Patrice Faubert

Taphophilie mentalisée

Une piqure de kétamine
Au-delà de la vitamine
Et tout soldat
Devenant insensible et donc plus performant, voilà
Et à toute souffrance
Devenant comme indifférent
Et à toute peur
Devenant comme sans fondement
Mais
C'est comme si
Le monde entier
Avait, par cette substance, été piqué
De toute une apathie
Pour tous les autres
Pour toutes les autres
Comme si partout
Et surtout dans tous les esprits
Une sorte de taphophilie
Comme si le monde
S'organisait comme une tombe
Quand la mort
Paraît vivante
Quand la vie
Paraît morte
Et nonobstant avec du paradoxe
Qui plus que jamais, nous boxe
Avec toute une orthorexie
Avec ainsi, tout aliment suspect, c'est ainsi !
De toutes façons
C'est de la terre que nous mangeons
Et même avec des crustacés de la mer
Et la raison est parfois avec son contraire
Ce qui se voit
Ce qui ne se voit pas
Ce qui se sait
Ce qui ne se sait pas
Ce qui a été su
Ce qui n'a jamais été su
De nos sols bétonnés
Toute forme de vie, pouvant l'éliminer
Mais le peu qui s'en échappe
Du transfert en nouvelle écharpe
Et
Présent, futur, passé
Passé, présent, futur
Futur, présent, passé
Des poupées russes bien emboîtées
Même si tout est oublié
C'est inscrit dans l'histoire de l'humanité
Tout s'y meurt, donc
Tout s'y vit, donc
Tout s'y échoue, donc
Tout s'y épanouit, donc
Chacun, chacune
Prenant l'invisible relais
Prenant l'indicible relais
Pour en être, l'indéfectible une
Chaque seconde
Est du passé
Chaque seconde
Est du présent
Chaque seconde
Est du futur
En une seule entité
Du temps ainsi à peu près conceptualisé
Du temps ainsi à peu près inventé
Du souvenir
Devenant matière et ne pouvant s'enfuir
Forcément
De toute action, il reste toujours quelque chose
Et pas forcément, hélas, de la belle rose
De la drogue du passé, nous prenons nos doses
Du c'était mieux
Du c'était moins bien
Mais qui, vraiment, se souvient
Comme les grèves de 1947 en France
Avec une police qui emprisonna
Avec une police, qui sur la foule, tira
D'une guerre jamais finie, et qui, protéiforme, continua
Quand les syndicalistes staliniens furent débordés
Manifestations, grèves, qu'ils ne purent contrôler
Et donc encore moins, arrêtées
Tant il est vrai et pas assez répété
Que le stalinisme comme d'ailleurs le trotskisme
Qui sont des communismes de guerre
Il peut être brun ou rouge le fascisme
Sont finalement et définitivement contre le communisme libertaire
Et donc à l'opposé comme son contraire !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 11/02/2021.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Le culte de la charogne - Patrice Faubert (Politics & Society)
Darkness of a way - Helga Edelsfeld (Thoughts)