Patrice Faubert

Historicisme d'hybridation

" Je suis l'autre "
 
 Gérard Labrunie dit Gérard de Nerval  ( 1808 - 1855 ) poète et écrivain
 
La plupart des gens
Et c'est tout-à-fait édifiant
Encore que plus confondant
Avec cette notion généralisée d'évolution
Alors qu'en fait, au niveau de la liberté, il y a eu régression
Ainsi
Jadis, en Europe, l'on pouvait circuler
Sans aucune pièce d'identité
Certes
Cela, il y a plusieurs décennies
Quand tout n'était pas encore interdit
Avec maintenant
Seulement, je le redis, la vie de l'argent
L'argent nous vit dans une économie de totale irresponsabilité
Dans une dilution généralisée
Plus rien ne pouvant s'identifier
Déconstruction de la production
Production de la déconstruction
Et toute une industrialisation
De toute les pollutions
Du pétrole aux textiles
Dans la pollution rien n'est futile
Cela n'est pas comme la richesse extérieure
S'affichant, pour pallier un grand vide intérieur
Ce qui est d'une tristesse infinie, d'ailleurs !
Comme la tectonique des plaques
Le capital, sans cesse, nous saque
L'argent avec l'argent, faisant collusion
L'Afrique, elle, avec l'Europe et l'Asie, une future collision
C'est aussi cela l'origine de nos diamants
De la désagrégation et de la transportation
Dans le manteau terrestre, tout se portant
Et nous le savons, grâce aux cratons
Mais au niveau humain
C'est comme l'éternel retour, c'est certain
De tous nos prédécesseurs
Femmes, enfants, hommes, nous sommes des continuateurs
Nous en sommes les hybrides
Autrefois cela aurait été le bide
De toutes les espèces humaines archaïques
De toutes les espèces humaines plus modernes
Sans que personne ne soit une vieille baderne
Quand toute la génétique le prouve
Quand tout l'ADN l'approuve
Néandertaliens et dénisoviens
Au moins un à trois pour cent de gènes communs
Voire beaucoup plus selon certaines populations
Des groupes humains et des migrations
Variantes supplémentaires
Variantes immunitaires
HLA et autres holà contre les maladies
Et à tout cela, à peine merci
Quand ne reste plus que la mesquinerie !
Maintenant
Où tout est police de l'identité
L'identité de la police affichée
Pas même notre peau pour nous protéger
La peau, c'est 4 kg, une fois pesée
Seulement 2,5 mm d'épaisseur
Avec la kératine qui fait son élasticité
D'un groupement néandertalien, c'est hérité
Depuis que le monde existe
Que dessus, des formes de vie s'y excitent
Tout a été dit par des inconnus
Et même fait, pensé, rêvé, théorisé, imaginé, conçu
Je suis un incorrigible malotru
Femmes, enfants, hommes, c'est d'ailleurs convenu
Tout a été redit par des gens connus
Des tas de vedettes spectaculaires s'il en fut
Tout, en vérité, appartient à tout le monde
Rien n'appartient à personne
Toute propriété intellectuelle est une supercherie
La propriété c'est le vol, feu Proudhon l'a bien dit
De plus, avec le temps technologique, le cerveau humain rétrécit
Comme pour la force physique
Des femmes du néolithique/paléolithique
5 à 10 fois plus fortes
Quand le travail aux champs, est la principale porte
Que nos meilleurs sportifs de profession
Pour les machistes, une véritable consternation
 
 " Alcool, cannabis, cocaïne, somnifères, anxiolytiques, soit le travail vous abrutit, soit il faut s'abrutir à son travail, l'organisation du travail ne tient pas compte du corps et du bien-être du salarié mais seulement de sa productivité "
 
 Marie Pezé ( née en 1951 ) psychologue et psychanalyste
 
Mais la division sexuelle du travail
Petit à petit, fit changer les rails
Déjà un peu d'anthropocène à l'holocène
Marqueurs d'ailleurs arbitraux pour l'entrée en scène !
Tout participe à tout
Tout collabore à tout
Comme les éditeurs français avec les nazis
En voici la liste, c'est ainsi
Fayard, Grasset, Hachette
Denoël, Flammarion, Gallimard
Qui par les situationnistes, fut traité de connard
Mais aucun donc ne fut condamné
Pour collaboration, seuls des auteurs furent jugés
Feu ( 1909 - 1945 ) Robert Brasillach, nazi français notoire, lui, fut fusillé
Il s'agit des années quarante
Qui toujours et encore, le fantôme qui hante
Avec tant de fortunes qui s'édifièrent
Du marché noir, de la pénurie, des repères
Tout reconstruire après guerre
Jusqu'à au moins 1949, la faim au ventre
Plus encore pour les malades du mental, diantre
Des émeutes de la faim, Lyon, Toul
Et aussi, là, où il y avait de la foule
Avec toujours, avant ou après guerre
Du réactionnaire au révolutionnaire
Tous les fragmentismes
Tous les particularismes
Tous les séparatismes
Tous les communautarismes
Tous les identitarismes
Dans du corporatisme, dans du nationalisme
Tout un collaborationnisme au capitalisme
Toute une capitalisation de la séparation
De tout ce qui empêche une vraie révolution
Avec bien sûr, tout un oubli en séquestration
Occupation nazie, occupation stalinienne, occupation américaine
D'une occupation l'autre, qu'elle y revienne
Le capital les englobant toutes
Elles sont toutes aussi malsaines, dans sa soute !
 
Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 12/05/2017.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Posie en ligne - Patrice Faubert (Lyrics)
Apocalypse now - Heino Suess (Sorrow)