e-Stories.org on 12/05/2006.

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Emotions" (Poems)

Other works from Liz Martínez

Did you like it?
Please have a look at:

sombras en la muerte - Liz Martínez (Emotions)
Pour une fille - Rainer Tiemann (Emotions)
Love song - Mani Junio (Valentine´s Day)