Meike Schrut

Si on peut faire de la peine encore plus à une personne....

Il est ici deux trois ou plus d'ans
quand on voyait et s'étonnait
je faisais cela seulement cette année.
Plus je comprenais et tâtais
d'autant plus je recevais l'intuition
que là une manie de questionner presque insensible
conduit seulement là-bas :
une personne dissèquent presque seulement l'exclure presque au corps vivant,
comme on le fait avec un oiseau mort.
Dans mes veines le sang, pourtant, presque gelait
et sur les masses ma pitié vite provenait
l'un des sentiments les plus moches,
je sais et le connais, pourtant, moi-même
et justement à cette personne, je voulais cela
n'offrent jamais.
Si on est en train de fermer une blessure intérieure n'importe quand définitivement,
si on ne peut pas avoir besoin que qui
cette violation sans cesse de les leurs
Des aiguilles arrache qui appellent de la patience et du calme.
Oui, tu souris avec cela de la manière très fausse
qui peut dire déjà, quelle douleur
l'âme encore supportait.

 

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Meike Schrut.
Published on e-Stories.org on 12/28/2009.

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Emotions" (Poems)

Other works from Meike Schrut

Did you like it?
Please have a look at:

Douceur jaune - Meike Schrut (Experimental)
Good bye - Jutta Knubel (Emotions)
Good bye - Jutta Knubel (Emotions)